{ Dirty Prince }


« Brave New World »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Avance d'une case et tu seras peut-être libre . [Vidal]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chan Dai

{ "Comme un Homme ! Sois plus puissant que les ouragans !" ♫ }

avatar
Messages : 19
Fiche du personnage :
    [url=adresse de votre fiche]Ici[/url]

RPs : Faisons une pause, voulez-vous [Vidal - Pause/En reprise]


MessageSujet: Avance d'une case et tu seras peut-être libre . [Vidal]   Ven 10 Aoû - 0:01

Elle était dans une toute pièce où s'alignait plusieurs matelas, installée devant un tout petit miroir où son visage triste se reflétait.

Elle avait si peur et elle craignait tant ce "Grand" et "Maudit" soir où elle allait devoir "satisfaire" son tout premier client dans cette maison close. On lui avait dis tant de choses pour ne pas gâcher ou souffrir trop sur cette première fois, tant expliqué et tant "montré", mais à cet instant toute cette science s'était évaporée et elle n'avait plus qu'un crâne vide.

Elle ne voulait pas ! Elle voulait fuir ! Bien entendu, elle ne disait plus cette pensée à voix haute autrement on la battra ou alors on lui mettra sous le nez ces tonnes de papiers où étaient ses "dépenses", c'est-à-dire le médecin pour ses nombreux bleus, les vêtements ou encore les cosmétiques si gentiment commandés par la matrone. Ajoutons le loyer ou encore la nourriture. Cette grosse dame l'avait endetté jusqu'au cou, ainsi même si elle fuyait, c'était des créanciers qui allaient la poursuivre dans tout ce royaume à feu et à sang. De plus elle n'avait personne chez qui fuir donc, dans tous les cas, elle finira dans la rue si elle sortait d'ici.

Elle avait deux choix et elle avait à choisir le moins pire et actuellement la maison close était le choix le plus sécurisant. Après tout, on la logeait, nourrissait et on lui laissait encore dessiner - sur son nom toutes ces dépenses mais évitons d'y penser - .

Une des filles la pomponnait et choisissait pour elle des tenues.

- Il te faut clairement une jolie tenue exotique afin de mettre en valeur tes origines.

Cette femme lui présenta un tissu fin blanc et or. Cela devait-il être un kimono ? C'était si léger et presque transparent, on aurait dît plus une robe de nuit qu'une robe de jour. Et elle allait se montrait devant des tas d'inconnus avec ... Elle avait déjà si honte.

Elle détourna son regard, se concentrant sur son visage. Elle devait appliquer des poudres, des crèmes et des fards pour mettre le maximum en valeur.

- Tu es si belle Miel.

Miel ? Ah oui c'était son tout nouveau surnom.

Et voilà, habillée, parfumée et toute belle ... Maintenant il lui fallait sourire, comme l'avait dit cette étrange femme de l'autre jour. Elle devait sourire même si elle ne voulait pas. Peut être pourra-t-elle gagner assez d'argent et fuir ce lieu un jour, pour de bon. Fuir ce royaume définitivement et parcourir ce monde finalement ?

Elle se leva et suivi en silence cette autre prostituée. Ce soir, un autre soir encore. Similaire à la précédente et encore aux précédentes. Les femmes attendaient dans une pièce, certaines étaient déjà prises et s'occupaient gentiment de leur client à coup de jeu ou de discussions.

- Assied toi ici et on va te présenter quelques hommes, après ... eh bien qui voudra en premier ou qui paiera cher.

Elle acquiesça seulement et s'assit à la place indiquée. Elle se sentait si mal définitivement et si perdue. On murmurait, on parlait sur elle et finalement on l'oublia. Des hommes passaient mais était-ce pour elle ? Telle était la question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vidal

{ Where is Vidal? Vidal is in the kitchen ! }

avatar
Messages : 142
Localisation : Dans mes fourneaux. Non, pas à l'intérieur, bêta !!
Âge du personnage : 23 ans
Fiche du personnage : Poissonement vôtre.



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Assistant cuisinier & éventuellement chef de la résistance.
MessageSujet: Re: Avance d'une case et tu seras peut-être libre . [Vidal]   Sam 11 Aoû - 17:06


    « Allez, Vidal, bouge ton trou du cul ! C'est pas parce que tu as été nommé à c'poste que tu dois toujours bosser ! Viens, viens profiter un peu de ta jeunesse ! »

    L'homme qui le secouait ainsi devait avoir les trente ans. Un peu barbu, il avait la peau mate et était arrivé après le coup d'éclat. Un de ces exilés qui avaient profité de l'annonce de la défaite des princes pour revenir...Vidal n'avait rien contre cela, mais il trouvait ça un peu...un peu injuste. L'homme n'était pas le seul, il était accompagné d'environ trois hommes, déjà la bouteille d'alcool fort à la main. C'est ainsi qu'on lui arracha les feuilles qu'il devait remplir avant l'aube et qu'on le mena au centre-ville.

    La journée avait pourtant fort bien commencé...pour une fois, il ne semblait y avoir de problèmes nulle part. Armand, enfermé quelque part à l'étage ne faisait pas d'histoire, et il n'y avait eu aucune explosion...même si, maintenant qu'il y pensait, ce genre d'explosion n'avait lieu que la nuit. Son rôle était pour l'instant divers et varié, selon les hommes qui manquaient pour remplir la paperasse...et vous pouvez le croire, des hommes, il en manquait beaucoup, même si énormément arrivaient, ce n'était toujours pas assez. De jour en jour, l'Assemblée se remplissait. Ils envisageaient même de créer une autre institution pour contrer le pouvoir de l'Assemblée et discuter plus sérieusement des lois car, chacun le sait, il n'est pas bon de voir le pouvoir dans un seul endroit. Au sommet de l'Assemblée, ils avaient disposé trois chefs. Une nouvelle fois, le choix avait été fait grâce à un vote, et ceux qui avaient le plus de votes avaient été choisis...quant au Sénat, il n'avait pas encore été créé, mais Vidal songeait bien à ordonner tout cela rapidement.

    Jusqu'à présent, ce qu'on appelait « Assemblée » était un gros bordel, soudé grâce à l'ancienne haine des Princes et dans le désir que jamais cela ne recommence...pourtant, Vidal savait pertinemment que chaque homme avait ses faiblesses et qu'une fois le pouvoir à leur portée, ils chercheraient à en profiter...c'est en cela qu'il honnissait l'espèce humaine et se promettait de se barrer le plus vite d'ici. Bref. Ses « amis » ou du moins, les hommes qu'il côtoyait voulurent le sortir, ce soir-là, et donc l'emmenèrent dans un bordel...

    Haha, s'ils savaient que Vidal n'avait pas la moindre expérience avec la gente féminine et masculine, quelle tronche auraient-ils faite ? Sûrement un mélange de différentes expressions, surtout que le jeune homme était très à l'aise avec les femmes et avait son petit succès en leur compagnie...Ils arrivèrent donc dans une de ces maisons closes assez connues, et on le poussa en avant. Bertrand, celui fraîchement revenu d'exil, lui ébouriffa les cheveux, lui disant que cette fois-ci, pour le remercier de tout ce qu'il avait fait, il allait lui payer un cadeau de valeur. Là, des femmes les menaient déjà à une autre salle, où étaient présent d'autres hommes. Que se passait-il ? Pourquoi ? Il fronça les sourcils, et avisa la jeune fille qui était au milieu.

    Chan Dai.

    Il réussit à ne pas prononcer le nom, ni même le murmurer. Ses yeux trahirent juste son étonnement tandis qu'une femme plus vieille prononça le nom de « Miel ».

    « Vous êtes donc réunis ici pour Miel...nous commencerons les enchères à 1 000 ! »

    Vidal resta à proprement dire immobile, trop stupéfiait pour faire quelque chose. En même temps, Bertrand fit rapidement monter la mise et, très rapidement, il n'y eut plus que lui dans la salle. On lui demanda d'aller dans la chambre d'à côté avec « Miel », ce qu'il fit, trop bouche-bée pour réagir. Une fois seuls, il prit soin de fermer tous rideaux et portes avant de se rapprocher d'elle et de murmurer.

    « Que...quoi ? Chan Dai ? Chan Dai, tu ne m'avais pas dit que...tu étais...étais ici ! Je pensais que tu étais partie, moi ! Je suis censé faire quoi, maintenant ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deathnote-rpg.forumactif.fr
Chan Dai

{ "Comme un Homme ! Sois plus puissant que les ouragans !" ♫ }

avatar
Messages : 19
Fiche du personnage :
    [url=adresse de votre fiche]Ici[/url]

RPs : Faisons une pause, voulez-vous [Vidal - Pause/En reprise]


MessageSujet: Re: Avance d'une case et tu seras peut-être libre . [Vidal]   Mar 14 Aoû - 13:17

  • On disait qu'un groupe entier d'anciens rebelles allait venir et choisir différentes filles. A la bonne heure, ces hommes qui ont été la cause de son malheur allaient encore l'enfoncer plus loin dans les ténèbres. Elle les haïssait tous ! La Royauté, la Rébellion ... Aucun n'était compétent pour protéger et apporter la paix à sa population. Juste une bande de gosses bien habillée avec un pouvoir démesuré.

    Ainsi donc tout le monde était là et on la présenta dans cette robe. Tous eurent un petit rire inquiétant et se lançaient même des petits regards de défi, du type "Qui va gagner la beauté d'Asie ? Qui sera le chanceux de la déflorer ? " . Et les enchères démarrent à 1000. La question était : récupérera-t-elle ces 1000 ? Autant rêver de sortir d'ici gratuitement. Cette bonne matrone avait plus d'un tour dans son sac pour la piéger ...

    Au fur et à mesure que les prix montaient, les hommes s'éloignaient, choisissaient une autre fille dans les parages et sortaient ou montaient directement à l'étage. Quant à Chan Dai, elle porta son regard sur ses figures et se préparer au choc du premier client ... Par contre, elle s'était mentalement préparée à tout sauf à CE visage !

    Rêvait-elle ? Voyait-elle bien ce garçon de cuisine Vidal parmi cette foule ? C'était impossible voyons ... Il ne pouvait pas faire partie de la Rébellion et puis, que faisait-il là ? Les questions stupides s'enchainaient et elle n'arrivait plus trop à obliger ses yeux de changer de visages. Ils restaient rivés sur cet homme avec la cicatrice sur le visage.

    Et finalement, ce n'est que lui qui est resté et sans tarder, on indique au jeune homme la chambre réservée pour cette nuit-là. Vidal obéit et emmena donc Chan Dai - Miel maintenant - dans cette chambre là. Comme toutes les autres, elle restait lugubre mais bon, elle était un peu plus confortable, plus grande et sentait la rose.

    Trop en état de stupeur, elle ne réagit pas du tout et attendit comme une idiote au milieu de la pièce, à fixer Vidal qui fermer portes et rideaux. Cette besogne finie, il s'approcha d'elle et lui murmura des choses ... inattendues.

    La réaction du jeune homme l'étonnait autant que lui était étonné de la voir ici.

    - J'étais censée partir ... Je rêvais de partir. Mais avec l'ouverture du Royaume, je suis l'une de ses filles dont la maison a été pillé, brûlé par une bande de voyous. Une de ses malheureuses filles dont le père n'a pas hésité à vendre la beauté à une maison close pour nourrir son propre estomac et fuir loin d'ici ! Quant à mon fiancé ... Je ne sais pas s'il vit, s'il est en cavale dans tous les cas, il ne m'est plus d'une grande aide.

    Et elle était complètement seule actuellement.
    Enfin, elle aurait voulu hurler qu'ils auraient apporter paix et bonheur au royaume et non une tripotée de voleurs et assassins. Aussi préciser dans sa toute première phrase "Avec l'incapacité du pouvoir actuelle à protéger ses citoyens ..." mais à quoi cela servirait-il ? A rien. Juste à l'énerver pour un rien et si elle l'énervait, la matrone lui augmentera la dette de son prix de "vente".

    - Enfin, tout ceci est du passé et je ne vais pas me plaindre. On me nourrit, loge et je peux continuer à dessiner ... Autrement ... Vous n'avez qu'à faire ce pour quoi vous êtes venus mon bon monsieur ce soir. Je suis toute à vous.

    C'était un Résistant, un ancien ... en fait, pour simplifier les choses, tous les hommes lui faisaient pitié actuellement et aucun ne méritait son affection ou son amitié. Dire qu'elle l'avait trouvé différente à une époque, intéressant .. Au final, il était comme les autres et n'hésitait pas à se trainer dans des maisons closes pour s'amuser. La preuve, il était là.

    Mais elle ne laissait pas paraître son dégout ni son envie de pleurer sur une épaule amicale. Non, elle allait suivre les conseils de l'autre femme et sourire, un beau et faux sourire ... de quoi tromper un homme rempli de désir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vidal

{ Where is Vidal? Vidal is in the kitchen ! }

avatar
Messages : 142
Localisation : Dans mes fourneaux. Non, pas à l'intérieur, bêta !!
Âge du personnage : 23 ans
Fiche du personnage : Poissonement vôtre.



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Assistant cuisinier & éventuellement chef de la résistance.
MessageSujet: Re: Avance d'une case et tu seras peut-être libre . [Vidal]   Dim 26 Aoû - 19:28


    Chan Dai était si proche de lui, à présent, il aurait pu...non, il pouvait la toucher. Elle aussi avait été marquée par la grande Révolution qui avait suivi ces dures années de règne, mais elle ne se retrouvait pas au final du bon côté de la barrière. Il avait quitté une fille au kimono tâché par de la peinture, sans doute un peu trop couvée par ses parents pour trouver une demoiselle vêtue de beaux habits mais toujours prisonnière d'un étroit donjon. Comment allait-il pouvoir la libérer de là ? Il avait beau être le chef de la résistance et avoir un rôle assez important dans l'Assemblée, mais les sorcières qui tenaient ce lieu de plaisir ne laisserait sans doute sortir Chan Dai que lorsque sa peau se serait flétrie et lorsqu'elle aurait attrapé des varices ! Un tel bijou, même contre une somme d'or considérable, il aurait été dommage de le gâcher.

    Ainsi les affaires de son père avaient-elles mal tournées lors de la prise de pouvoir. Vidal en était d'autant plus désolé qu'il n'avait pas voulu ce sac. Cette fameuse nuit, une peu tous les rebelles avaient déchargé, fait exploser tout ce qu'il avait sur le cœur...au sens littéral...mais encore une fois, Vidal ne savait pas du tout s'il s'agissait de ses compatriotes ou...de cette mystérieuse bande qui s'en prenait tout autant à son régime qu'à celui de Louis. Le fait, encore une fois, qu'il y ait les mêmes explosions devaient tout de même signifier quelque chose : un troisième larron ? Quel intérêt il y avait-il à faire exploser la boutique et la fortune de ce pauvre homme qui avait l'air d'être juste un bourgeois plus ou moins fortuné ? Tout cela ne ressemblait une nouvelle fois pas du tout à ses compatriotes.

    Le fiancé...le fiancé, bien sûr. Et si elle sortait d'ici, elle se marierait avec celui-ci ? Vidal se mordit soudainement les lèvres, honteux d'avoir de telles pensées. Il ne tenait pas à coucher avec elle – du moins tout de suite – ni à lui ravir son bonheur. Il voulait juste la faire sortir de cet endroit sordide où, si elle était tombé sur tout autre que lui, elle se serait sûrement faite violer. Reniflant un petit peu, Vidal s'aperçut que son infortunée interlocutrice sentait la rose. Miel...c'était donc comme cela qu'ils l'avaient appelée ? Elle ne mangerait sans doute plus jamais de cette substance indifféremment.

    « Je ne te veux pas...mes amis m'ont forcé à venir ici...pour me détendre, soit-disant...ils trouvaient que j'étais un peu trop enfoncé dans la paperasse et m'en ont sorti de force. Je ne compte pas te toucher. »

    Il posa sur sa main sur sa joue, secouant négativement sa tête pour lui dire à quel point il était désolé. Et cela, il l'était vraiment, surtout qu'il comptait lui annoncer quel avait été son rôle dans tout cela...en premier lieu, Chan Dai allait sûrement mal réagir : pour elle, il était sûrement le fautif, la cause de pourquoi elle s'était retrouvée ici...alors qu'en vérité, c'était plus le père qui était à blâmer qu'autre chose. Ce misérable égoïste...si jamais il avait vraiment tenu à sa fille, il l'aurait mise en sécurité plutôt que de la vendre au premier bordel venu.

    « En fait...j'étais le chef de la résistance...lors de notre rencontre, je te proposais réellement de fuir avec notre aide...nous n'oppressons pas les gens, au contraire, et il me paraît suspect que tous vos biens aient été brûlés cette nuit-là. Cela méritait enquête. Il arrive encore régulièrement des choses comme cela, et je t'avoue que je m'y interroge...as-tu vu les individus qui y auraient mis le feu ? Lorsque nous avons gagné, j'ai eu un rôle important à l'Assemblée...et aujourd'hui encore, je m'efforce pour qu'il y ait le maximum d'ordre...et crois-moi, il y a des masses de boulot ! »

    Vidal aimait, mine de rien, son travail. Il avait beau être rébarbatif et assommant, il s'y consacrait à fond, et cela était même plus plaisant que jouer au jeu du chat et de la souris avec Shad comme ils le faisaient tous avant la mort de ce dernier. Dieu soit loué, Vidal prenait encore des pauses, s'occupait en même temps d'une sorte de police secrète, il ne passerait donc pas toute sa jeunesse enfermé dans un sinistre donjon.

    « Comment puis-je te faire sortir d'ici ? Faut-il une promesse de mariage ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deathnote-rpg.forumactif.fr
Chan Dai

{ "Comme un Homme ! Sois plus puissant que les ouragans !" ♫ }

avatar
Messages : 19
Fiche du personnage :
    [url=adresse de votre fiche]Ici[/url]

RPs : Faisons une pause, voulez-vous [Vidal - Pause/En reprise]


MessageSujet: Re: Avance d'une case et tu seras peut-être libre . [Vidal]   Jeu 30 Aoû - 3:06

Elle s'attendait à ce que la discussion soit close mais pas du tout. Il posa juste une main sur la joue et lui dit une chose totalement incroyable : il n'allait pas la toucher ce soir ! Eh bien, elle était contente d'une part car on n'allait pas la forcer et elle n'aurait pas à se forcer ou à imiter un quelconque plaisir - comme lui ont conseillé quelques filles du bordel - . Mais c'était aussi un peu triste pour une simple raison : il restait un visage plus ou moins connu, au moins sa première fois aurait été avec une personne de sa connaissance plutôt que par un client inconnu qui avait 50% de chance de ne pas revenir si la "marchandise" ne lui plaisait pas.

C'était sa pensée juste avant d'entendre la suite des paroles de Vidal.

Il était le chef de la Résistance ? Alors ... il lui avait vraiment proposé une place dans la Résistance lors de leur rencontre ? Ce n'était pas juste un jeune cuisiner un peu rêveur de Révolution ?! Ensuite il passait à un autre sujet notamment les agresseurs mais Chan Dai n'écoutait déjà plus.

Et sa dernière question était la goutte d'eau en trop qui fit déborder le vase, sa coupe de colère. Elle allait exploser et très méchamment. Tout d'abord elle le gifla, elle ne comprit pas son geste dans l'immédiat mais elle avait besoin de taper à cet instant et il semblait avoir la tête à claque, vous savez en raison de sa position de leader de ses fous qui ont balancés des bombes, de ses fous qui ont laissé ses pilleurs entrer dans le Royaume.

- Vous ... Vous auriez dû protéger vos citoyens de ces pilleurs venus de toute part du monde ! Au moins les Princes arrivaient à cet exploit même si pour cela ils oppressaient le peuple ! Ils ne laissaient pas d'intrus entrer et piller comme ca sa population ou encore balancer des bombes sur tout ce qui tombe sous la main!


Elle s'arrête, les larmes aux yeux.

- Vous auriez dû prévoir tout ce bazar ! Vous êtes une bande d'idiots !

On voyait qu'elle était énervée et qu'elle balançait sans réfléchir des choses insensées. Si elle avait toutes ses esprits, aurait-elle dit de cette façon toutes ces phrases ? Non, elle aurait tenté de les tourner plus joliment pour que cela ne soit pas trop cru ni agressif. Mais elle était en colère, frustrée, déprimée, désespérée ... Bref dans une belle panique qu'elle a caché tout ce temps.

- Pour sortir d'ici, il faut une promesse de mariage et il faut payer ma dette à la maison soit le logis, la nourriture, le médecin ou encore mes vêtements, mes maquillages, mes parfums ... toutes ces choses qu'on m'a obligé à acheter pour séduire des hommes comme vous !


Elle s'arrête à nouveau et cette fois pour prendre un mouchoir et se moucher. Elle avait perdu de sa superbe à cet instant, ne laissant paraître qu'une Chan Dai fragile.

- De toute façon .. . pourquoi feriez-vous tout ça ? Et même ... une fois dehors, je n'ai plus personne. Je finirais à la rue de toute façon. Au moins, ici j'ai un toit ...

... dit-elle pour se consoler et pour cacher sa peur totale.

- J'ai peur. J'ai très peur.

[b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vidal

{ Where is Vidal? Vidal is in the kitchen ! }

avatar
Messages : 142
Localisation : Dans mes fourneaux. Non, pas à l'intérieur, bêta !!
Âge du personnage : 23 ans
Fiche du personnage : Poissonement vôtre.



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Assistant cuisinier & éventuellement chef de la résistance.
MessageSujet: Re: Avance d'une case et tu seras peut-être libre . [Vidal]   Ven 7 Sep - 16:58


    Vidal eut à peine le temps de se poser des questions sur tout ce qu'il passait qu'il se reçut une gifle bel et bien forte. Elle ne l'avait pas écouté, ou quoi ? Il venait de lui dire ce qu'il s'était vraiment passé, ces attentats terroristes, et pourtant...Vidal grinça des dents. Plus que tout, il en avait marre des gens qui pensaient ne pas leurs être redevable. C'était un peu le cas de Chan Dai, même si il ne parviendrait sans doute jamais à la haïr. Elle croyait que rien n'explosait du temps des princes ! Oh, bien sûr, c'était parce qu'elle ne l'avait pas écouté ! Elle ne comprenait pas du tout que c'était déjà le cas, et qu'ils avaient des ennemis communs ! Et puis si ils n'avaient pas ouvert les frontières, les habitants du royaume seraient tous morts de faim, un par un ? Alors, que préférait-elle ? Une mort lente mais avec un peu de suspens, ou cette déchéance rapide ?

    Le reste de ce qu'elle lui dit lui confirma que Chan Dai ne l'avait absolument pas écouté, et qu'en plus, il avait raison. Seule une promesse de mariage pourrait la faire sortir de là. Vidal était jeune, bien portant, il ne se voyait pas tout de suite marié à cause de sa manière d'être bon samaritain. Pourquoi ferait-il cela, en effet ? Pourquoi règlerait-il la dette d'une fille qu'il n'avait rencontré qu'une seule fois et pour qui, en plus, ses amis avait payé ? Pourquoi ? Certains vous diront que Chan Dai avait un visage très fin et délicat qui rappelait le passé à Vidal, d'autres qu'il voulait se faire pardonner l'incendie de sa maison. Sûrement un peu des deux. En tout cas, il comptait bien l'emmener hors de ce royaume dès qu'il aurait un peu moins de paperasse à remplir.

    Triste pour elle et surtout pour son sort s'il n'y faisait rien, Vidal se rapprocha de la furie et, chose vraiment curieuse et inédite, la prit dans ses bras.

    « Je n'ai pas beaucoup d'argent, mais j'ai des amis influents qui peuvent m'en prêter. Je ne veux plus vous voir dans cet endroit, alors...Chan Dai... »

    Il se recula de deux pas, comme le voulait la tradition. Suite à quoi il esquissa un sourire pour la rassurer et se rapprocha pour poser sa main sur la tête. En fait, Vidal était vraiment mal à l'aise en présence de représentantes de la gente féminine. Ici, il faisait des efforts, mais à l'intérieur, il était sûrement en train de stresser comme un gros malade. Ce qui le réconfortait, c'était que Chan Dai ne pouvait pas trop dire non. Quoiqu'elle faisait, elle était coincée. Et il vaudrait sans doute mieux qu'elle dise oui à un type comme lui, se retrouve semi-coincée avec quelqu'un d'influent plutôt que des multitudes de personnes influentes lui passent sur le corps.

    « Le mariage ? Acceptes-tu ma demande en mariage ? Et pourquoi...tu es belle, et puis tu es intelligente. Et je n'ai pas de femme. Je n'en ai même jamais eu. Si tu ne le veux pas, même mariée, je ne te toucherais pas. Considère juste que je règle la dette que j'ai envers toi...es-tu d'accord ? »

    Il lui baisa maladroitement le front, comme pour lui signifier qu'il comptait être plus doux que n'importe quel autre homme. Et qu'il ne ferait pas de gaffe, également. Ce bout de femme, il comptait bien la séduire comme il le fallait, et elle deviendrait raide dingue de lui, comme lui avait clairement un faible pour elle.

    « Alors ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deathnote-rpg.forumactif.fr
Chan Dai

{ "Comme un Homme ! Sois plus puissant que les ouragans !" ♫ }

avatar
Messages : 19
Fiche du personnage :
    [url=adresse de votre fiche]Ici[/url]

RPs : Faisons une pause, voulez-vous [Vidal - Pause/En reprise]


MessageSujet: Re: Avance d'une case et tu seras peut-être libre . [Vidal]   Jeu 11 Oct - 22:42

    Il ne répliqua pas violemment à cette gifle. Il faut avouer que c'était très osé vu sa situation bien précaire. Elle était dans une maison close avant tout. Le principe même de ces maisons était la satisfaction du client or si elle commençait à taper tous ces hommes, soit c'était eux qui allaient lui réapprendre les manières et l'obéissance soit c'était quelqu'un de la maison. Quel était le pire, voilà la question à se poser.

    Mais cet homme-là était différent de ces porcs à l'extérieur malheureusement Chan Dai avait les esprits trop embrouillés pour s'en rendre compte. Actuellement elle était complètement aveuglée par son chagrin, par sa colère, par sa situation, par la trahison de son père, par la trahison de ce nouvel Etat.

    Soudain un corps de mâle s'écrasa sur elle et des bras accueillants et chaleureux l'entourèrent. La voix de cet homme retentit mais elle entendait à peine, bien trop concentré sur ces battements de cœurs rapide. On aurait dit qu'il avait fait un marathon alors que depuis tout à l'heure il avait dû faire trois pas.

    Finalement il s'éloigne de quelques pas et lui fait une proposition plus ou moins dans les règles de l'art. Il disait qu'il la voulait en mariage pour la sortir d'ici seulement. Elle avait tellement envie de dire oui mais qui était-il réellement ? Etait-il aussi innocent qu'il se prétendait ? Aussi bon qu'il le prétendait ? N'est-il pas finalement un type qui la duperait pour un tout autre commerce bien plus vil - quoique comment trouver pire que le métier de prostitution en ce monde ? - ? De plus il parlait d'une dette ? Pourquoi parlait-il d'une dette ? De quoi parlaient-ils déjà ? Son esprit se vidait et était étrangement inerte, alors que c'était précisément le moment où il fallait s'y activer.

    - Dettes ... Pourquoi aurais-je confiance en vous ? Je ne vous ai vu qu'une fois après tout.

    Il y avait cela aussi. Il ne l'avait vu qu'une fois et la première rencontre restait mémorable - plus ou moins - et cette seconde rencontre - ici et maintenant - n'était pas un lieu des plus appropriés et sa tenue était assez légère, n'oublions pas ce léger détail. Enfin, il ne s'attardait pas sans cesse sur ses formes non plus, peut-être est-il sincère dans le fond ?

    - Et puis, cette femme, je ne sais pas si vous pourrez la convaincre ...

    La matrone n'était pas bête comme femme. Elle savait qu'elle pourrait tirer beaucoup de profit avec la petite Chan Dai en raison de sa beauté et ce soir elle en avait été d'avantage persuadé que se soit pour le prix de la virginité de la dame ou les yeux qui se sont attardés sur Chan Dai. Laissera-t-elle un bijoux pareil partir pour de la monnaie sonnante ? N'imposera-t-elle pas un tarif presque princier ?

    Peut-être que Chan Dai exagérait ... peut-être que non ...

    En tout cas, une chose était certaine : ses défenses baissées. Elle semblait de plus en plus d'accord de partir définitivement de ce taudis avec Vidal, quitte à le laisser tomber une fois à l'air libre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Avance d'une case et tu seras peut-être libre . [Vidal]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Avance d'une case et tu seras peut-être libre . [Vidal]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Dirty Prince } :: ♠ { Bourg } ♠ :: Quartier Est :: • Maison Close-