{ Dirty Prince }


« Brave New World »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est tôt le matin que l'on fait de belles rencontres... | PV Ruby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: C'est tôt le matin que l'on fait de belles rencontres... | PV Ruby   Ven 2 Mar - 22:07

    « Off with your head ! »



    « Vous avez bien raison. Mais bon, on ne peut pas vraiment en vouloir à la gente masculine de ne pas être aussi développé que la gente féminine. »

    C'est sur ces belles paroles que Ruby m'empoigne le bras et se met à avancer, m'entraînant avec elle. Les personnes autour de nous nous observent, se demandant probablement la raison de notre soudain rapprochement. J'avoue que ça doit paraître étrange, vu de l'extérieur. Deux demoiselles se connaissant à peine, marchant d'un seul coup bras dessus bras dessous. Mais après tout, je m'en fiche, n'est-ce pas ? Je n'ai que faire de leurs regards désapprobateurs. Au contraire, je les apprécie. J'aime l'idée d'être à contresens, de ne pas faire comme tout le monde. C'est terriblement agréable. Je sais que mon rôle est de me fondre dans la masse mais... Je déteste être invisible, voilà. C'est bête hu hu. Bref. Tout ça pour dire qu'après avoir passé la porte grande ouverte par deux malheureux serveurs, nous avançons à présent d'un pas sûr en direction des jardins. Beaux jardins, merveilleux jardins. Jardins déserts. Ce qui équivaut à un endroit propice pour discuter. Peut-être vais-je en apprendre davantage sur cette étrange lady. J'aimerais bien. Pour l'instant, elle ne m'a pas réellement dévoilé grand chose sur elle. Elle est toujours restée dans le vague, suivant mon petit jeu avec une habilité remarquable. Je crois qu'elle est contre les Princes. Contre le régime. Mais tant que je ne suis pas sûre et certaine que c'est le cas, je ne peux me permettre de m'avancer. Faire un pas de travers pourrait sans aucun doute me faire perdre l'équilibre (et la tête, par la même occasion... Hm). Il est trop tôt, beaucoup trop tôt, et il faut que je sois prudente. Vidal ne me pardonnerait pas une futile erreur d'inattention. D'autant plus que Ruby pourrait parfaitement être le genre de fille dite « girouette ». Ou : « tant que le régime est en place, j'en profite, mais quand il s'écroulera je retournerai ma veste ». A vrai dire, plus j'y pense, plus je me dis que c'est probable. Mais bon sang ! Encore une fois, comment puis-je en être sûre ? Honnêtement, si ce cache-cache dure encore longtemps, je vais finir par devenir folle. (Dans tous les cas, vous pouvez remarquer que j'ai toutes le chances de perdre la tête. Ha ha.)

    Soupirant, je passe l'arcade menant aux jardins, toujours accompagnée de ce qui est pour le moment toujours une inconnue de première. Ah non, veuillez m'excuser, je connais son nom ! Ruby. Et c'est une noble qui méprise les autres et aime le thé. Super, je suis vraiment avancée. J'ai l'impression de marcher à tâtons dans une pièce plus noire que noire. Au secours ? Bof. C'est pas mon genre d'appeler à l'aide. Il n'empêche que parfois, j'aimerais bien.

    Parvenant au dehors, je me sens frissonner. Je regrette ma cape restée dans la chambre. Il fait encore froid, le soleil n'est pas encore suffisamment levé pour répandre la chaleur dont nous avons besoin. Cette matinée commence sacrément à me gonfler. Instinctivement, mon pas se fait plus lent. Un nuage blanc passe le barrage de mes lèvres. Alors je me dis que nous sommes drôlement silencieuses, pour de jeunes femmes s'étant déplacées dans le but de se parler plus à leur aise. Il faut que je débute la conversation. Mais j'ai besoin d'un peu de temps pour choisir ma première question. Il faut qu'elle soit pertinente... Je ne suis pas sûre d'avoir droit d'en oser une deuxième par la suite. Qu'en sais-je. Peut-être que Ruby décidera brutalement que ma présence ne la charme pas autant que prévu. Peut-être qu'elle s'en ira après mes premiers mots. Alors il faut que je sois efficace. Frissonnant légèrement, mon regard se promène sur les roseraies à notre gauche. Je n'aime pas les roses. Enfin, je ne crois pas. En réalité, ça dépend des jours. Mais aujourd'hui, je les déteste. Bien à l'abri dans leur habit éclatant, elles semblent me narguer. Elles sont tellement... Superficielles ! C'est agaçant. Et puis je sais que la princesse aime ces fleurs pleines de piquant. Ça me donne une nouvelle raison de ne pas pouvoir les voir. J'ai envie de m'approcher et de les écraser une par une, soigneusement, jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'un carré de terre dévasté, parsemé de vagues pétales par ci par là. Des pétales déchirés, même plus beaux à regarder. Insignifiants. Reniflant légèrement, je détourne les yeux pour me concentrer sur Ruby à côté de moi. Alors je décide de ne pas me casser la tête. Je ne sais pas quoi dire, tant pis. Je vais y aller sans filet. On verra bien où ça me mènera.

    « Il fait froid, ce matin. Je déteste ça. Vous ne trouvez pas ça parfaitement agaçant ? J'aurais presque envie d'étrangler ce satané hiver. Si seulement je le pouvais... Nous n'aurions ainsi plus que trois saisons. L'automne, le printemps et l'été. Ce serait merveilleux. N'est-ce pas ? »

    Je ne sais même pas pourquoi j'ai sorti ça. C'est relativement idiot. Enfin, en apparence, ça l'est. Mais de mon point de vue, ça veut dire un peu plus qu'une bête remarque sur le temps qu'il fait. A la réflexion, je ne sais pas si j'ai bien fait de dire ça. Je révèle en partie mon envie de me débarrasser de ce qu'il me déplaît... Et Ruby est au courant que le régime des Princes me reste un peu en travers de la gorge. Mais bon, c'est assez tarabiscoté. Je ne pense même pas qu'elle se rendra compte de la moindre allusion. Même moi, je ne l'aurais pas remarqué. Enfin, dans le doute, je continue sur ma lancée. Si ça peut me permettre d'en apprendre davantage sur mon interlocutrice...

    « Enfin, je ne compte pas vous vexer ! Peut-être êtes vous une fervente admiratrice de l'hiver ? »

    Plus je parle, plus je me dis que c'est n'importe quoi. Ruby ne risque pas de comprendre, c'est tellement étrange. Et voilà que ça me fait sourire. Comme une enfant. J'ai l'impression de m'exprimer en langage codé. Langage que moi-même j'ai du mal à comprendre, à capter. Honnêtement. Oui, honnêtement, si cette drôle de dame arrive à comprendre. J'envisagerai peut-être d'en faire une de mes amies. Pour de vrai. Quelle que soit ses opinions politiques. Son esprit tordu me suffirait. Ha ha ha !

    … Bon sang, je vous l'avais dit. Voilà que je perds la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Lady Ruby

{ "Diamonds are a girl's best friends !" ♪ }

avatar
Messages : 118
Âge du personnage : 21 ans
Fiche du personnage : Lady Ruby | L'Orgueilleuse



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Marquise
MessageSujet: Re: C'est tôt le matin que l'on fait de belles rencontres... | PV Ruby   Ven 27 Avr - 23:16

    S’il y avait bien un domaine où Ruby excellait, c’était dans la déformation et transformation de ses propos. Elle arrivait toujours à insulter, avec élégance pour sûr, des interlocuteurs bien trop agaçants tout en leur faisant penser qu’elle les complimente. Ils étaient tellement bêtes, tous, ne comprenant jamais les sous-entendus, pourtant c’était bien cela qui gouvernait le monde. Le faux. La vérité cruelle caché par des faux-semblants, par du beau. Elle avait toujours appris à cacher ce qu’elle pensait réellement, à dire ce que les autres aimaient entendre, ce que chacun appréciait d’entendre, elle avait été élevée comme ça après tout. Ses parents l’avaient éduqué comme une vraie lady et une lady doit s’intéresser et feindre l’enthousiasme pour chacune des choses dont lui parle la personne en face d’elle, même si elle s’en fiche complètement. Il n’a pas fallu lui répéter les choses mille fois, Ruby avait vite assimilé ce que lui enseignaient sa mère, son père et ensuite sa nourrice, retournant leurs enseignements contre eux. Eh oui, la petite apprenait très vite. Après s’être entraînée sur sa famille et ses domestiques, elle s’était trouvée un nouveau terrain de jeu et ce terrain se nomme la cour royale. Mais c’était devenu tellement simple, ils avaient tous l’intelligence d’un pigeon, et encore, elle insultait l’intelligence de cette brave bête, et elle s’ennuyait. Seules quelques personnes avaient su l’intéresser, Clelio et Lady Ann par leurs ressemblances, mais surtout Lord Lucien. Elle détestait cet homme, il lui était insupportable malgré cette ressemblance à parler derrière de faux-semblants. Et depuis ce matin, une nouvelle personne commençait à l’intéresser, doucement mais surement. Sybille.

    Cette jeune fille l’intriguait. Elles semblaient pareilles, elles avaient toutes les deux été sur leurs gardes pendant leur discussion dans le petit salon, entourées par d’autres nobles. Et malgré les sous-entendus, elle ne s’était pas encore totalement fait une opinion sur la demoiselle. Donc, peut-être qu’une balade dans les jardins l’aiderait à finir son portrait mentale de la jeune fille. En sortant de la pièce, leurs bras croisés, elle ne prêta aucunement attention aux autres personnes dans la pièce, curieux d’un rapprochement qui sera sans doute suivi de quelques ragots en tout genre. Elle s’en fichait complètement, de tous ces gens, de ce qu’ils pouvaient penser ou des bruits qu’ils pouvaient faire courir. Ils lui étaient inférieurs intellectuellement et elle arriverait toujours à les rabaisser et à les humilier par les mots sans même qu’ils ne le supposent. Passant le seuil d’une grande porte menant aux jardins, un léger frisson la parcourut et elle remonta son châle sur ses épaules. Il était un peu tôt pour une balade, mais le froid matinal allait achever de la réveiller.

    Bien que l’entendant soupirer et cela avec un air contrarié, la jeune marquise ne prit pas la peine de commenter, peut-être réfléchissait-t-elle à une question ouverte, de son côté, elle ne prit même pas la peine de chercher, elle ne débuterait en rien la conversation, préférant écouter comment la demoiselle allait s’en sortir. Il est vrai que cela était dur d’entamer une discussion avec une personne qui vous ressemble, elle avait eu quelques hésitations la première fois où elle rencontra Clelio, avec Lady Ann, cela s’était passé plus naturellement et Lord Lucien avait eu le plaisir de l’avoir en pleine forme. Finalement la demoiselle se décida et se lança. Haha, la jeune femme se retient de rire. Quelqu’un d’extérieur aurait pensé « plus banale et plus stupide, tu meurs », mais elle, c’était tout autre chose, mais elle préféra la laisser continuer pour voir si ses suppositions étaient en faites réalités. C’est vrai que si elle n’avait pas eu de tels enseignements, elle aurait sans doute laissé passer, n’y voyant qu’un banal lancement de conversation, mais avec ce qu’elle avait appris depuis petite, aucuns sous-entendus ne lui échappaient.

    Et comme elle l’avait pensé, la suite des dires de la jeune fille acheva de confirmer ce à quoi elle croyait. En tout cas, elle devait penser la même chose de la lady pour parler ainsi, à moins qu’elle ne pense pas que Ruby soit capable de deviner entre les mots. Autant lui répondre comme elle l’avait commencé, si Sybille était aussi intelligente que la marquise le pensait, elle arrêterait vite son langage codé afin de parler normalement. La jeune femme bien que préférant s’allier au plus fort et ce pendant l’instant présent, n’était certainement pas du genre à balancer qui que ce soit et surtout pas une personne aussi sympathique et intéressante.

    « Hum … je n’aime ni quand il fait trop froid, ni quand il fait trop chaud, mais je me complais des deux sur l’instant présent. Je m’agace seulement de leurs défauts quand ceux-ci sont bien trop voyants. Aucune brise lors d’une chaleur étouffante par exemple. » Ou aucune liberté lors d’un régime menée par deux incapables. En gros, ça voulait dire ça. Très bien dissimulée, non ? Une personne extérieure n’y comprendrait rien d’autre et surtout ne verrait rien. « Le printemps me plait bien. » finit-elle, par un brin de légèreté dans cette conversation pleine d’artifices.

    « Vous ne me vexez pas. Je ne suis pas une fervente admiratrice de l’hiver, je n’admire pas grand-chose, si ce n’est les personnes dotée d’une intelligence acceptable et qui savent manier les mots quand un chevalier manie l’épée. L’hiver me laisse tout simplement de marbre, je peux me lasser très rapidement, vous savez. Mais je m’en contente… sur l’instant. Quand celui-ci disparaîtra, balayé par le printemps, j’y serais autant à mon aise. » Ou comment dévoiler qui elle était réellement, en deux leçons. Elle l’observa quelques instants avant de se diriger près d’un banc en marbre blanc et d’y asseoir calmement, rejetant ses cheveux en arrière. « Vous semblez être quelqu’un de très ….passionnée. Vous ne faîtes sans doute pas les choses à moitié, n’est-ce pas ? » Elle avait hâte de voir ce qu’elle répondrait à ça. En tout cas, Ruby l’aimait bien, c’était un fait.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

C'est tôt le matin que l'on fait de belles rencontres... | PV Ruby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Dirty Prince } :: ♠ { Corbeille } ♠ :: || Archives RPG-