{ Dirty Prince }


« Brave New World »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les liaisons pas dangereuses [Primo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eulalie

{ "Heureux les simples d'esprit, ils iront au paradis." }

avatar
Messages : 103
Localisation : ... En train de faire des bêtises?
Âge du personnage : 18 ans
Fiche du personnage : C'était une histoire à propos d'un petit bonbon sucré

RPs : A silly situation - Theophil (En cours)

Les liaisons pas dangereuses - Primo (En cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Domestique
MessageSujet: Les liaisons pas dangereuses [Primo]   Sam 7 Juil - 16:18

    Eulalie s'avança sur la bord du quai, regarda l'eau. Elle ne vit rien de plus que des reflets scintillants, mais resta à observer le soleil qui changeait les couleurs de l'onde pendant quelques instants. Puis, vérifiant autour d'elle que personne ne lui disait rien, elle s'assit sur un cordage roulé en boule dans un coin, arrangeant sa robe pour que personne ne voit pas ses dessous. Elle sortit un papier, une plume et un petit pot d'encre qu'elle avait acheté avec Primo avant que celui-ci ne parte pour son pays natal. Suçotant la plume d'un air inspiré, elle fronça les sourcils, puis se mit à écrire.

    Cher Primo,

    Je suis assise dans le por pour t'écrire. On voit bien les bateaux ici. Et la mer. Ça faisait longtemps que je l'avais pas vue! Il y a beaucoup de bruit aussi, mais ça me dérange pas. Tu es pas parti depuis longtemps mais j'ai envie que tu reviens pour qu'on puisse encore parler et que tu jeu du violon.

    Il fait beau aujourd'hui. Il y a un peu de nuages. Mais j'ai pas froid, parce que ma maman m'a donné une cape avant de partir au cas où il pleut.

    Quelqu'un vient de passer avec un poison à la main! Il est vraiment très très gros. Je lui ai demandé ce que c'est et il m'a dit que c'est un broché (ou quelque chose qui ressemble, je connais pas trop les poisons). Je lui ai dit qu'il est joli. Et il dit pas autant que moi. C'est gentil non? Je suis aussi joli qu'un poison qui brille! Avec des ecayes et tout. Il a de grandes dans aussi. Moi j'ai pas de grandes dans, alors je ne suis pas vraiment comme un poison? Mais le monsieur dit que j'étais jolie. Je suis contente, parce que j'ai mis ma nouvelle robe aujourd'hui, alors ça veut dire qu'elle me va bien! Elle est rose et blanc avec des petites fleurs partout partout et j'ai mis un corset brun clair et j'ai descendu les manches pour qu'on voit un peu mes époles. Quand je suis partie maman me les as remises en disant que j'étais une pas gentille fille mais je les ai changé après, sinon ça va pas bien avec mon collier. C'est une jolie pierre que mon deuxième papa a mis sur un cordon.

    J'aimerais bien avoir les oreilles percées comme les dames que j'ai vu dans la rue une fois. Mais ça doit faire mal, et j'ai pas envie d'avoir mal. Alors voilà. J'ai mis un ruban dans mes chevaux.

    J'espère que tu vas bien et que tu vois des jolies choses là où tu vas. Où es-tu? As-tu vu des gens que tu aimes? Je veux que tu racontes ce que tu vois. Moi j'ai jamais vu des pays ailleurs. Est-ce que les gens sont jolis? C'est différent d'ici? Comment ils s'habille? J'aime bien quand tu parles ta langue à toi, même si je comprend pas. C'est joli comment je parle moi? Dis-moi tout plein de choses sur comment c'est dans ton voyage!

    Ici ça va. Maman a crié contre la voisine parce qu'elle veut pas que le chat il aille dans son jardin. Je lui ai dit c'est pas grave, mon chat il est gentil. Mais elle a dit qu'il griffe quand on l'approche. Je comprend pas pourquoi on aime pas mon chat. Moi je l'aime. Et après elle m'a dit que j'étais quelque chose de pas joli. Alors ma maman elle lui a dit des choses pas joli aussi. Et on a ramené le chat à la maison et il a eu à manger.

    Hier, j'ai acheté un pain avec des noix dedans. C'était bon.

    Ici c'est bien avec la mer. Je te montrerai quand tu reviendras.

    Eulalie

    P.S : Je te demande pardon pour les faute, et puis parce que j'écris pas très bien. Mais je vais faire des progrès! Et quand tu reviendras tu m'apprendras encore des choses pour écrire hein?

    P.S encore : Écris-moi vite vite vite! J'attends tes nouvelles.


    Elle relut difficilement sa prose, prenant un air concentré qui fit rire un couple qui marchait plus loin, sans qu'elle ne l'entende. Puis, satisfaite, elle reboucha le petit pot d'encre, enveloppa la plume dans son mouchoir, fourra le tout dans sa besace et rentra chez elle, où elle tanna sa mère pendant des heures pour savoir comment on envoyait une lettre.

    Après un long combat, la missive finit par partir, saine et sauve
    .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Primo

{ "PASTAAAA !" }

avatar
Messages : 160
Localisation : Reclus quelque part ?
Âge du personnage : 20 ans
Fiche du personnage :

RPs :
La leçon de piano - Sixtine (fini)

Les liaisons pas dangereuses - Eulalie (en cours)

"Tire la chevillette, la bobinette cherra" - Izaiah (en cours)

"Sparkling diamonds" - Scarlett (en cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Musicien compositeur
MessageSujet: Re: Les liaisons pas dangereuses [Primo]   Dim 8 Juil - 14:41

    Chère Eulalie,

    Tu serais sans doute ravie d'apprendre que de là où je suis, je vois des dizaines, des vingtaines voire même des centaines de poissons. Je les vois depuis le rebord du bateau, où je suis perché contre le bastingage. Si je savais peindre, je t'en aurais offert un aperçu : il y en a de toutes les couleurs, de toutes les tailles. Même de très, très gros. Rassure toi cependant, le Grand Primo n'est pas prêt de se faire dévorer un jour par de la poiscaille.

    Je suis en route pour l'Italie, après une escale en France pour revoir quelques amis qui me manquaient. Paris, c'est très différent de chez nous, si tu veux savoir : il y a d'immenses palais blancs et entre eux, de nombreuses maisons brunes à colombages ; de grandes avenues qui s'étirent entrecoupées de minuscules ruelles tordues où même les Parisiens eux-même peuvent se perdre ; de nombreuses places où trainent à la fois de très riches femmes qui cocotent le dernier parfum à la mode et des malingreux qui feignent de boiter pour avoir quelques sous (Mais ça, nous en avons aussi chez nous. D'ailleurs tu ferais bien d'écouter ta mère et remettre ton joli décolleté en place quand elle te le dit, demoiselle, si tu ne veux pas donner l'envie à une vermine d'en voir plus).

    Au fait, tu veux connaître une formule magique à dire à ta voisine la prochaine fois qu'elle te traitera de vilains noms ? Surtout, ne la répète à personne d'autre qu'à elle, et jamais devant ta mère, pour ne pas briser l'enchantement. Dis : « Que la peste soit des gourgandines mal forniquées ! ». C'est une petite phrase inventée par mon frère quand il était petit, à base de mots latins dont les significations devront rester dans l'ombre pour ton bien. Une fois que tu as crié ça, cours très vite et très loin.

    Et sinon, comment ça se passe au Royaume ? Les Républicains font-ils toujours la fête tous les soirs ? La rumeur sur la baisse des prix de l'alcool dans les tavernes est-elle fondée, finalement ? Non pas que cela me ferait plaisir, entendons-nous. Tu me connais. (Surtout, n'approche pas des pubs, et certainement pas la nuit, tu as bien compris jeune fille ?)
    Quand je serais en Italie, je passerai voir d'autres personnes encore avant d'aller à la demeure familiale. Donc adresse ta prochaine lettre au Duché de Novara, à Lisandro Lorenzo Giovanni de Novara. (Rassure toi, on ne l'appelle pas comme ça couramment.)

    Maintenant, j'ai une faveur à te demander, si tu le veux bien : pourrais-tu glisser ce billet que je joins à ta lettre dans la boîte aux lettres de chez moi ? Celle où il y a écrit « Alceus Leone de Santis ». C'est un petit mot de politesse en Italien, pour dire à Alceus qu'il me manque. Ça me ferait très plaisir que tu le fasses.

    Bien à toi,
    Primo.

    PS : N'aie crainte : ton orthographe écorche ma vue, mais ta lettre me fait très chaud au cœur tout de même. Continue comme ça, je suis sûre que tu y arriveras ! Si tu es une élève sage et sérieuse, je t'offrirais un dictionnaire.
    PS 2 : Puisque ça a l'air de te faire plaisir, désormais je t'appellerai « mon joli poisson ».


    Face aux embruns qui commençaient à gondoler sa lettre, Primo se dépêcha de souffler sur l'encre pour qu'elle sèche plus vite. Cela fait, il plia la feuille en deux et la glissa dans une enveloppe, y joignant ensuite un billet où était écrit en gros : « Ciao da Italia, cretino ! »*, avec un grand sourire.
    Il avait hâte d'arriver au port pour envoyer sa lettre à Eulalie.


    *"Bonjour de l'Italie, crétin !"

_________________
Merci à Ruby pour l'avaaa ♥

"A l'été à la vie, au soleil et aux filles,
Je veux lever mon verre à m'en rouler par terre,
Je rejoins l’imprévu, la folie et l'ivresse"

Thomas Dutronc
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eulalie

{ "Heureux les simples d'esprit, ils iront au paradis." }

avatar
Messages : 103
Localisation : ... En train de faire des bêtises?
Âge du personnage : 18 ans
Fiche du personnage : C'était une histoire à propos d'un petit bonbon sucré

RPs : A silly situation - Theophil (En cours)

Les liaisons pas dangereuses - Primo (En cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Domestique
MessageSujet: Re: Les liaisons pas dangereuses [Primo]   Sam 28 Juil - 22:53

    Eulalie courait vers le port en espérant avoir le temps d'écrire sa lettre avant que les bateaux ne s'en aillent. Elle retroussa sa jupe pour s'assoir à son aise sur le perron d'une maison adjacente, sortit ses accessoires et écrivit aussi vite qu'elle le put. A tel point qu'elle laissa de multiples tâches d'encre sur le papier, camouflant les syllabes de quelques mots, qu'elle espéra sans importance pour la compréhension globale de sa prose.

    Cher Primo,

    Je suis toujours sur le port, mais aujourd'hui il y a pas les poisons. J'espère qu'ils se sont pas tous fait manger. Ou alors peut-être qu'ils sont parti vers toi? Peut-être que ce sont des poisons magiques! Mon papa il me racontait quand j'étais pitite que les poisons des fois ils aident les gens sur les batos. Je suis un joli poison! Aujourd'hui, je met la robe bleue avec le joli tissu que ma maman et moi on a fait. Il y a un chale pour aller avec. Il est blanc, et avec de la dentelle. J'ai un bonnet assorti. Il faut bien s'habiller parce qu'on est aller chez des gens de mon papa pour un bapteme. Le bébé est tout petit et rouge. Mais c'est une fille. Elle s'appelle Mia. C'est drole, on dirait un miaulement de chat. Et quand elle crie, on dirait vraiman un petit chat. C'est minion. Je l'ai prise dans mes bras. J'ai peur qu'elle tombe, mais j'ai bien tenu! La maman a dit que je pourrai retourner la voir si je voulais. Je veux!

    J'ai reçu ta lettre! Je suis contente, parce que je réussis à la lire presque sans mettre trop de temps.

    Il n'y a plus de travail au château vraiment, mais je suis engagé pour laver le linge des gens qui habitent dedans. Alors hier je suis allé au lavoir avec des filles, des vieilles et des de mon âge. Mais je mettais du temps, alors elles sont presque toutes parties avant moi, sauf une. Elle a mon âge et elle a des cheveux marrons et des yeux vers, je crois. Elle est lante aussi. Comme on était seul, on s'est amusé. Elle a lancé de l'eau et moi aussi. Finalement, on a trempé les pieds dans le lavoir. Ils étaient bleus après. Alors on a fait la course pour se réchauffer. Je suis tombé mais le linge il était pas sale. Elle rit. On a acheté de la brioche et on l'a mangée en revenant au château. Elle est joli.

    Paris ça a l'air bien. J'aimerai y aller, pour voir les palais et les dames. Et mettre du parfin!

    J'ai utiliser la formule contre la voisine parce qu'elle disait que j'étais une gourde. Elle a fait les yeux rond comme le poison et elle a dit que le bon dieu me punit pour mes paroles. Après elle a essayé de lancer une poil sur moi et elle appelle son mari mais je fais comme tu as dit, je courre très très vite et très très loin et après j'avais un rond sur le côté qui faisait mal. Heureusement, une gentille dame me donne du pain alors j'ai plus pensé. Elle a une charrette en bois avec du rouge dessus, et plein à manger dedans. Ça sentait bon.

    Ah, et mon ami elle s'appelle Ortensse.

    Je suis très sage. Un dictionnaire c'est le livre où il y a des mots dedans? J'aime bien lire les mot. A la messe dimanche, j'ai essayé de conprendre les mot du petit livre de mon deusième papa mais c'était trop compliqué, j'ai pas compris.

    Oui, les républicains font la fête. Il y a du brui tous les soir presque. On peut pas trop sortir. Je suis désolée, je sais pas pour l'alcool. J'ai demandé à maman et elle a dit que je dois pas poser ce genre de question sinon je serai une pas gentille fille.

    Je t'embrasse,

    Eulalie

    P.S : J'ai bien doné le petit mot pour Alceus. J'espère que ça lui fera plaisir.
    P.S : Désolée pour les tache. J'ai écrit vite pour que la lettre elle parte.


    Enfin, elle plia la feuille comme il se devait, écrivit l'adresse que Primo lui avait donné sur le papier, et courut vers ce qu'elle espéra être le capitaine du bateau partant pour l'Italie. Celui-ci rit quand elle lui bafouilla sa demande, lui apprenant que lui se rendait en Russie et ne quitterait pas le port avant deux semaines. Cependant, il appela un collègue qui accepta de prendre en charge la lettre tâchée, mouillée par la sueur des paumes de l'adolescente. Eulalie partit en remerciant abondamment les deux hommes, toute guillerette à la pensée que son écrit était entre de bonnes mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Primo

{ "PASTAAAA !" }

avatar
Messages : 160
Localisation : Reclus quelque part ?
Âge du personnage : 20 ans
Fiche du personnage :

RPs :
La leçon de piano - Sixtine (fini)

Les liaisons pas dangereuses - Eulalie (en cours)

"Tire la chevillette, la bobinette cherra" - Izaiah (en cours)

"Sparkling diamonds" - Scarlett (en cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Musicien compositeur
MessageSujet: Re: Les liaisons pas dangereuses [Primo]   Ven 10 Aoû - 15:47

    Chère Eulalie,

    J'avais décidé que la carrière d'enseignant n'était pas pour moi, mais décidément, toi et ton orthographe avez un immense pouvoir de persuasion, et je ne peux pas rester plus longtemps les bras croisés. Pour la prochaine fois, tu m'écriras trente fois le mot « poisson », d'accord ?
    En tout cas, même si je suis maintenant trop loin de la mer pour le vérifier, je peux t'affirmer que les poissons ne se sont pas tous fait manger, donc rassure toi.

    C'est un joli prénom, Mia. Moi aussi, ça me fait penser à un miaulement. Il ressemble au prénom de ma grande sœur, Mina.

    De là où je suis, on entend les grillons et les cigales. Le manoir de Lisandro est entouré de champs qui viennent tout juste d'être moissonnés, d'oliveraies, ou de landes d'hautes herbes jaunes. Quelques forêts nous séparent également des premiers villages. C'est à la fois très joli, et, comme dit Lisandro « incroyablement perdu et ennuyeux. ». Il faut dire que mon ami préfère les grandes villes, et Paris est de loin la première à ses yeux. (Lui aussi, il met du parfum.) Heureusement pour lui que dans son immense générosité, Primo est passé le divertir d'une visite ! Tous les jours, nous...

    Le filtre anti-corruption fut activé et Primo censura la fin de sa phrase dans un élan de bonne conscience. Mieux valait pour l'innocente petite Eulalie qu'elle en sache le moins possible sur leurs activités. Léandre possédait l'incroyable don de débaucher tous ceux qui l'approchaient d'un peu trop près.

    … nous amusons beaucoup.
    Voilà bientôt deux semaines que je suis chez lui, mon séjour commence à s'éterniser. Mais j'aime bien cet endroit et sa compagnie. Et puis, j'ai tout mon temps.

    Je suis ravi d'apprendre que tu t'es fait une nouvelle amie ! Et que tu arrives à t'en sortir malgré la désertion du château. (Même si tu es visiblement toujours aussi maladroite. Je me demande d'où te vient cette faculté à trébucher toute seule, alors que tu n'as que deux pieds.) (Fais tout de même attention à ne pas prendre froid, tu te ferais gronder par ta mère. Par moi aussi, d'ailleurs.)
    Simple curiosité : ton amie Hortense (je suppose que son prénom s'écrit normalement comme ceci), est-elle aussi... joyeuse que toi ?

    Le point d'interrogation se prolongea en une sorte de balafre coulante sur le papier quand la feuille lui fut arrachée des mains. Apparemment, Léandre s'ennuyait. Il venait à peine de se lever, pourtant.
    Une brève altercation suivit, où Primo se damna pour récupérer la lettre que le blond agitait paresseusement. Après quelques menaces, chantages et accords conclus, le musicien récupéra enfin son dû et put se remettre à écrire.


    Je suis content de savoir que ma formule magique a été utile. Mon frère en sera très flatté aussi, quand je lui raconterai. Maintenant, ta voisine te laissera surement tranquille – si ce n'est pas le cas, n'hésite pas à me demander d'autres enchantements, je serais ravi de t'aider.

    Mon hôte me réclame pour le déjeuner, je vais donc m'arrêter là.
    J'ai hâte de recevoir ta prochaine lettre.

    Amitié,
    Primo.

    PS : Merci beaucoup pour le petit mot à Alceus. M'est avis qu'il doit en effet bouillonner de joie à l'heure qu'il est.
    PS 2 : Je pense que ce que tu as essayé de lire à la messe, c'était un livre de psaumes en latin. C'est pour ça que tu n'as pas compris grand chose. Veille à prendre un livre en anglais, la prochaine fois. (De toute façon, le latin est une langue absolument inintéressante que seuls les vieux croulants de l'Église aiment parler.)


    Les derniers mots tracés sur le papier, Primo plaça son flacon d'encre sur sa lettre pour éviter qu'elle ne s'envole, tandis qu'elle séchait indolemment au soleil. Il quitta la terrasse et pénétra dans le séjour frais du manoir, où Léandre l'attendait en se servant un verre de vin.

_________________
Merci à Ruby pour l'avaaa ♥

"A l'été à la vie, au soleil et aux filles,
Je veux lever mon verre à m'en rouler par terre,
Je rejoins l’imprévu, la folie et l'ivresse"

Thomas Dutronc
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eulalie

{ "Heureux les simples d'esprit, ils iront au paradis." }

avatar
Messages : 103
Localisation : ... En train de faire des bêtises?
Âge du personnage : 18 ans
Fiche du personnage : C'était une histoire à propos d'un petit bonbon sucré

RPs : A silly situation - Theophil (En cours)

Les liaisons pas dangereuses - Primo (En cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Domestique
MessageSujet: Re: Les liaisons pas dangereuses [Primo]   Mar 14 Aoû - 1:50

    Dans la chambre retentissaient des bruits de lutte acharnée, ponctués de petits cris qui ressemblaient à ceux d'une souris. Enfin, une silhouette menue émergea de la pièce : celle d'un enfant aux cheveux noirs, tenant un papier à la main, aussitôt suivie par celle d'une jeune fille blonde portant un châle rose sur ses épaules, les joues rouges et les cheveux en pagaille. S'ensuivit une course effrénée qui se solda par la chute d'Eulalie deux marches avant la fin de l'escalier, qu'elle dévala sur les fesses, heurtant le sol de son genou. Le boucan attira sur les lieux du crime le chef de famille, qui s'empressa de rendre son dû à sa belle-fille et de tirer son fils par l'oreille pour le ramener à son travail. Essoufflée, la petite blonde remonta l'escalier, se cala dans son lit avec un support, la couverture remontée jusqu'à la taille, et commença à écrire.

    Cher Primo,

    Aujourd'hui, je t'écris pas depuis le por parce que j'ai attrapé un rume (mais tu dois pas crier, je suis guéri bientôt et ma maman elle a déjà crié et elle a dit que j'étais bete parce que j'étais comme les anfants qui jouent dans la rue quand il y a le froid et qui reviennent avec la gripe. Enfin moi, j'ai pas la gripe. Mais ma maman a dit que j'étais une fille bete quand même). Donc je suis malade et je reste à la méson avec mes petits freres. Avant je devais rester dans le lit avec les couvertures tout partout mais après ma maman elle a dit c'était plus la peine et de toute façon les idiots ils guérissent vite. Je lui ai dit c'est pas très gentil mais je suis levée quand même. Comme j'ai attrapé la maladi qui est pas la gripe, je reste à la méson, et j'écris la lettre à mon lit, mais mon petit frère il a piqué mon papier et il a couru tout partout dans la méson, et j'ai du courir et je suis tombé à cause d'une marche dans l'escalié. Ça fait tout bleu sur le genou. Heureusement, après il a rendu mon papier parce que mon deusième papa il a crié et je peux écrire.

    Je savais pas tu avais une grande sœur. Tu vas la voir chez toi? Comment elle est? Toute brune comme toi?

    J'ai mouillé la lettre parce que ma maman elle a apporté du lait avec du miel dedans comme quand je suis petite et que j'avais vraimen la gripe. C'est bon et puis tout chaud et puis tout plein de sucre.

    J'ai écrit le mot comme tu a dit. Je savais pas c'est poisson mais maintenan que j'ai fait je sais. C'est poisson. Et pas poison. Poisson. Un poisson.

    C'est joli chez ton ami à toi. Les étoiles, tu les vois? Quand on était petit, on cherchait les grillon dans le par terre avec mes frères. Mais on a pas réussi à en avoir un. Mais pourquoi ton ami à toi il met le parfun? Le parfun c'est pas que pour les filles?

    Je vois pas Hortense (je savais pas ça s'écrit comme ça) depuis que je suis malade, alors je suis triste, un peu. Je peu pas sortir. Et quand j'ai ouver la fenetre pour voir comment le dehors c'était ma maman elle a dit il fallait pas. Je sais pas si Hortense elle est joyeuse comme moi, je sais pas trop ce qu'est comme moi. Mais elle est gentille, et elle rit beaucoup. J'ai hate pour pouvoir sortir et aller voir plus souvent Hortense. C'est elle qui va poster la lettre. Je lui ai demandé tu veux bien poster ma lettre pour moi et elle a dit oui. On a rendez-vou devant ma méson à moi.

    Hier, mon deusième papa il a acheté un livre pour moi, à la libraire qui est pas loin de la méson. Je savais pas le latin c'était quoi. J'ai lu deu pages. Mon deusième papa il a dit que le monsieur de la libraire il a dit c'est une histoire avec une princesse elle a des cheveux tout blonds et elle est dans un chapeau. Mais après je sais pas, il faut que je lise le livre, le libraire il a dit c'est pas drole si tu connais la faim.

    J'ai envi de plus être malade, c'est pas bien d'etre tout le temps dedans et de pas pouvoir aller dehors.

    Quand est-ce tu reviens ici? Je sais tu va voir les gens que tu aimes beaucoup mais tu me manque quand meme.

    Je t'embrasse,
    Eulalie

    PS : La voisine elle a dit à ma maman la formule et elle a un peu crié, je crois elle aime pas trop la formule magique.
    PS encore : Mais elle a raconté à mon deusième papa et lui il a ri fort.


    Quand Eulalie eût fini, elle plia soigneusement la lettre de manière à pouvoir écrire l'adresse sur celle-ci, se couvrit le plus qu'elle le put et se rendit à pas feutrés au-dehors, où Hortense l'attendait à côté du portail. Souriante, elle papota quelques instants avec elle, puis lui confia la précieuse lettre. Après lui avoir adressé un signe de la main, elle suivit son amie des yeux jusqu'à ce que celle-ci eût disparu dans une rue adjacente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Primo

{ "PASTAAAA !" }

avatar
Messages : 160
Localisation : Reclus quelque part ?
Âge du personnage : 20 ans
Fiche du personnage :

RPs :
La leçon de piano - Sixtine (fini)

Les liaisons pas dangereuses - Eulalie (en cours)

"Tire la chevillette, la bobinette cherra" - Izaiah (en cours)

"Sparkling diamonds" - Scarlett (en cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Musicien compositeur
MessageSujet: Re: Les liaisons pas dangereuses [Primo]   Sam 18 Aoû - 1:06

    Chère Eulalie,

    Tu restes quand même une idiote, il n'y a pas à dire. Enfin, même malade, tu as apparemment suffisamment de forces pour réussir à courir dans toute ta maison et te faire mal dans les escaliers, donc je n'ai surement pas à trop m'inquiéter. J'espère tout de même que tu seras vite rétablie, grâce aux bons soins de ta mère et ses laits chauds au miel. (Il faudra que tu me fasses goûter, un jour, je ne connais pas cette recette qui semble te plaire autant.)

    Ce soir je t'écris depuis une taverne. Je me suis remis en chemin, bien que Léandre ait tenté de saboter ma voiture le jour du départ – qu'il peut être fatiguant, parfois – et j'arriverai chez moi demain en soirée, normalement. Autour de moi, c'est plein de rires gras qui tintent contre le carillon des verres de vins. C'est plus bruyant que d'ordinaire, mais c'est sans doute parce qu'on célèbre une Sagra. Pour t'expliquer en quelques mots, une Sagra, c'est une fête traditionnelle. Comme on aime s'amuser en Italie, il y a des Sagras pour tout et n'importe quoi : les changements de saisons, les Saints Patrons, les batailles, les animaux et les recettes de cuisine. (Je ne plaisante pas. La Sagra del Gorgonzola ou la Sagra degli Spaghetti sont des fêtes très officielles en Italie.)
    Tu aimes faire la fête toi aussi Eulalie, n'est-ce pas? Il faudrait que nous nous amusions à fêter quelque chose un jour, au Royaume. En l'honneur de ton chat ou de Sainte Pâquerette, que sais-je. Ce pays est beaucoup trop souvent ennuyeux à mon goût.

    Ma grande sœur était toute brune aussi, oui. Mais je ne pourrais pas la revoir en rentrant chez moi, parce qu'elle est morte, il y a presque deux ans maintenant. Elle était très mignonne et elle souriait toujours, un peu comme toi.

    Ici aussi je vois les étoiles, même si la fenêtre est sale.
    Il paraît qu'attraper un grillon porte chance. Je me suis toujours demandé si c'était vrai. Je n'ai jamais réussi à en capturer non plus, si tu veux tout savoir! Mais mon frère était très bon à ce jeu, étant petit.

    Tu as l'air de beaucoup tenir à ton amie. Ne t'en fais pas, un rhume ne dure jamais bien longtemps. Tu finiras par pouvoir sortir dehors à nouveau, et bientôt tu la reverras aussi souvent que tu le souhaites. En tout cas, c'est gentil à elle de bien vouloir m'envoyer ta lettre. J'aime vraiment correspondre avec toi, c'est agréable et parfois très drôle. (Tu n'imagines pas à quel point tu m'as fait rire en me racontant cette histoire de princesse vivant dans un chapeau.)
    En tout cas, je t'encourage à lire très vite ce livre, et très attentivement! S'il y a des mots compliqués, recopie-les plusieurs fois et demande à tes parents ce qu'ils signifient. (S'ils ne sont pas compliqués non plus, d'ailleurs. Comme le mot maison, par exemple. Mais passons). Tu me raconteras l'histoire dans tes prochaines lettres, d'accord? Il me tarde de connaître l'intrigue, surtout maintenant que je sais que la faim promet d'être palpitante.

    Ne t'inquiète pas, ton précieux ami Primo sera sûrement revenu d'ici un mois! Cela lui fait très plaisir de savoir qu'il te manque, en tout cas.

    Ne fais pas trop de bêtises en attendant mon retour.
    Bien à toi,
    Primo.

    PS : Les femmes ne sont pas les seules à se parfumer, il existe aussi des parfums pour hommes. C'est pour ça que mon ami en met. Mais Léandre reste un marginal, et il se parfume parfois deux fois plus que tout le monde juste pour se faire remarquer.
    PS 2 : J'aime beaucoup ton père, il a un sens de l'humour certain.
    PS 3 : Tu me manques un peu aussi.

_________________
Merci à Ruby pour l'avaaa ♥

"A l'été à la vie, au soleil et aux filles,
Je veux lever mon verre à m'en rouler par terre,
Je rejoins l’imprévu, la folie et l'ivresse"

Thomas Dutronc
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eulalie

{ "Heureux les simples d'esprit, ils iront au paradis." }

avatar
Messages : 103
Localisation : ... En train de faire des bêtises?
Âge du personnage : 18 ans
Fiche du personnage : C'était une histoire à propos d'un petit bonbon sucré

RPs : A silly situation - Theophil (En cours)

Les liaisons pas dangereuses - Primo (En cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Domestique
MessageSujet: Re: Les liaisons pas dangereuses [Primo]   Mer 22 Aoû - 16:50

    Eulalie descendit en courant la rue qui arrivait jusqu'au lavoir, tenant sous son bras la bassine de linge dans laquelle elle avait également fourré du papier et le nécessaire pour écrire. Sa jupe balayait le sol au rythme de ses mouvements, comme le linge bondissait dans son récipient au fil de ses pas. Quand elle entra à l'intérieur de l'édifice, elle déposa le panier à côté d'elle, fourra le linge dans l'eau et déplia la feuille pour la poser sur ses genoux, renonçant à la poser par terre au vu des flaques d'eau qui parsemaient le sol. Il n'y avait encore personne à cette heure de la journée, et elle avait le temps de répondre à la lettre de son ami avant de commencer sa tâche.

    Cher Primo,

    Je tousse encore un peu mais ma maman elle a dit que je pouvais aller dans le dehors. Elle a dit aussi comme ça tu fera moins de bétises. Je crois elle est faché parce que en courant après mon frère, on a renversé le vase de l'entré avec les fleur dedan. J'espère je peux gagner de l'argent pour en racheter un autre à ma maman. Je crois elle boude. Mon frère lui a fait un gateau hier (il travaille avec mon deusième papa à la boulangerie). Je crois lui aussi il s'en veut pour avoir cassé le vase.

    Aujourd'hui, j'écris la lettre dans le lavoir. Je dois laver les drap et tout, mais j'ai envie de répondre avant. Et après je pourrais donner la lettre au port. Je dois faire attention, c'est tout plein d'eau partout par terre. Je crois ma jupe elle va encore être mouiller.

    J'ai commencé le livre mon deusième papa a acheté pour moi. Je recopi les maux, aussi. Mais il y en a certain j'arrive pas trop à lire, des fois, et comme ma maman et mon deusième papa ils ont pas trop le tant de s'occuper de moi, je vais demander à mon autre petit frere. Il s'appelle Rosiel. Il va pas dehors beaucoup. On a le meme papa, pas comme avec Jensen. Lui il a le tant de m'expliquer, j'aime bien. Alors je lit dans sa chanbre, et je suis contente après. Dans le livre, ils disent la dame elle a des fée pour lui donner des jolies choses quand elle nait. Je sais pas c'est normal, mais moi j'ai pas ça. Les princesse elles ont de la chance d'avoir droit aux jolies choses dès elles sont là. Mon deusième papa il a dit c'est des faignantes qui est pas capable de travailler pour avoir les jolies choses. Il a dit aussi c'était mieu de travailler pour avoir les jolies choses au lieu les avoir tout de suite. Mais moi j'aimerai bien avoir sans faire rien du tout quand meme.

    Je suis triste pour la grande sœur Mina. Je suis allé prier pour elle à la grande église. Et puis allumer une petite bougie. Peut etre elle la voit de tout là-haut. Je pense que oui.

    J'ai plus d'argent pour acheter la brioche à la dame dans la rue. Si je suis une princesse, je pourrais en avoir une sans rien du tout. C'est Hortense qui a payé. Elle est gentille. Après on est allé se bougner dans l'eau de la foret, parce qu'il y avait le soleil un peu, et on a essayé pour attraper un crapaud mais sa pot elle était toute glissante et il est parti.

    Je savais pas on pouvait faire des fetes pour tout! J'aime beaucoup ça. C'est drole. Mon chat il aimerait surement avoir une fete pour lui. Comme ça peut-etre il arrete de partir tout le tant partout.

    Quand tu reviendra, je ferai un lait avec du miel dedan. C'est très sucré et c'est tout doux.

    J'espère tu es bien arrivé dans ton chez toi, et tu as revu ta famille. Ils doit etre content de te voir!

    Tu leur dis bonjour pour moi? J'aimerais bien voir comment sont les gens de chez toi.

    Je t'embrasse,
    Eulalie

    PS : Tu crois toutes les princesses elles ont des chevaux blonds?
    PS encore : Je suis très sage.


    La jeune fille referma soigneusement le petit pot d'encre après avoir écrit l'adresse, essuya la plume qui lui avait servi à tracer soigneusement les lettres et plia la feuille, qu'elle déposa ensuite au fond de son panier pour éviter qu'elle ne soit sali (ou pour éviter de l'oublier ici). Elle commença sa lessive quand les premières femmes arrivèrent au lavoir. Eulalie leur sourit. Après son travail, elle irait donner la lettre. Elle espérait que Primo lui répondrait très vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Primo

{ "PASTAAAA !" }

avatar
Messages : 160
Localisation : Reclus quelque part ?
Âge du personnage : 20 ans
Fiche du personnage :

RPs :
La leçon de piano - Sixtine (fini)

Les liaisons pas dangereuses - Eulalie (en cours)

"Tire la chevillette, la bobinette cherra" - Izaiah (en cours)

"Sparkling diamonds" - Scarlett (en cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Musicien compositeur
MessageSujet: Re: Les liaisons pas dangereuses [Primo]   Mer 5 Sep - 22:09

    Bien qu'annoncé et attendu par sa famille depuis plusieurs jours déjà, Primo ne pouvait s'empêcher de stresser. A la fois angoissé et enthousiaste, il franchit le portail de fer forgé d'un pas hâtif, mais quelque peu hésitant. Voilà plus de deux ans qu'il attendait de pouvoir remarcher sur ce chemin de graviers blancs, qu'il n'avait pas revu ses proches. Il s'arrêta au milieu de l'allée, inquiété soudainement par de menus détails – il renoua le ruban à son col, rentra sa chemise dans son pantalon, la ressortit, la rentra de nouveau, lissa sa veste, tenta en vain d'arranger ses cheveux, abandonna l'idée, et frotta plus ou moins ses chaussures avec sa manche pour ôter la poussière. En se redressant, il observa une nouvelle fois autour de lui, pour s'assurer que rien n'avait changé ces dernières années. Les rosiers avaient été taillés récemment, cela se voyait ; et quelques hêtres semblaient avoir été coupés, sur une des rives du lac au loin. Mais son vieux saule était toujours debout, à sa gauche, et la maison était toujours la même. Il reprit ses valises en main et s'avança. Quand il arriva aux marches devant l'entrée, constatant que les fenêtre étaient ouvertes, il cria pour qu'on vienne à sa rencontre. Toute la peur s'était envolée, ne restaient plus que l'excitation et la joie.
    Devant lui, la porte s'ouvrit. Il lâcha brusquement ses bagages.


    Chère Eulalie,

    Ça y est, me voilà chez moi, à Asti. Tu n'imagines pas le bonheur que c'est de retourner chez soi après tout ce temps. Je n'ai pas encore pu revoir mon grand frère (il est capitaine dans l'armée, et même s'il n'est plus en campagne de guerre il doit encore s'occuper d'intrigues louches pour les nobles de la cour – des histoires de poison ou de bijoux volés, je crois), mais tout le reste de ma famille est là. D'ailleurs, tu ne devineras jamais qui m'a accueilli à mon arrivé? Ce bon vieux Alceus bien sûr, mon très cher cousin. Ha, ha, si j'avais su qu'il me ferait la surprise de me rejoindre en Italie! Quelle joie.

    Je suis content que tu travailles sérieusement ton orthographe. Et c'est bien que ton frère t'aide. Il doit être patient. En tout cas, je pense que tu n'as pas à être jalouse des fées de la princesse de ton livre : même si tu ne les vois pas, je suis sûre que toi aussi tu as des fées pour te protéger, vu le nombre de fois où tu es tombée par terre sans jamais rien te casser. D'ailleurs, ta mère devrait se méfier : tu dois sûrement faire autant de bêtises dehors que dans ta maison, si ce n'est plus. Par exemple, je suis sûre que tu as fait tomber quelque chose dans le lavoir. A moins que ce ne soit toi qui aies glissé dans l'eau – et si ça n'est pas encore arrivé, c'est imminent, alors fais attention où tu mets les pieds. Les fées ne peuvent pas toujours être là, il leur arrive d'aller prendre le thé chez leurs amies et de relâcher leur attention. Ne cours pas sur le carrelage mouillé.

    Connais-tu le conte qui parle d'un crapaud qu'il faut embrasser pour qu'il se transforme en prince charmant? La prochaine fois que vous vous voulez attraper un crapaud, proposez lui un baiser, peut-être que ça l’appâtera.
    (Ah, tu ne devrais pas te baigner alors que tu es encore un peu malade. Sinon tu devras retourner au lit, et tu ne pourras à nouveau plus voir Hortense avant longtemps, et tu te retrouveras à nouveau à casser des objets chez toi et à fâcher tes parents.)

    Au fait, si tu veux consoler ta mère pour son vase, j'ai peut-être la solution – parce que s'il était en porcelaine, tu mettras beaucoup de temps à le lui racheter avec ton seul salaire, entendons-nous.
    Dans la maison que je partage avec Alceus, il y a de très jolis vases qui ne servent à rien ni à personne. Alors je t'en donne un. Tu n'as qu'à aller chez moi, donner le billet que je joins à cette lettre (celui où il y a un cachet en cire rouge) à la personne qui te demandera l'autorisation pour entrer, et te servir. Prend celui que tu trouves le plus beau. Ça me ferait très plaisir, tu comprends, et à ta maman aussi. Tu lui diras que tu l'as acheté avec ton argent et ça sera notre petit secret à tous les deux. Dis toi que tu seras comme la princesse de ton livre, qui a le droit à une jolie chose sans travailler pour ça. Bien compris? Je compte sur toi.

    Quand Silvio, mon frère, arrivera lui aussi, nous ferons une grande fête comme on n'en a pas fait depuis longtemps dans cette maison, et je passerai ton bonjour à tous les membres de ma famille.
    C'est très gentil à toi d'avoir fait brûler un cierge pour Mina. Je pense qu'elle est contente, là-haut.

    Je t'embrasse,
    Primo.

    PS : Puisque tu es d'accord, nous inventerons une fête pour ton chat. Comment s'appelle-t-il, déjà?
    PS 2 : Je ne pense pas que toutes les princesses soient blondes. Toi, tu n'es pas blonde, mais tu ressembles quand même un peu à une princesse. Quelquefois.

    Assis à son bureau, Primo s'étira puis glissa sa lettre dans une enveloppe. Il griffonna un petit mot en plus sur un autre papier, imita la signature d'Alceus (ce n'était pas la première fois, à vrai dire) et le cacheta avec le sceau qu'il lui avait piqué le matin même. Voilà qui permettrait à Eulalie d'entrer chez lui sans soucis. Il sourit en imaginant la tête que ferait l'Évêque lorsqu'il constaterait la disparition d'un vase dans son manoir, et son sourire s'élargit en pensant à la panique d'Alceus à cette nouvelle. Bien fait pour lui.

_________________
Merci à Ruby pour l'avaaa ♥

"A l'été à la vie, au soleil et aux filles,
Je veux lever mon verre à m'en rouler par terre,
Je rejoins l’imprévu, la folie et l'ivresse"

Thomas Dutronc
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eulalie

{ "Heureux les simples d'esprit, ils iront au paradis." }

avatar
Messages : 103
Localisation : ... En train de faire des bêtises?
Âge du personnage : 18 ans
Fiche du personnage : C'était une histoire à propos d'un petit bonbon sucré

RPs : A silly situation - Theophil (En cours)

Les liaisons pas dangereuses - Primo (En cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Domestique
MessageSujet: Re: Les liaisons pas dangereuses [Primo]   Lun 10 Sep - 20:45

    Eulalie et Hortense marchèrent côte-à-côte sur le port, se protégeant mutuellement du vent qui menaçait de faire s'envoler leurs bonnets (ou du moins, tentèrent, puisque leurs coiffes manquèrent de finir dans la mer une bonne dizaine de fois). Eulalie désigna un renfoncement dans un coin, et après lui avoir donné rendez-vous plus tard, elle laissa son amie aller acheter du poisson pour le repas du soir, ainsi que ses parents lui avaient demandé. La jeune fille, quant à elle, ramena ses jupes sous ses fesses pour pouvoir s'assoir en tailleur sous le porche et sortit le flacon d'encre et la plume de son tablier en essayant de retenir la liasse de feuilles qui manquait de s'envoler à chacun de ses mouvements. Enfin, elle parvint à caler le papier sous son coude, saisit la plume, la trempa dans l'encre et, après réflexion, commença à écrire.

    Cher Primo,

    Aujourd'hui j'ai pas de travail alor je retourne au por, meme si il ne fait pas très très chaud. C'est rigolo, il y a du vent. Hortense elle est venue avec moi, et elle est en train d'acheter du poisson pour sa famille à elle quand j'écris à toi. Il y a plein d'oisos, parce que les bateaux ils sont rentrés et ils enlèvent les poissons pour les vendre. J'espère ils ont pas trop mal dans les fil.

    Hier, je cherche mon chat partou. Il s'apelle Climène, parce que c'est joli. Il est encore parti et moi je dois aller le chercher parce que sinon il va être triste et moi aussi je suis triste si il part loin. Et des méchants peuvent l'attraper et faire des choses mal. Ou il est écrasé avec une charrette pour les monsieur parce que ils vont vite. Une fois, un monsieur avec une charrette pour aller vite il a rentré dans un mur. Mon chat il peut pas etre tout seul dehors. Alors je sors avec mon petit frère Jensen et on va le chercher et on a trouvé mon chat pas loin dans une petite rue qui sent le poisson et il griffe un peu mais on attrapé mon chat. Mon deusième papa il a dit c'est une sale bete mais c'est pas vrai. C'est mon joli gentil chat. Il faut vite vite faire la fete, et il partira plus loin.

    C'est bien que tu es arrivé chez toi! Tu dois etre content que ton cousin il est là aussi, comme ça vous rentrez tous les deux ensemble. Le grand frère il ait très très for si il sait se battre. C'est quoi l'intrigue? Les monsieur riches de ton chez-toi ils sont pas gentil?

    Je suis allé dans ton chez toi d'ici et j'ai demandé pour le vase. Il est joli avec plein de couleur et tout brillant et en porcelaine aussi pour que ça fasse un peu comme celui que je casse alor que je fais pas exprès. Il est rouge et bleu et blanc et plein de choses partout. J'achete des fleur avec Jensen aussi, et on les a mi dedan pour surpriser ma maman. Elle est contente. Elle veut pas croire que c'est moi j'achète le vase, mais je dis si si et elle a dit elle est contente. Elle a mis le vase où l'autre il était. Je suis contente aussi, ma maman elle a un vase et il est joli. Primo, merci beaucou beaucou beaucou!

    Hortense vient. Je t'embrasse,

    Eulalie

    P.S : Je suis contente je suis un peu une princesse. Et avoir des fées aussi, j'aime bien ça.
    P.S encore : Les fées elle a du partir prendre le thé je crois, la lettre elle est tombé sur le par terre et elle est sale un peu.
    P.S encore encore : Je tombe pas dans le lavoir.
    P.S encore encore encore : Hortense elle a dit on va attraper le crapeau alor et on va voir si faire un baiser ça marche ou pas.
    P.S encore encore encore encore : Merci beaucou beaucou.


    Eulalie réfléchit encore quelques secondes à la perspective d'ajouter un sixième P.S à sa lettre, puis décida que c'était suffisant. La silhouette d'Hortense se rapprochait. Elle voyait son amie lui adresser un signe de la main. Eulalie lui répondit en souriant et entreprit de ranger son matériel en prenant garde à ne rien abimer, jusqu'à ce que la lettre s'envole et atterrisse sur le sol, quelques pas plus loin. Aussitôt, elle s'élança à la suite de la feuille perdue, la ramassa et la coinça dans son corset pour ne plus la laisser s'envoler. Devrait-elle acheter quelque chose à Primo pour le remercier de lui avoir donné le vase? Mais elle ne savait pas quoi. En avisant Hortense qui courait vers elle, elle se dit qu'elle y réfléchirait plus tard. Ce n'était pas pressé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Primo

{ "PASTAAAA !" }

avatar
Messages : 160
Localisation : Reclus quelque part ?
Âge du personnage : 20 ans
Fiche du personnage :

RPs :
La leçon de piano - Sixtine (fini)

Les liaisons pas dangereuses - Eulalie (en cours)

"Tire la chevillette, la bobinette cherra" - Izaiah (en cours)

"Sparkling diamonds" - Scarlett (en cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Musicien compositeur
MessageSujet: Re: Les liaisons pas dangereuses [Primo]   Mer 19 Sep - 0:05

    Chère Eulalie,

    Décidément, Hortense et toi ne vous quittez plus! Cette jeune fille doit être un exemple de patience et de générosité, il me tarde que tu me la présentes.

    Je suis content que tu aies retrouvé ton chat. Climène, ça me fait penser à un nom dans une pièce de théâtre. C'est raffiné, pour un chat, tu dois l'aimer beaucoup. (Je note que c'est un des rares prénoms que tu sais orthographier correctement – on voit où vont tes priorités, jeune fille) C'est toi qui as choisi ce nom? Une fois, j'ai été voir une pièce de théâtre, mais j'ai trouvé ça un peu trop coquet à mon goût. Je préfère l'opéra (il faudrait que je m'essaye dans ce genre, je suis sûr de pouvoir composer une brillante bagatelle qui me rapporterait certainement un ou deux mois de salaire) ou le théâtre de rue. C'est très drôle. Il faudrait qu'on aille en voir ensemble, un jour.

    Tiens. C'est vrai, ça, je n'avais pas réalisé que je ferais le trajet du retour en compagnie de mon cher cousin. Tu mets de la joie dans ma journée, Eulalie, merci.
    Comme je suis très très heureux qu'il soit à mes côtés, je suis au petit soin avec lui – je lui prépare son lit, je fais couler son bain, je lui apporte son thé, etc. Mais maintenant que je suis encore plus content, grâce à ta remarque, je sens que je vais redoubler d'attentions à son égard.

    Primo releva la tête, pensif quant aux nouvelles crasses qu'il comptait faire à Alceus. Après le poil à gratter dans les draps, la grenouille dans la baignoire, et le jus de pamplemousse à la place de l'eau du thé, que pouvait-il bien inventer d'autre?

    Quand tu dis « les messieurs riches », tu parles des nobles? Diantre, je n'en ai aucune idée, je n'ai pas été à la cour depuis l'âge de dix ans je crois. Mais vu la tête qu'affichait Silvio en rentrant à la maison, je suppose ça ne doit pas être tous les jours facile là-bas. Enfin, ce ne sont pas mes affaires. Mais l'imaginer aller et venir à travers le comté comme un pigeon voyageur pour transmettre les mots d'amour des nobles entre eux suffit à me faire rire.
    Oh, il est fort, pour sûr – et je ne te conseille pas de te prendre un coup de sa part si tu ne veux pas voir double – mais je me débrouille pas mal moi aussi, tu sais. Après tout, moi aussi j'ai survécu cent fois à moult périples et menaces de mort.

    Pour le vase, je t'en prie, ça m'a fait plaisir. Prend garde à ne pas le casser aussi, celui-là! (Mais si jamais cela arrivait – et je ne serais pas surpris – ne t'inquiète pas, pense à cet immense entrepôt de vases qu'est ma maison au Royaume, où tu es toujours la bienvenue.)

    Toute ma famille pense que tu as l'air gentille – surtout pour réussir à me « supporter », disent-ils. Je ne vois pas ce qu'ils entendent par là.

    Bien à toi,
    Primo.

    PS : Je crois que dès l'instant qu'ils sortent de l'eau, tu n'as plus à t'en faire pour les poissons.



    Primo se recula, relu rapidement la lettre et fini de boire son verre le temps que l'encre sèche. Quand ce fut le cas, il la cacheta avant de l'apporter à son frère. Il était convenu qu'il envoie la lettre pour lui lorsqu'il irait en ville, le lendemain matin.
    Une fois Primo sorti, Silvio considéra l'enveloppe – puis la déchira sans autre préambule. Il se mit à son bureau, écrivit un billet rapide, et glissa la lettre de son frère et la sienne dans une nouvelle enveloppe qu'il cacheta lui-même.
    Soupira avec satisfaction. Voilà qui était fait.

    Chère Eulalie,

    Tu ne me connais pas, mais je suis enchanté de te rencontrer. Même si ce n'est que via du papier. Mais passons, tu m'as compris. Je m'appelle Silvio et je suis le frère du crétin qui te sert d'ami – je parle de Primo. Peut-être qu'il t'a déjà parlé de moi.
    Ah oui, en lisant sa lettre je me rends compte qu'en effet, il t'a déjà parlé de moi. (Et je fais également beaucoup d'autres découvertes. Il faudra que j'ai une petite conversation avec lui à propos de notre cousin)
    Je me permet d'ajouter ce petit mot à sa lettre (il n'est pas au courant, bien sûr) pour te poser quelques questions à son sujet.
    Comment se comporte-t-il, en général? Le vois-tu souvent faire la bringue? Non parce que, je lui ai découvert une de ces descentes l'autre soir! J'ignorai qu'il était capable de boire comme ça, cul sec, trois sangrias à la suite. Et pourtant, elles sont corsées, les sangrias du paternel.
    Se retrouve-t-il souvent dans des situations compliquées? A vrai dire, je ne sais toujours pas pourquoi il a cette cicatrice sur le visage – il était en France lorsque c'est arrivé. Chaque fois que je lui demande, j'ai droit à une réponse différente. Le jour où il m'a dit que c'était parce qu'il s'était battu avec un lion au cirque, je lui ai dit qu'il se foutait de la gueule du monde et qu'il valait mieux pour lui qu'il me raconte la vraie histoire, mais j'ai quand même pas réussi à lui faire cracher le morceau. (Bon, c'est parce qu'on s'est un peu battus, après, qu'au final j'ai pas pu savoir, mais c'est habituel ça.) Tu le sais, toi?
    Je me dis que peut-être tu es au courant, parce que c'est rare que Primo écrive des lettres aux autres. Nous, il ne nous en écrivait jamais, juste à Mina. Il doit beaucoup t'apprécier. D'ailleurs, quelles sont vos relations?
    Excuse moi pour toutes ces questions. Et excuse moi pour ma façon de parler – j'ai plus ou moins appris l'anglais lors d'une campagne de guerre, pour m'occuper, et l'argot militaire doit se faire sentir à travers ma prose. Répond moi à la même adresse mais dans une lettre différente de celle pour mon frère, et si possible sous un pseudonyme, au cas où il fouinerait dans mon courrier.

    Cordialement,
    Silvio Feliciano

_________________
Merci à Ruby pour l'avaaa ♥

"A l'été à la vie, au soleil et aux filles,
Je veux lever mon verre à m'en rouler par terre,
Je rejoins l’imprévu, la folie et l'ivresse"

Thomas Dutronc
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eulalie

{ "Heureux les simples d'esprit, ils iront au paradis." }

avatar
Messages : 103
Localisation : ... En train de faire des bêtises?
Âge du personnage : 18 ans
Fiche du personnage : C'était une histoire à propos d'un petit bonbon sucré

RPs : A silly situation - Theophil (En cours)

Les liaisons pas dangereuses - Primo (En cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Domestique
MessageSujet: Re: Les liaisons pas dangereuses [Primo]   Dim 30 Sep - 17:25

    ]Il pleuvait des cordes au-dehors, à tel point qu'Eulalie avait renoncé à aller écrire sur le port et était resté chez elle, disposant son attirail épistolaire sur le tapis de la chambre de son frère Rosiel. Celui-ci lisait dans le fauteuil, lançant de temps en temps des regards scrutateurs à sa sœur qu'il craignait de voir faire une bêtise au sein de son espace vital de tranquillité. Heureusement, pour l'instant, rien, à signaler. La jeune fille semblait plutôt calme, hormis les gloussements aigus qu'elle poussait de temps en temps, et n'avait encore rien renversé par terre, ce qui lui semblait miraculeux. Quand elle se pencha pour commencer à écrire, ses cheveux châtains formant un rideau autour de sa tête, il estima que le danger était écarté pour quelques minutes et se replongea dans son livre, ne lui accordant plus aucune attention.

    Cher Primo,

    Je suis très très contente c'est bien dans ton chez toi. Le coussin Alceus aussi il doit etre très contente. Et puis c'est mieu de faire la route avec plein de gens, parce que ma maman elle a dit sur la route il y a plein de méchants gens qui veulent prendre des choses. Elle a dit ils prennent même mon petit chat pour le manger si je sors dehor toute seule. Tu crois les méchant gens ils mangent aussi les monsieur? C'est pas bien de faire ça. Mais si tu pars avec le coussin Alceus alors tu te fera pas mangé, si?

    Je montre Hortense à toi quand tu rentre ici. Hier ou avant-hier ou avant avant avant encore hier, je sais plus trop parce qu'il y a eu beaucoup de choses de passé, il y a des petit enfant ils jouent dans la rue avec des choses ça font du bruit et puis c'est joli, et puis il y a eu aussi des gens avec une maison avec des roues et ils font plein de choses dangereuse et ils sautent partout. J'aime bien essayer de faire ça aussi, mais Hortense elle a dit il faut pas, tu te fais mal après. Alors hier ou avant hier ou encore avant avant avant le hier, on a ramassé des légumes dans le jardin avec plein de manger dedan et on a astiqué les poireaux. C'était bien et puis c'était bon.

    J'ai jamais vu des pierre de théatre, sauf dans la rue. C'est drole. Climène c'est le nom d'une boulangère elle était gentille avec moi alor mon chat il s'appelle comme elle, pour qu'il est gentil aussi beaucoup. C'est quoi l'operat? C'est avec des animal?

    C'est bizarre de faire le pigeon pour le grand frère. Les monsieur riche qui sont des noble ils doivent pas savoir qu'un monsieur frère c'est pas un pigeon. Il faut leur dire ils font des betises.

    Ma maman elle dit il faut etre prudent. Tu es plu fort que le grand frère? C'est pas bien de faire la mort aux gen. Après ils sont triste.

    Je dois vais acheter du tissu pour ma maman, elle fait une veste pour Jensen et elle crie parce que elle veut que je vais maintenan. Alors je vais acheter, mais il pleut for, alors j'ai pas très envi. Une foi elle a crié parce que je met beaucoup du temp à faire ce qu'elle dit va le faire. Mais il y a toujours des choses interesant à regarder dehor. Comme hier, je trouve un joli caillou qui brille beaucou beaucou. Il est joli. Mon deusième papa il met un petit corde dedans et ça fait un bracelait.

    Je t'embrasse,

    Eulalie

    P.S : Je suis contente la famille à toi ils trouvent je suis gentille. Ils sont gentil aussi. Et le grand frère beaucou.
    P.S encore : Je réussis à fretiller le harico presque sans faire bruler. Je montre à toi quand tu rentre.
    P.S encore encore : C'est Hortense qui montre à moi. Elle est très forte aussi.
    P.S encore encore encore : Mon petit frere Rosiel il a bien voulu j'écris dans sa chambre. Lui aussi il est gentil.


    Quand elle eut fini sa lettre, elle la relut d'un air aussi inspiré qu'enchanté qui fit sourire son frère un instant. Puis, elle écrivit avec application le nom de Primo avant de plier le papier pour former une enveloppe. Elle reprit ensuite la position qu'elle venait de quitter quelques secondes auparavant, s'empara d'une deuxième feuille de papier et se remit à écrire.

    Cher Monsieur Silvio,

    Je suis très désolé, j'écris mal alor j'espèr vous allez quand même comprendr un peu. Je suis très très content de parler à vou.

    Je remerci vous pour la formule magique que Primo il a envoyé à moi. La voisine elle a crié mais maintenan elle dit plus rien. Par contre elle a renversé un seau avec des choses qui sentent pas bon dedan la dernièr foi je suis passé sous sa fenetr. Je crois elle a pas fait exprès.

    Primo il est très gentil, je suis content il est mon ami, parce que j'ai pas beaucou beaucou d'amis chez moi, et puis il parle tout le temp à moi alor je suis content, et puis il joue beaucou bien du violon et puis il m'apprend plein de chansons que je peux chanter dans la ru après, et il raconte des choses qui sont droles et c'est bien il veut parler avec moi. Je sais pas trop c'est quoi faire la bringue? Je savai pas il y avait des sangria dans le chez vous. Pourtemps c'est un animal il a plein de poil sur lui. Il doit avoir chaud.

    La cicatrice il a dit c'était dans un pays très très loin quand il est en voyage et des brigands ils veulent voler les affaires de lui alors il a dit il veut pas mais ils sont beaucoup beaucoup alor ils prennent Primo et ils ont pris lui dans une grotte avec plein de tresor qui brillent dedan et puis c'est quand Primo il a voulu échapper à eux il y a un méchant il a mis un coup sur sa tête avec une épée qui coupe et ça a fait un bobo. Primo il est très courageu. Moi j'ai peur et les brigands ils me tue. Mais lui il réussit partir et il dit il a réussi à voler un peu le trésor. Mais il dit il peut pas montrer à moi parce que c'est un secret et le bout du trésor il doit rester caché. C'est bizarr il a pas dit ça à vous. Peut-etr il s'est trompé?

    Primo c'est mon ami fort fort. Alors j'aime beaucoup lui. Je suis contente il écrive des lettres à moi, parce que il par longtemps et c'est triste de pas le voir.

    J'ai demandé à ma maman c'était quoi un peudonyme. C'est rigolo, alor je met un.

    Je vous embrasse,

    Laia Sweeney

    P.S : Moi je trouve vous écrivez bien. J'aime bien écrir comme ça aussi, mais je n'arrive pas.
    P.S encore : Il ne faut pas s'inquiéter pour Primo. Il est très très for. Une foi il a dit il avait hiponotisé des gen avec son violon pour fuir des monsieur pas gentil.


    Très contente d'elle, et heureuse d'aider ce jeune homme qui s'inquiétait pour son petit frère (à juste titre, mais cela Eulalie ne le savait pas), la jeune fille referma la lettre avec précaution. En pseudonyme, elle avait utilisé le nom d'une femme dont elle avait été amoureuse il y a quelques années, et le nom de jeune fille de sa mère. Aux anges, et répondant aux invectives de cette dernière qui en avait assez que sa fille ignore ses ordres d'achat (cela faisait tout de même une heure qu'elle lui demandait de se rendre chez le marchant de tissus), elle fourra les deux lettres dans son corsage, prit un châle pour se protéger un minimum de la pluie et partit d'un pas guilleret au-dehors. Même s'il faisait froid, elle se sentait heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Primo

{ "PASTAAAA !" }

avatar
Messages : 160
Localisation : Reclus quelque part ?
Âge du personnage : 20 ans
Fiche du personnage :

RPs :
La leçon de piano - Sixtine (fini)

Les liaisons pas dangereuses - Eulalie (en cours)

"Tire la chevillette, la bobinette cherra" - Izaiah (en cours)

"Sparkling diamonds" - Scarlett (en cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Musicien compositeur
MessageSujet: Re: Les liaisons pas dangereuses [Primo]   Sam 20 Oct - 21:14

    Chère Eulalie,

    Je suis désolée de t'apprendre que même sous pseudonyme, tu es très facilement reconnaissable de par ton écriture enfantine et les tâches d'encre que tu fais jusque sur l'enveloppe. Évidemment, Silvio ne devait pas le savoir lorsqu'il t'a écrit. Au final, il a eu besoin de mon aide pour déchiffrer ton orthographe calamiteuse. J'ai bien failli me sentir vexé face à vos petites manigances, mais je vous pardonne votre complot parce que ta lettre m'a beaucoup fait rire. Tu as de la chance.

    Alceus m'évite ces temps-ci. Étrangement, je crois qu'il boude. Hélas ! Il va sans doute falloir me résoudre à voyager seul. Je ne pense pas me faire manger par qui que ce soit, cependant – ou alors il faudrait vraiment que ma malchance légendaire atteigne des sommets et me fasse atterrir au beau milieu d'un campement de féroces anthropophages en quête d'un dîner. Mais il ne faut pas s'inquiéter, j'ai la peau dure. (Cf mes incroyables aventures dont tu as l'air de très bien te souvenir. D'ailleurs, puisqu'on en parle, je suis probablement aussi fort que mon frère. Et je n'ai jamais tué personne pour autant – qu'est-ce que tu vas croire, bon sang?)

    C'est un cirque que tu as vu? En ce cas je suis de l'avis d'Hortense, ne tente ni de cracher du feu ni de t'allonger sur une planche à clous ni de dompter un lion – ni quoi que ce soit d'autre, en fait, la liste de dangers est trop longue.
    Sinon, l'opéra, même si son nom peut porter à confusion, n'est pas un animal. C'est un grand spectacle avec de la musique, de la danse, des chants et d'incroyables costumes, comment dire, originaux. Je t'emmènerai en voir un, un jour – mieux encore, je t'inviterai à voir celui que j'écrirai et qui promet d'être un pur chef d'œuvre.

    J'espère que tu n'as pas une fois de plus attrapé froid en te promenant sous la pluie pour acheter du tissus.

    Je t'embrasse,
    Primo.

    PS : Et d'après tes derniers post-scriptum le monde n'est qu'une incroyable étendue de gentilles personnes. J'aimerais bien être dans ta tête parfois, Eulalie, tout doit être tellement plus... rose?
    PS 2 : Promet moi de ne jamais donner mon nom à un quelconque animal. Surtout si c'est pour me flatter. Je serais très, très vexé.
    PS 3 : Je suis curieux de voir la manière dont tu astiques les poireaux et fais frétiller le haricot. Ça promet d'être hilarant. J'en ris d'avance, vraiment.
    PS 4 : Je rentre la semaine prochaine.


    Aussitôt l'encre sèche, Primo se leva de son bureau et alla toquer à la porte de son frère. Silvio était là, étendu sur son lit avec un bouquin, l'air de s'ennuyer profond. Il s'approcha de lui pour lui tendre sa lettre. Silvio la considéra avec étonnement, se redressant légèrement.

    « J'ai laissé de la place pour toi au verso. »

    Puis il quitta la chambre sans un mot de plus.
    Silvio parcourut la lettre du regard, rapidement, et esquissa un sourire.


    Chère Eulalie,

    Comme tu peux le voir, le coup du pseudonyme a été inutile finalement. Ce n'est pas grave, ça m'apprendra à fouiner. De toute façon j'aurais plutôt dû m'inquiéter pour son entourage que pour lui.
    Alors mettons quelques choses au clair :
    Évite de chanter les chansons qu'il t'a appris. En fait, mieux vaut les oublier, même. Je ne sais pas ce qu'il t'a enseigné mais ça ne doit foutrement pas être des cantiques religieux.
    Ne crois surtout pas tout ce qu'il te raconte..
    N'essaie pas de le suivre où que ce soit au delà d'une heure décente.
    « Faire la bringue » est une expression pour dire « faire la fête », et si un jour Primo te le propose (mais j'en doute) refuse catégoriquement.
    La sangria est une boisson alcoolisée, pas un animal, comme le sanglier.
    Enfin, tu n'as pas l'air très affectée par le mode de vie exubérant de mon idiot de frère, donc peut-être que tout ira pour le mieux finalement. Tu es une brave et gentille fille. Suffisamment pour que la mauvaise influence de mon frère ne t'atteigne pas, ce qui est considérable. Ne change pas.
    Je ne renonce pas à savoir comment Primo s'est fait sa foutue cicatrice. Si un jour je le découvre, je te renverrai une lettre.
    Ça m'a fait plaisir de parler avec toi, Eulalie.

    Amicalement,
    Silvio Feliciano.

_________________
Merci à Ruby pour l'avaaa ♥

"A l'été à la vie, au soleil et aux filles,
Je veux lever mon verre à m'en rouler par terre,
Je rejoins l’imprévu, la folie et l'ivresse"

Thomas Dutronc
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eulalie

{ "Heureux les simples d'esprit, ils iront au paradis." }

avatar
Messages : 103
Localisation : ... En train de faire des bêtises?
Âge du personnage : 18 ans
Fiche du personnage : C'était une histoire à propos d'un petit bonbon sucré

RPs : A silly situation - Theophil (En cours)

Les liaisons pas dangereuses - Primo (En cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Domestique
MessageSujet: Re: Les liaisons pas dangereuses [Primo]   Sam 22 Déc - 23:19

    Eulalie tenait son bonnet pour ne pas qu'il s'envole à cause du vent, celui-ci étant particulièrement fort ce jour-là. Son autre main, en même temps qu'elle maintenait sa jupe vers le bas, agrippait quelques feuilles, un petit livre en très mauvais état et un nécessaire pour écrire. Après une progression lente et compliquée, elle parvint à son objectif, un petit renfoncement dans le mur qui la protégerait des intempéries. Elle s'assit avec précaution, protégeant ses affaires du mieux qu'elle le pouvait, et les cala ensuite contre la pierre. Elle prit une feuille qu'elle plaqua sur ses genoux, saisit sa plume, la trempa dans l'encre. Elle resta quelques instants le nez en l'air, la plume venant chatouiller le coin de sa bouche – ce qui la fit éternuer – avant de se mettre à écrire.

    Cher Primo,

    Hier je trouve un livre par terre et je le ramasse. Il est joli mais tout tout mouyé à cause de la pluie elle tombe très très fort. Dedan je regarde mais les pages elles parte et puis les mots des fois on les voit pas. Je décide de lire le livre parce que je suis sure c'est un signe je le trouve. C'est que je dois le lire. C'est peut-être Dieu qui veut je le lis et qui a mis le livre par terre pour moi. Alors je le ramène chez moi et je commence à lire le livre. Ca parle d'une dame et d'un monsieur ils s'écrivent des lettres et après ils se rencontre pour discuter mais je comprend pas tout. Je demande à mon frère et il a dit de pas le lire mais je comprend pas, moi je trouve il est bien même si il y a des choses je sais pas très bien ce que ça veut dire. Alor comme je peux pas lire ça dans mon chez-moi parce que sinon ma maman elle le prend, j'ai apporté au porc et en même temps j'écris la lettre à toi.

    Ca faisait longtemps je suis pas venue au porc. Je vois le monsieur qui me disait bonjour la dernière fois et je lui fais coucou mais je sais pas il a vu moi ou pas.

    Je sais pas comment tu fait pour reconnaître c'est moi dans la lettre, j'avais un peudonime et tout et je fais ce que le grand frère il a dit à moi de faire. Tu es très fort. Pourquoi tu ris quand j'écris à toi? Moi je suis très très dans le sérieux.

    Je suis sure moi je peux faire des choses avec les animaux qui ont des raillures. Ils sont très gentil. Mais je suis sage alor je fais pas ce qu'on me dit ne fais pas. Je veux bien voir ton opéra à toi avec les gens ils chantent et tout, ça doit être drôle! Je veux voir les costumes, aussi.

    Je t'embrasse fort fort,
    Eulalie

    P.S : Dis le bonjour au gentil grand frère. Et il faut le remercier pour sa lettre. Je savais pas si je dois répondre ou si ça l'embête alors je dis à toi de lui dire. J'apprend plein plein de choses grâce à lui.
    P.S après : Et puis bonjour à la famille aussi.
    P.S encore encore : Tu dois faire le grand voyage avec le cousin. Si il y a pas des monsieurs qui mangent les gens, alors il y a les lutin ils prennent les affaires des voillageurs et après ils dansent dansent dansent et on revoit pas les gens. Moi je veux te revoir, alors tu dois pas voillager dans le tout seul.
    P.S après le encore encore : J'ai hate de te voir et tu rentre. J'ai plein plein de choses à montrer à toi. Tu doi expliquer à moi le livre et pourquoi mon petit frère il a dit de pas lire ça. Pourtant il ne se passe pas beaucoup de choses dedans.
    P.S c'est le dernier promis : Pourquoi Silvio il dit je dois pas chanter les chansons que tu apprend à moi?


    Eulalie pencha la tête d'un air contrarié en constatant que l'espace pris par ses post-scriptum était aussi conséquent que celui pris par la lettre en elle-même, puis se dit qu'après tout, ce n'était pas si grave. Elle rangea ses affaires, et resta immobile en observant les éléments qui, au-delà de son petit refuge, semblaient se déchainer. Allait-elle faire le trajet du retour sous cette météo peu engageante? Elle restait indécise quand soudain, l'horloge de l'église, au loin, sonna sept coups. Il était tard. Si elle ne rentrait pas, sa mère allait s'inquiéter, et la gronder quand elle arriverait chez elle. Ainsi, elle se décida, empoigna courageusement la lettre et le reste de ses possessions et, se protégeant de son bras, se mit en chemin vers la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Primo

{ "PASTAAAA !" }

avatar
Messages : 160
Localisation : Reclus quelque part ?
Âge du personnage : 20 ans
Fiche du personnage :

RPs :
La leçon de piano - Sixtine (fini)

Les liaisons pas dangereuses - Eulalie (en cours)

"Tire la chevillette, la bobinette cherra" - Izaiah (en cours)

"Sparkling diamonds" - Scarlett (en cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Musicien compositeur
MessageSujet: Re: Les liaisons pas dangereuses [Primo]   Mar 8 Jan - 2:08

    Des halos d'argent éclairaient faiblement la chambre à coucher, à travers l'ouverture des rideaux. Par cette fente, depuis son lit, Primo observait les étoiles d'un air absent. Il était plutôt concentré sur la respiration calme, à l'autre bout de la pièce. Après un temps qui lui parut infiniment long, il rabattit silencieusement ses couvertures et guetta un éventuel changement. Seul le silence lui répondit. Prudemment, il se leva. Toujours rien. Alors, plus confiant, mais toujours le plus discrètement possible, il s'habilla dans l'obscurité.
    Quand il eut enfilé le nécessaire, sans prendre le temps de nouer ses lacets ou passer son manteau tout de suite, il attrapa son étui, au pied de son lit, d'une main, et de l'autre sa valise qu'il s'était abstenu de vider au préalable. Accompagné du froissement de ses affaires, il traversa la pièce sur la pointe des pieds et gagna enfin la porte.

    « On peut savoir où tu comptes aller comme ça? »

    Et merde. Primo soupira et se résolut, à regrets, à s'éloigner de la porte pour reposer ses bagages. Il grommela un « Nulle part. » à l'intention de la pire plaie que côtoyait sa vie – Alceus – et se laissa tomber à plat ventre sur son lit, dans un geste mêlant rage et lassitude.
    Le silence revint de nouveau meubler la chambre, tranquillement. Primo croisa ses bras sous son menton et se mit à remuer son pied, trop agité par la frustration de son échec. Quand il n'y tint plus, il se releva pour aller ouvrir sa valise. Sans faire attention au bruit, cette fois, il fouilla à la recherche d'allumettes, de feuilles, d'une plume et de son flacon d'encre, avant de se diriger vers le bureau. Il alluma la chandelle, tira la chaise, s'assit et commença à gratter sur le papier.

    « Au nom du Ciel, qu'est-ce que tu fabriques encore? » demanda Alceus d'une voix excédée.
    « Je compose. » mentit-il. Seul un profond soupir lui répondit.



    Ma chère Eulalie,

    Ça y est, je suis sur le chemin du retour. Actuellement nous faisons étape dans une auberge, près de Marseille, en France ; et demain matin nous prendrons un bateau directement pour l'Angleterre. (Il sera difficile de me joindre par courriers pendant cette période, adresse ta prochaine lettre au port de Brest où nous ferons normalement escale.) Nous devrions mettre un peu plus d'une semaine à arriver.
    Par ''nous'', j'entends ton cher ami Primo et son cousin Alceus. Finalement, à ma grande joie, il m'accompagne. Je soupçonne ma mère d'y être pour quelque chose là-dedans, mais passons.
    Tu es le seul lutin de ma vie (ou du moins tu t'en rapproches), aucun risque que j'en croise d'autres sur le chemin susceptibles de me kidnapper si par hasard je me retrouve à voyager seul.

    Je suis très content que tu te mettes enfin à de bonnes lectures! Ce livre que tu as trouvé m'a l'air intéressant, et il est surement très instructif. J'aurais moi-même dû y penser plus tôt et te conseiller ce genre de lectures. Surtout, n'écoute pas tes parents quand ils te demandent de ne pas le lire. J'ai bon espoir qu'un jour peut-être, à travers ce genre de lecture, tu apprennes la vie – à défaut d'apprendre une orthographe décente – à l'instar de ces héroïnes qui te ressemblent un peu et finissent par comprendre certaines choses, à force de se faire pigeonner.

    J'ai beau savoir que je suis génial, Eulalie, il n'y a pas besoin de réunir tous les cerveaux du pays pour deviner que l'auteur de la lettre envoyée à mon frère, c'était toi. Et ce qui me fait rire, c'est justement tout le sérieux que tu accordes au contenu de tes lettres.
    (Franchement, connais-tu beaucoup de gens capables de confondre un sanglier et une sangria? Tu es, d'une certaine manière, rafraîchissante, ma chère amie.)
    Silvio aussi a apprécié ta lettre, bien qu'il ait été surpris au début. Tu pourras lui réécrire à l'occasion, si tu le souhaites.

    Porte toi bien en attendant mon arrivée.
    Affectueusement,
    Primo

    PS : Mon opéra ne sera pas ''drôle'', il sera grandiose.
    PS 2 : Moi aussi, j'ai de plus en plus hâte de rentrer et de te revoir.
    PS 3 : N'écoute pas tout ce que dit Silvio. Si tu aimes les chansons que je t'apprends, alors ne te gêne pas. Tu vois bien à la manière dont les gens te regardent qu'ils pensent tous que tu as une jolie voix, non? Ne nous en prive pas.

_________________
Merci à Ruby pour l'avaaa ♥

"A l'été à la vie, au soleil et aux filles,
Je veux lever mon verre à m'en rouler par terre,
Je rejoins l’imprévu, la folie et l'ivresse"

Thomas Dutronc
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eulalie

{ "Heureux les simples d'esprit, ils iront au paradis." }

avatar
Messages : 103
Localisation : ... En train de faire des bêtises?
Âge du personnage : 18 ans
Fiche du personnage : C'était une histoire à propos d'un petit bonbon sucré

RPs : A silly situation - Theophil (En cours)

Les liaisons pas dangereuses - Primo (En cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Domestique
MessageSujet: Re: Les liaisons pas dangereuses [Primo]   Sam 12 Jan - 14:52

    Eulalie s'assit sur le bord du chemin, le souffle court. Elle était partie un peu en-dehors de la ville, ce dont elle n'avait pas l'habitude, pour aller chercher du lait dans une ferme qui se trouvait à quelques lieues de là. Sa mission accomplie, et après avoir admiré avec force cris tous les animaux, plantes et arbres qui se trouvaient sur son chemin, peu habituée qu'elle était à voir autant de verdure autour d'elle, elle s'arrêta de gambader quelques instants, s'assit sur une pierre un peu en retrait de la route, et sortit son matériel afin d'écrire une lettre. Elle étala la feuille sur ses genoux et se mit à écrire, tandis que le vent jouait avec une mèche de ses cheveux, lui bouchant la vue. D'un geste doux mais autoritaire, elle la dégagea derrière son oreille.

    Cher Primo,

    Je suis très très contente tu reviens bientôt. J'ai tellement tellement de choses à montrer à toi, et à te raconter, et puis il faut on se promenons et que tu me dis si tu composes d'autres jolies musiques pour faire écouter à moi. Ma maman elle a dit quand tu rentres tu peux passer à la maison et on fera du gouter avec des gros gateux très bon et puis du thé ou autre chose si tu veux. J'apprend à faire des tartes avec des fruits dedans mais c'est compliqué. La dernière foin, je laisse cuire trop et puis ça a un peu le goût de la tarte qui brule. Mais quand tu viens ma maman elle aide moi et ce sera très bon. Alors quand tu peux tu viens. Ma maman et mes petits frères et mon autre papa ils seront content aussi. Surtout mon deuxième papa. Je crois il aime beaucoup la formule magique de la voisine. Ma maman elle a dit tu es quelque chose j'ai pas trop compris avec profiteur dedans, mais je croi elle aime bien toi quand même. Il faut faire attention par contre, mon petit tout petit frère il prend l'habitude male de voler des choses aux gens ils viennent chez nous. C'est pour amuser lui alors c'est pas méchant, mais il faut faire grande attention.

    Hier je vois un petit chat qui était dans là on met les poubelle derrière la maison à nous. Je veux attraper lui mais il est parti très très vite et je peux pas le rattraper. C'est dommage. Climène elle aurait eu un autre ami pour jouer. Je vois elle de temps en temps avec des amis chats, et ils jouent à se battre. Je crois elle gagne souvent. Ma Climène à moi elle est très très forte. C'est le chat le plus joli. Je vois beaucoup de chats à la ferme je viens d'aller pour chercher du lait pour ma maman et ma famille à moi. Je peux en donner à Climène aussi, elle sera contente si c'est un peu. Je croi elle mange un peu tout. Et puis il y a des animaux avec des corne et des pieds tout durs et tout. Ils font des bruits bizarres. Je sais presque les imiter maintenant, parce que je suis entrainé sur le chemin qui rentre. Et je profite je fais une pause pour écrire à toi. Les gens à la ferme ils sont gentil. Ils donnent des gateaux à moi pour manger pendant la route. Et ils ont dit je suis gentille fille. Alors je suis contente.

    Ma maman et mon deuxième papa ils ont pris le livre et ils l'ont brulé dans la cheminée. Je suis un peu triste, parce que tu dis je devais le lire. Mais ils ont dit on rachetera quelque chose à moi quand on aura un petit peu assez de l'argent, donc ça va. C'est dommage quand même, parce que je suis presque à la fin. J'aurais aimé le finir avant.

    Je suis très contente je peux écrire au grand frère. Je pourrais lui raconter plein de choses, et ce qu'on fait et ce qui se passe ici. C'est bien.

    Je t'embrasse, et puis j'attend avec beaucoup beaucoup impatience tu rentres et tu viens me voir,

    Eulalie.

    P.S : Je suis contente ton cousin t'accompagne. C'est mieux de voyager avec plein de gens, je crois. Pour pas les voleurs ils prennent l'argent et puis ils tuent toi. Meme si ils ont besoin de l'argent c'est pas bien.
    .S bis : Mon petit frère il a dit c'est mieux de mettre bis ou 2. Comme bis c'est joli je le met. Il apprend à moi plein de choses en ce moment. Tu crois je fais des progrès quand j'écris? Moi je crois oui, parce que je met moins longtemps à écrire et puis mon petit frère il fronce moins les sourcils en faisant grrrmmm quand il regarde.
    P.S 3 : Je trouve un autre travail maintenant. Je livre le pain de la boulangerie chez les gens. Et le matin très tot on va toujours au lavoir pour les vetement. C'est bien, parce que je m'ennuie pas du tout, et le soir je peux lire un peu avant il fait trop sombre.
    P.S 4 : Est-ce le ciel il est pareil partout? J'aimerais bien voir les étoile depuis le pays où il y a les animaux avec des cous longs longs longs.


    La feuille faillit s'envoler quand elle entreprit de la plier, mais elle la serra bien fermement dans son petit poing de jeune fille. Elle rangea ses affaires, reprit son paquetage et continua la route. Quelques mètres plus loin elle se rendit compte qu'elle venait d'oublier une partie de ses courses et fit brusquement demi-tour en courant. En arrivant à l'endroit où elle avait fait sa pause, elle s'agenouilla, serra contre elle la partie manquante, rit de soulagement en voyant qu'il ne manquait rien et se remit à marcher. Dans une heure ou deux, tout au plus, elle serait de retour à la ville et pourrait poster sa lettre, certainement une des dernières qu'elle envoyait à Primo avant son retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Primo

{ "PASTAAAA !" }

avatar
Messages : 160
Localisation : Reclus quelque part ?
Âge du personnage : 20 ans
Fiche du personnage :

RPs :
La leçon de piano - Sixtine (fini)

Les liaisons pas dangereuses - Eulalie (en cours)

"Tire la chevillette, la bobinette cherra" - Izaiah (en cours)

"Sparkling diamonds" - Scarlett (en cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Musicien compositeur
MessageSujet: Re: Les liaisons pas dangereuses [Primo]   Lun 28 Jan - 1:02

    C'était la troisième fois que Primo quittait l'Italie pour retourner au Royaume (enfin, il devrait plutôt dire État ou République, maintenant), pourtant, la situation lui semblait différente. Pendant ses premiers mois de vagabondage, il avait toujours considéré Asti comme son « chez lui », la demeure familiale à laquelle il était rattaché et où il finirait sans doute par retourner. Il ne vivait au Royaume que depuis quelques semaines lorsqu'il le quitta pour rejoindre sa sœur mourante – et il aurait pu ne pas quitter l'Italie, ne jamais repartir et travailler à la Cour avec son père comme prévu. Il en serait resté là de ses voyages, s'il n'avait pas fait cette promesse à Alceus l'obligeant à retourner d'où il était parti. Ensuite les frontières avaient été fermées, et le pays qu'il ne considérait que comme un lieu passager devint son quotidien contre son gré. A la réouverture des portes de la ville, il s'était empressé de la fuir pour retourner en Italie.
    Et puis il était reparti pour l'endroit qu'il habitait depuis plus de deux ans maintenant, où toutes sortes d'obligations et de plaisirs l'attendaient. Il avait retrouvé la grisaille et les pavés avec autant de soulagement que lorsqu'il avait retrouvé les champs et la chaleur d'Asti. La ville était un peu comme son deuxième « chez lui ». Question d'habitude?
    Enfin, il faudrait tout de même qu'il trouve un logement pour lui tout seul. Marre d'avoir Alceus sur le dos toute la sainte journée.

    Il était de retour depuis la veille, tard le soir, et il s'était empressé de décamper loin de son cousin le plus tôt possible. En ce moment, il foulait avec légèreté le sol gris des rues du Bourg en direction de chez Eulalie. Il l'avait déjà raccompagné quelques fois (quand il commençait à se faire tard, et qu'il sentait qu'il devait se montrer poli et galant pour que les parents de la jeune fille continuent à autoriser leurs sorties), et se rappelait plus ou moins de l'endroit – tout en se fiant autant à son instinct qu'à ses souvenirs, il était sûr de finir par trouver.

    Il avait hâte d'arriver – après tout, elle lui avait promis un gâteau – enfin plus exactement, « un gros gateux ». Peut-être pourrait-il profiter de l'après-midi pour lui donner le cours de grammaire et d'orthographe qu'il lui avait longuement promis dans ses lettres, s'il était motivé. Sinon, il se contenterait de manger un gateux et de lui apprendre une nouvelle chanson pour sa peine. D'ailleurs, il avait pris soin d'apporter quelques lectures édifiantes dédiées à remplacer le livre que les parents d'Eulalie avaient jeté au feu. Peut-être était-ce à juste titre, car confier n'importe quoi à une jeune fille innocente (et idiote) pouvait s'avérer dangereux après tout. Mais l'autodafé étant considéré comme un crime gravissime pour les artistes, Primo avait souhaité se rebeller contre tant d'étroitesse d'esprit et exhausser le vœu d'Eulalie contre la volonté de ses parents – enfin, qui allait l'éduquer, cette petite, s'il ne le faisait pas?
    Il fallait aussi avouer qu'il ne s'en remettait pas de ne pas avoir pensé à cette géniale idée plus tôt – il avait toute une liste de lectures gratifiantes et, pour sûr, Eulalie n'y échapperait pas.

    Au détour d'une rue, il aperçut la porte de la maison qu'il cherchait. Un sourire discret se dessina sur ses lèvres. Il imaginait déjà Eulalie lui sauter au cou lorsqu'elle le verrait sur le pallier. Et à ce moment là, il lui donnerait en main propre la dernière lettre qu'il avait écrite à son attention.

    Chère Eulalie...


    RP FINI

_________________
Merci à Ruby pour l'avaaa ♥

"A l'été à la vie, au soleil et aux filles,
Je veux lever mon verre à m'en rouler par terre,
Je rejoins l’imprévu, la folie et l'ivresse"

Thomas Dutronc
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les liaisons pas dangereuses [Primo]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les liaisons pas dangereuses [Primo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Dirty Prince } :: ♠ { Extérieur } ♠ :: Port-