{ Dirty Prince }


« Brave New World »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Lun 20 Juin - 15:34

«Yeah I'll miss the boredom and the freedom and the times spent alone »



C’est vrai. Qu’y a-t-il de mieux que le calme ? Le calme. Un peu de douceur, un peu de sérénité. Dans un monde si désenchanté. Si déglingué. Ici, rien que le bruissement du vent. Ici rien que le chant de la nature. Il n’aimait pas particulièrement la nature, le garçon aux cheveux Corbeau. Mais il n’aimait pas les gens non plus. Encore moins. Alors ici, oui, ici c’était bien. Un peu de vert, un peu d’air. Phœnix s’était assis au pieds d’un arbre. Vieil arbre. Abîmé et dé charnu. Un arbre mort. Oui, aux arbres frais et verdoyants, il avait préféré une âme sans vie et sans souffle. Le dos contre le tronc, l’écorce âgée lui griffait la peau à travers le vêtement. Mais il ne bougeait pas.


Ses yeux étaient clos.


Ses mains étaient dans ses poches, et il ne bougeait pas. Un peu de vent fouettait son visage pâle, son visage fantomatique.Et ça lui faisait un bien fou. Il aimait cette petite sensation violente et douce à la fois. Il profitait de tout cela. Il profitait de son endroit isolé du monde.Du monde de sang et de pleurs. C’est vrai. Qu’y a y-il de mieux que la solitude ? La solitude. Phœnix soupira un long moment. Respirant l’air pur de la forêt, il souriait intérieurement. Personne qui ne troublait son précieux instant en tête à tête avec lui-même. Lui, et la nature. Si belle. Au fond, la nature ou la ville, il s’en foutait royalement. C’était juste d’être tranquille sans boulet qui l’intéressait. Il ressentait une paix intérieur dans ces moments là. Il n’avait pas besoin de parler pour être froid.


Il adorait être froid et détestable.


Il était comme ça, et ça lui convenait. Mais là, il n’avait pas besoin de s’embarrasser avec tout ça. C’est tellement mieux, d’être seul. Sans personne à qui penser, sans personne sur qui compter. On ne pense qu’à soit, et c’est tellement mieux. Personne à se traîner, pas d’obstacles, pas de présence inutile. Un monde où l’on se privilégie soi-même. Être égoïste. Comme il l’était toujours. Décidément, qu’il était agréable, d’être seul. Isolé. Seul. Partout. Le garçon aux cheveux Corbeau rouvrit les yeux. Ils se dirigèrent sur le sol. Il fixait l’herbe grasse et verte qui s’étendait à ses pieds. Il n’avait aucune envie de s’en aller. Mais il ne faudrait pas tarder. Sa respiration était détendue. Aucune pression. Rien que sa présence.
Ne pas être entouré. Qu’il regretterait si quelqu’un venait ! Combien de chance avait-il que cela arrive ? Mais on ne sait jamais. Le destin est capricieux. Le passé lui avait bien souvent démontrer. La seule personne qu’il aurait aimé voir apparaître, n’était plus. Il s’imaginait que sa silhouette se dessinait derrière les buissons. Que ses pas le conduiraient vers lui. Qu’il croiserait son regard à nouveau. Qu’il soit encore près de lui. Et tout cela était impossible, et il regrettait. Et il regrettait.

Il le regrettait lui.

Oui, il était le seul. Le seul qui aurait pu être invité dans son moment d'égarement. Dans son moment à lui. Il l'aurait partagé avec plaisir, si cela avait été lui. Mais il n'était plus là. Et il ne le serait plus jamais, alors, à quoi bon s'imaginer tout ce qui est impossible ? Ces pensées l'étouffait à chaque seconde. A chaque bruit, à chaque instant de sa vie. Personne d'autre. Il ne voulait personne d'autre. C'était lui ou personne. Et désormais, justement, c'était personne. Et ça le sera toujours. Nul ne pouvait le remplacer, nul ne pouvait l'égaler sur quoi que ce soit. Personne ne lui arrivait à la cheville. Personne ne méritait de susciter l’intérêt du garçon aux cheveux Corbeau. Non. Personne. Sauf lui. Mais lui, n'était plus là. Et ne le serait plus. Alors que faire a part rester seul. Comme il l'avait été avant de le rencontrer. Quand on est seul, tout va bien. On n'est pas désillusionné. On n'est pas abandonné. Être avec soi est sans doute la plus belle compagnie du monde. La plus belle que l'on puisse espérer un jour ou l'autre.

Rester avec soi.

C'est une sensation électrique qui envahissait maintenant Phœnix. Repenser au visage, à la peau, à l'odeur, à la voix du disparu, le troublait. Il se frotta les yeux péniblement, et leva la tête vers le ciel. ll n'y était pas. Personne n'allait là-bas. C'était des conneries. Il était sous terre, en train de pourrir misérablement, comme tout les morts. Et il ne reviendrait pas. Il ne le voyait pas. Il ne l'entendait pas. Il était mort et c'était tout. C'était un cadavre puant et sans vie. Rien d'autre. Son esprit n'avait pas quitté son corps, c'était de la connerie. Il avait crevé, et dormirait sans fin et c'était tout. La mort c'était ça. Et rien ne suivait après. Le garçon aux cheveux Corbeau en était convaincu. Mais au fond de lui, il aurait aimé, que tout ça ne soit pas que des conneries. Il aurait aimé, qu'il puisse encore le voir. Et l'entendre. Qu'il le suive partout.

Il prit une cigarette en soupirant.

Glissant cela entre ses lèvres, il en mâchouilla pensivement le bout, puis l'alluma. Saisit entre ses doigts, il tira dessus. La fumée dansait gracieusement dans l'air. Lui aussi il fumait. Il avait fumé. Le goût de sa clope lui faisait un putain de bien. Il était bien là, juste avec sa cigarette. Ses sens pouvaient s'éveiller librement. Il souris légèrement. Dieu que c'était bon. Alors il continuait de fumer calmement. Empoisonnant la nature et son propre corps avec ses produits dégelasses. et tellement bon pourtant. Oui il aimait ça. Et il ne comptait plus s'en passer. Il s'étira un peu, se fit craquer les os. Et continuait de savourer sa clope. Dès qu'elle serait finie, il en entamera encore une. Puis encore une. Et encore, et encore. Il ne pouvait plus s'en passer. Il ne voulait plus s'en passer.

Dieu, que c'était bon.



Dernière édition par Phoenix le Ven 1 Juil - 23:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Lun 20 Juin - 17:31

Pas banal comme journée. Non, cette journée ne le serait pas, c'était une certitude. Je le sentais, je le voulais. Aujourd'hui, j'avais décidé de ne pas faire comme les autres jours lassants qui m'avait été donné de vivre. Ces jours où tous les gestes se répètent inlassablement, où le moindre mouvement semble vain, inutile, où l'on ne fait aucune rencontre, où l'on parle des mêmes choses, où les gens sont usants. Oui, malgré ma vision sur l'humanité, je devais parfois reconnaitre que les hommes m'ennuyaient. Il était finalement rare que je tombe sur des personnes vraiment intéressantes. Habituellement, je me forçais à aller plus loin, à voir des choses en eux que personne ne voyait. Mais cette fois-ci, je n'en avais pas envie, je ne me forcerais pas.

Après le petit déjeuner copieux que m'avait concocté notre chère Emma. C'était toujours bon, ce qu'elle préparait. Père n'était pas encore rentré et je doutais qu'il revienne avant ce soir. Alors je me rendais dans la salle d'eau pour m'habiller d'une robe en satin d'un blanc crème agréable dont le ruban de la même couleur marquais ma taille fine et ma silhouette élancée. J'aimais être belle, que l'on me trouve à son goût. C'était un point qui me tenait à cœur. Un point sur lequel on me faisait des compliments suffisamment souvent pour que je me sente à mon aise face à toutes ses dames nobles et riches toutes plus poudrées les unes que les autres et vêtues des robes les plus chères du royaume _ et il fallait l'avouer, les moins exquises généralement. Père me l'avait répété maintes et maintes fois. Octave, quand il était de ce monde, s'amusait à m'habiller en garçons des champs pour me rendre laide, mais à chaque fois il me disait que j'étais belle, même avec de la suie sur le visage. Oui, plus petite j'étais la princesse de la maison. Maintenant, aux yeux de nos amis, je n'étais plus qu'une jeune femme mélancolique qui ne parviendrait plus à retrouver la joie de vivre que j'avais autrefois.

Je marchais en direction de la forêt, l'endroit le plus calme et apaisant que je connaisse. Je m'y étais rendue à plusieurs reprises, avec Octave ou sans. Mais les fois où j'y étais allé sans lui n'avaient été que catastrophiques _ ce qui ne m'empêchait pas d'y aller malgré tout. Quand j'arrivais sur le pas de la porte dans un état pitoyable, la robe en lambeau et des écorchures pleins les jambes à force de tomber en courant après des animaux, Octave s'occupait de moi pour ne pas que je me fasse disputer par Père. C'était là un des souvenirs les plus marquant que j'avais de lui et de notre enfance. Il avait toujours été bon avec moi, il m'avait toujours protégé de tout et de tout le monde. Il m'avait aimé. Et moi, je l'aimais encore.

Je passais dans des buissons en faisant attention à ne pas froisser mes tissus, débouchant sur une sorte de petite clairière parsemée d'arbres, d'herbe fraiche et bien verte ainsi que de petites fleurs multiples que je devinais être des pâquerettes et des viollettes. A une certaine distance face à moi, un homme fumait, assis adossé contre le tronc du seul arbre mort de la clairière. Pourquoi avait-il choisi celui-ci précisément ? Pourquoi n'avait-il pas porté son choix sur un de ceux à la mousse confortable ? Je n'en savais franchement rien. En tout cas pour l'instant.
Ma curiosité légendaire me fit avancer dans sa direction, un sourire énigmatique aux lèvres. Je n'attendais rien de précis de lui. Seulement de la compagnie. Alors je m'assaillais sans but à ses côtés. Sans autres mots que ceux-ci :

- Bonjour... Vous êtes ?

Des mots perdus dans le vide, incertains, doux. J'espérais seulement avoir la chance d'être tombée sur un spécimen intéressant.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Mer 22 Juin - 16:36

Du bruit. C’était bien du bruit. Merde. Quelqu’un ? Quelque chose ? Il tourna les yeux dans la direction de ce petit bruissement. Des pas ? Oui des pas. C’était bien cela. Il était déjà agacé. Profondément frustré et perturbé. On allait bousiller sa tranquillité ? Il l’avait bien mérité pourtant. Quoique. C’est vrai, il devait assez supporter les autres en toutes circonstances. Rien que les apercevoir l’énervait. Le dégoutait. Tous ces humains qui pullulaient. Il n’était pas parfait. Il était l’un d’entre eux. Mais, Dieu, qu’est-ce qu’il se sentait supérieur. Tellement supérieur. Ils ne le méritaient pas. Personne. Aucun d’entre eux.


Uniquement Kain. Mais Kain n’était plus là.


Alors oui, plus personne ne le méritait. Et plus personne ne le mériterait jamais. Jamais plus. Une voix. C’était bien une voix. Merde. Quelqu’un ? Évidement. Rien d’autre. Ce n’était pas un arbre qui lui parlait, ni un oiseau ! Il y avait quelqu’un ici. Qui lui parlait en plus. Horreur et damnation. Qu’on lui foute la paix ! A-t’on idée de parler à un inconnu comme ça ? Lui en tout cas, ne parlait à personne de toute façon. Mais merde.

Il avait toujours son air glacial et impassible.


Mais merde. Faut avouer qu’il l’avait mauvaise sur ce coup-là. Déranger en pleine séance de fume. Il détestait qu’on intervienne dans son étreinte de lèvres à cigarette. Soupire.

On croit rêver. En plus, l’inconnu perturbateur lui adressait la parole. C’était sans doute le signe d’une horrible journée qui commençait fort. Il aurait du rester dans son lit. A glander toute la journée. Ou bien dans un coin de la ville pas très fréquenté. Ah putain, même ici c’était impossible d’être juste un peu tranquille quelques secondes. Il allait répondre, pour la forme.

Mais ça le faisait chier.

Alors pourquoi répondre en fait ? Il pourrait l'envoyer chier tout de suite, tiens oui, il allait faire ça. Il pourrait aussi partir sans rien dire, mais il était arrivé avant, alors pas question de s'en aller et céder son petit coin de verdure à lui. Ou sinon, il pouvait toujours commencer à se servir de ses poings. Déconseillé, mais lui aimait bien. Fille ou garçon, ça lui était égal. Si il a envie de cogner, il le fait. Il fait toujours ce qu'il veut, et ce n'était pas prêt de changer.

Seul. Et j’aimerai le rester… "

Il avait répondu.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Mer 22 Juin - 17:10

    "Seul. Et j'aimerais le rester" ... Ces mots qui raisonnaient dans ma tête, empruntant une voix des plus glaciales. Des mots durs qu'il semblait avoir l'habitude d'utiliser sans peine. En d'autre circonstance, cette réponse m'aurait blessée. S'il avait s'agit de quelqu'un que je connaissais. En d'autre circonstance, j'aurais pu quitter les lieux immédiatement, sans autre question ni retour. Mais pas cette fois-ci. Certainement pas cette fois-ci. Loin de là était l'intention de le laisser seul, comme il le désirait. Non, certainement pas. Aujourd'hui, j'avais décidé de n'en faire qu'à ma tête, d'obéir à mes seules envies, mes seuls ordres. Et ce, quoi qu'il m'en coute. J'essuyais alors la si désagréable réponse qu'il m'avait offerte, me sortant de mes pensées.

    J'avais eu énormément de chance jusqu'à maintenant. En serait-il ainsi toute la journée ? Je l'espérais ardemment. Alors un sourire resplendissant de joie étira ma bouche qu'on qualifiait souvent de douce et sucrée. Je marquais un temps, avant de lui répondre. Temps qui me permettais de faire en sorte d'user d'une voix des plus sereine et des plus apaisante que je connaisse. Tournant mes yeux vers l'homme en question, mon état perdurant, je fis sortir quelques mots d'entre mes lèvres.

    - Il n'en est pas question.

    Voilà qui était clair et profond. Je lui imposais ma présence. Quoi qu'il arrive, je resterais avec lui jusqu'à que j'en ai assez. S'il se levait, je me lèverais. S'il s'endormait, j'attendrais. S'il refusait de me parler, alors je ferais en sorte qu'il le fasse. J'avais désir de le connaitre. Il ne semblait pas aussi facile à atteindre que les autres. Plutôt du genre à se moquer totalement de ce qui pouvait se passer autour du moment qu'on ne le dérangeait pas. Mais peu importait. En fait si. Mais seulement ce qui le rendait si différent. Car il n'y avait pas de doute là-dessus, ce type n'était pas des communs et je ne regretterais pas mon voyage.

    Si cet être était si mauvais que l'avait été ses premiers mots à mon égard, il n'hésiterait pas à user de force pour que je le laisse en paix. Mais si un soupçon de bonté persistait en lui, et je doute qu'aucun homme n'en soit dénué, il accepterait ma compagnie.

    L'observant comme je l'aurais fait avec un objet, un insecte ou quoi que ce fût d'autre, je détaillais chaque trait de son visage afin de ne pas l'oublier. Et il était certain d'une chose : je ne l'oublierais pas. Aussi, s'il ne me révélait pas son identité de son propre gré, je la découvrirais par moi-même, avec mes propres moyens.

    - Pourquoi cherchez vous la solitude ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Lun 27 Juin - 14:24

"Il n'en est pas question". Analysons les solutions possibles. Cette fille devait soit, être sourde, ah, non évidement. Elle ne l'était pas, dommage. Si elle aurait été muette, cela aurait pu être agréable aussi remarquez. Encore mieux, qu'elle ne traîne pas par ici. Donc, elle était tout simplement...inconsciente ? Voir idiote, en tout cas, emmerdante c'était certain. Et la voilà étiquetée. De toute façon, tout le monde l'était. Emmerdant. Pourquoi faillait-il que les gens ai ce sentiment, ce trait de caractère agaçant et inutile ? La sociabilité. Quelle connerie. Non mais quelle connerie...Tout ça le faisait chier plus qu'autre chose. C'était pas une qualité. C'est un des pire défauts qu'il connaissait. Et heureusement, il n'en avait pas hérite de sa stupide et naïve de mère. Phoenix eut un long soupire désabusé, ennuyé. Las. Il se gratta le coin de l’œil rapidement. Mon Dieu, elle allait lui donner la migraine...


"Pourquoi cherchez vous la solitude ?". Pitié. En plus une bavarde. Une curieuse ou bien encore une moraliste ratée si ça se trouve. Oui, il ne supportait pas les gens qui s'improvisaient thérapeute alors qu'ils n'arrivaient même pas à gérer leur propre vie correctement. A répondre à leurs propres questions, et à affronter leurs propres démons. Lui, était bien, lui s'aimait comme il était. Et après ? Chercher la solitude ? Manifestement, elle ne le connaissait pas encore. Et le garçon aux cheveux Corbeau n'avait aucune envie qu'elle le connaisse d'avantage. Qu'elle reste à sa place, il resterait à la sienne. Il n'avait pas l'intention de papoter avec elle si c'est ça qu'elle attendait. Il la remballerai autant de fois qu'il le faut. Il serait comme toujours.


Glacial. Neutre. Indifférent.


-Je ne la cherche pas. C'est elle qui me suit. Et ça me plaît...Enfin parfois, elle est malheureusement troublée par des rencontres qui m’agacent...

Petit sous-entendu. Pas si masqué que ça finalement. Qu'elle comprenne bien. Oh, mais elle avait déjà compris, il en était persuadé. Elle n'avait pas l'air débile sur ce point là. Au moins un point positif à lui accorder. Ah, et elle était mignonne. Enfin, trop gamine à son goût. Mais mignonne quand même. Bon. Et si elle insistait ? Que ferait-il ? Il se tairait. Bonne idée. Elle en aura bien vite assez, de son silence. Ou bien...Oui, et si elle était ce genre de tête de mule, le genre qu'il supportait encore moins que les autres, la plupart du temps. Enfin, pour le moment, elle parlait. A son grand désespoir. Elle parlait. Pire, elle lui parlait. A lui...


Il aurait du rester au lit.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Lun 27 Juin - 17:57

    - Je ne la cherche pas. C'est elle qui me suit. Et ça me plaît...Enfin parfois, elle est malheureusement troublée par des rencontres qui m’agacent...

    Glacial, désinvolte et sadique. Voilà ce que je voyais chez lui. Mais on est jamais sûr de rien... Une belle devise.
    La réponse ne me surprit pas et je me contentais de le scruter d'un oeil intéressé mais prudent. Je savais ce qu'il en couterait si je persistais dans cette voix. Personne de mentalement stable n'aurait osé continuer à s'adresser à cet homme si froid sur ce ton. Mais, en ce qui me concernait, je ne me considérais pas comme imprudente, instable, incorrecte C'est certainement de cette manière aussi que les femmes jalouses me qualifiaient. Jamais je n'avais cherché à m'en défendre, d'ailleurs. A quoi bon ?
    Ceci dit, pour cet homme, je tenais bien à me renseigner à son sujet et à le harceler autant qu'il le faudra pour qu'il m'accorde ne serait-ce qu'un millième de son attention, quitte à me faire littéralement insultée. J'y étais habituée, dans tous les cas. J'aimais bien les gens qui me repoussaient. Pas que ce soit agréable, loin de là. Plutôt que cela dépayse. Cela change des personnes trop gentilles, polies, encadrées et toutes aussi banales et ennuyeuses les unes que les autres.

    - Pourquoi est-ce que je vous agace autant ?


    Je me doutais que la réponse, s'il y en avait une, s'il daignait me répondre, serait rude. Mais la dureté des paroles, les pensées à l'état brut, c'était ce que je recherchais aujourd'hui. Un peu de franchise, d'honnêteté. Quelqu'un qui pourrait me dire mes quatre vérités en face sans pour autant avoir besoin d'être énervé ou stimulé outre mesure. Quelqu'un qui se moquerait totalement du savoir vivre de notre temps et des manières à adopter pour parler à une demoiselle. De la nouveauté.

    - Moi, vous me plaisez bien ainsi.

    La confiance ? Peut-être. Mais c'était certainement bien trop vite jugé. Mais cet homme ne semblait pas être du genre à fréquenter qui que ce soit et encore moins à parler de choses qui l'ennuyaient. Or, je l'ennuyais. Je l'agaçais même. Ainsi, il n'aurait aucun mal à garder pour lui ce que je lui disais. D'ailleurs, il devait se moquer totalement de ce que je lui racontais. Pour lui, c'était la simple solitude. Le face à face avec lui-même. Un égocentrisme poussé. Sa seule personne méritait contemplation et intérêt. Je souriais à cette pensée. Me voir à ce point énervante et puéril dans les yeux de quelqu'un me faisait un drôle d'effet, moi qui était d'habitude soit adorée soit une énigme pour mes interlocuteurs, pour une fois, je me sentais purement et simplement méprisée. C'était amusant. Oui, cela m'amusait.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Mar 28 Juin - 14:19

"Pourquoi est-ce que je vous agace autant ?". C'est quoi cette question ? Elle le faisait exprès ? Décidément, il perdait patience à une vitesse folle avec elle. Mais il avait toujours détesté ce genre de personne, c'était plus fort que lui. En particulier quand il s'agissait de filles. C'était viscéral. C'était comme ça. Il avait bien envie de faire usage de la violence. Comme d'habitude.Mais il tentait de se retenir. Pourquoi ? C'est vrai qu'il n'était pas le genre de type à suivre le principe "On ne tape pas une fille". Lui s'en foutait royalement du sexe. Si le coup partait, il partait. Qu'importe. Et pourtant. Elle avait cet air de gamine qui le retenait. Rien ne grave. Lui, il peut blesser tout aussi bien à travers de simples mots.
Des mots, ça fait mal aussi. Voir plus. Des mots, ça vous détruit à l'intérieur. C'est subtil. C'est meurtrier. C'est encore plus vicieux. Plus pervers.


- J'aimerai juste que t'arrête de piailler comme un pigeon.


Non, c'était pas méchant du tout. Pour lui c'était de la gentillesse ça. Il se retenait, il se retenait. Pourquoi ? Il était amusé. Aller de plus en plus fort dans ses paroles, devenir de plus en plus blessant. C'était carrément jouissif de détruire quelqu'un de cette façon pour lui. Creuser encore et encore, au fond de l'âme. Frapper à grand coup sur le moral, sur la conscience. Ouais c'était tellement bon. C'était dans sa nature, il aimait faire ça. Peut-être que c'était un gêne héréditaire ? Dans ce cas, il aurait tout eu de son connard de père. Connard ? Trop gentil ça. Monstre ? On se rapproche doucement. Phoenix gratta sa cicatrice sans détourner les yeux. Les yeux. Si sombres qu'on pourrait se perdre dedans. Et ne pas y revenir.


"Moi, vous me plaisez bien ainsi". On croit rêver ?! Lui plaire ? Non mais qu'est-ce qu'elle savait de lui ? Rien. Juste qu'il avait un caractère de démon, que oui, c'en était un de toute façon. Plaire à cette bavarde qui lui pétait les tympans était la dernière chose qu'il aurait voulu en ce moment. Il leva les yeux vers elle. Plus indifférents que ceux d'un reptile. Elle le trouvait bien comme ça hein ? Mademoiselle serait servie. Car il ne comptait pas changer ses habitudes. Qu'est-ce qu'il était fière d'être comme ça. Oh oui. Il était si fière. Il afficha alors un petit sourire en coin. Ouais...Elle était plus intéressante que prévu.

Cette fille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Mar 28 Juin - 20:18

    Si quelqu'un d'autre m'avait dit ça, je n'aurais eu aucune envie de sourire. Si quelqu'un d'autre m'avait rejeté, je serais partie sur-le-champ. Et si ça avait été un autre jour, certainement qu'il en aurait été de même. Mais pour cette-fois, d'une manière incontrôlable, je souriais. Oui, c'était bien ça. Je souriais à sa méchanceté. Comme si je l'accueillais avec bonheur et plaisir. En réalité, je souriais parce que je trouvais qu'un être aussi infecte avec ses congénère méritait une attention particulière. Pour moi, il n'était ni plus ni moins qu'un type qui avait eu une vie difficile et qui en portait les séquelles mentalement. Et peut-être même physiquement aussi. D'après sa cicatrice sur la joue du moins. C'était une hypothèse comme une autre. Parmi les milliers que j'avais créées.

    Je détaillais son visage depuis maintenant un bon moment. Et la première réaction que je vis s'y dessiner fut un bref sourire en coin. Mais ce sourire avait quelque chose de perfide. Comme si c'était le signe qu'il allait se changer en démon sur le champ pour me torturer jusqu'à ma mort. Octave m'avait toujours dit que j'étais particulièrement têtu et bien trop curieuse pour prendre le risque de m'approcher des gens toute seule. D'après lui, je serais capable de les pousser à bout juste pour savoir leur prénom. Il avait peur pour moi et m'accompagnait tout le temps. Comme j'aurais aimé qu'il soit là en cet instant. Près de moi pour me protéger et me permettre de le questionner sans risquer le moindre danger.

    Une idée germa dans mes pensées. Une idée lumineuse. Lumineuse mais incertaine. Il pourrait tout aussi bien avoir une réaction opposée à celle que je voulais susciter. Mais pourquoi pas ? Après tout, rien ne serait pire que ce qui était arrivé à mon frère. Alors qu'est-ce que je risquais ? Rien comparé à sa mort. Si ce type était franchement dérangé et encore plus malsain que ce que je pensais, il pourrait tout aussi bien me couper la langue pour que je me taise. C'était une possibilité. Un risque. Une éventualité. Mais j'étais de nature déraisonnable. J'étais de nature curieuse. Qu'il en soit ainsi.


    - Si vous voulez que je me taise, alors parlez.

    En règle général, les personnes parlaient d'elles-même, lorsqu'on leur demandait de parler de tout et n'importe quoi. C'était bien là ce que je recherchais. J'aurais aimé qu'il me parle de sa vie. Qu'il se présente au moins. Mais ce serait certainement trop demandé pour un type aussi froid que lui. Oui, décidément, je pense qu'il préfèrerait autant me couper la langue plutôt que de parler.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Mar 28 Juin - 23:40

Tout est une question de contrôle. De contrôle de soi. Phoenix n'aimait pas vraiment se contrôler. En fait, il n'aimait pas du tout ça. Et il n'aimait pas ce bourdonnement dans ses oreilles produits par une petite ingénue qui lui tapait nerveusement sur le système. Il regrettait. Rarement. Mais là, il avait un regret. D'être venu ici, à ce moment précis. Pourquoi était-il venu merde...C'est vrai quoi, ce coin précis était envahi...Il aurait pu aller dans des tas d'endroits différents et multiples. Mais non, il avait fallu qu'il aille là. Remarquez, ça s'applique également à la demoiselle. Après tout, il était là bien avant non ? D'ailleurs, elle aurait pu lui foutre la paix en l’apercevant. Mais non, c'est bien trop demander apparemment. Il avait fallu que la seule personne qui passe par ici était une bavarde finie. La journée allait être bien longue décidément. Bien trop longue...


"Si vous voulez que je me taise, alors parlez".. Elle faisait exprès, c'était officiel. Il ne la supportait pas, c'était officiel. Il allait lui en foutre une...C'était à confirmer. Non. Gardons notre fameuse technique des piques assassines. C'était tellement amusant. Mais qu'elle se la ferme, ça aussi ce serait amusant. Il le pensait fort. Il en avait fortement envie. Vraiment. Peut-être que le silence n'est qu'une espèce en voie de disparition. Peut-être qu'il se méritait aussi, non ? Et le bonheur aussi, était une espèce en voie de disparition. Quoique. Le garçon aux cheveux Corbeau était bien ainsi. Enfin...Pas tout à fait. Il manquait un élément essentiel à son bonheur. Non, en fait, tout bien réfléchit, c'était sans doute le seul élément indispensable à son bonheur. Oui. C'était plus juste. Mais voilà, cet élément là, n'était plus en voie de disparition. Il l'était, disparu.

- Je parle là, contente ? Maintenant, la ferme.


Phoenix eu un sourire. Encore un. Le même genre qu'avant. Il plongea la main dans sa poche, et en sortit une cigarette, de quoi l'allumer. Et l'étincelle jaillit contre le papier roulé. Le garçon Corbeau porta l'objet tant convoité à ses lèvres, et tira une bouffée. Un peu de bien. Tout ce qu'il aimait dans ce monde, c'était ça. Délectable. Il profitait de chacune de ses cigarettes comme si c'était la dernière. Car, il l'avait appris un jour, n'importe quelle cigarette pourrait être la toute dernière. N'importe laquelle. N'importe quand. N'importe où.

Pourquoi pas là ?

Maintenant ?

Qui sait ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Mer 29 Juin - 13:29

    La ferme... Au moins, il avait été précis dans ses vœux. Il voulait que je me taise et de surcroit, même sa propre voix semblait l'agacer. Qu'est-ce que je pourrais bien faire pour lui faire dire quelque chose ? Enfin, lui faire cracher quelques mots c'était plus facile que de le faire parler plus d'une minute. Je voulais qu'il parle longtemps, qu'il m'apprenne quelque chose, sur lui, sur moi, sur n'importe quoi. J'avais quitté la maison ce matin pour avoir quelque chose de nouveau. Je ne savais pas quoi exactement au départ, mais maintenant j'avais ma petite idée sur la question. Il m'avait offert du mépris. Mais je ne voulais pas que cela s'arrête. Je voulais qu'il m'offre autre chose. De la haine, ou n'importe quoi. Sans le connaitre, j'attendais énormément de cet homme. C'était idiot. Ridicule même. Surtout quand on voyait ses réactions de narcissique de premier choix. Vraiment, parfois je m'énervais moi-même.
    Et puis son sourire. Son sourire que je ne comprenais pas et que je n'arriverais jamais à comprendre. Même si je pouvais y coller des adjectifs, je n'aurais jamais la signification exacte. Il n' avait que lui qui pourrait savoir. Et encore, peut-être qu'il n'était même pas conscient lui-même de ses réactions. Peut-être que c'était du simple sadisme, peut-être que c'était plus complexe, plus profond. Une fois de plus, je me créais mes propres problèmes, je me posais des questions inutiles.
    Mais malgré tout, je continuais sur ma lancée, avec des mots simples.

    - Non. Racontez moi quelque chose d'intéressant.

    Je le scrutais, attendant sa réaction. Je n'avais aucune appréhension. Ce qui précéderait n'aurait de toute façon aucune importance. Il y avait des tonnes de possibilités à envisager, et je n'avais aucune envie de les lister. Pourtant, j'aurais surement mieux fait de le faire avant de parler, pendant qu'il en était encore temps. Décidément, si Octave avait été là... Mais s'il avait été là, je n'aurais certainement jamais mis les pieds ici. Et si je l'avais fait, je ne serais jamais allé parler à cet homme. Ou du moins, je n'aurais pas été seule.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Mer 29 Juin - 16:45

"Non. Racontez moi quelque chose d'intéressant.". Misère. Est-ce qu'il avait une tête de conteur ? Est-ce qu'il avait une tête à aimer bavarder avec les gens ? Est-ce qu'il avait l'air sociable ? Non ! Alors pourquoi continuait-elle à le fatiguer de minutes en minutes. Phoenix soupira, et se releva. Debout, il la dépassait sans doute. "Racontez-moi quelque chose". Ces mots résonnaient dans sa tête, et pour être honnête, il n'avait sans doute jamais eu une migraine aussi vive et fatigante que maintenant. Ou bien il avait oublié. Ou bien il ne voulait pas s'en rappeler. Possible. Ce "racontez-moi", il lui faisait penser à des gamins. Des mioches débiles et baveux qui demandaient à leur mère où n'importe qui d'assez con pour le faire, de leur raconter une histoire. Lui, n'en avait jamais demandé, mais lui...C'était lui. Alors il du avoir, un court instant, l'air pensif. Il pensait. A lui. Une nuit, il lui avait raconté une histoire, sans que Phoenix le lui avait demandé. Il n'aimait pas les histoires, mais lui, il l'avait écouté. Kain. Raconte moi encore une histoire pensait le garçon Corbeau. Puis, il reprit son air d'avant. Massacrant. Froid. Le seul que les autres avaient le droit de voir.

D'intéressant. C'était subjectif ça. De toute façon, il n'en avait pas l'intention, de continuer à faire causette gentiment comme ça. Surtout pas. Lui ? Jamais. Phoenix repoussa la cigarette de ses lèvres, et commença à marcher vers son interlocutrice. Il ne changeait pas d'expression. C'était inquiétant, c'était menaçant. A glacer le sang. C'était sans doute la dernière personne qui pouvait inspirer la confiance. Ou la tendresse. La joie. Le bonheur. La compassion. Oui, il ne pouvait représenter aucun sentiment bienfaiteur. Aucun. Et tant mieux, ce n'était aucunement son intention. Alors que demander de plus ? Ah...Si...Que Kain soit là...Bien sûr. Le garçon aux cheveux Corbeau était maintenant juste en face de la Lady. Il la dévisageait, comme si c'était naturel. Comme si elle aurait été incroyablement crasseuse. Mais, ce n'était pas le cas. Pourtant, son regard ne le démontrait pas.

"C'est l'histoire d'un mec qui pensait passer sa journée pénard dans la forêt. Mais une emmerdeuse a rappliqué dans son petit coin de tranquillité. Et comme elle est trop idiote, elle parle aux inconnus sans savoir de quoi ils sont capables. Mais le garçon est très gentil avec elle, et tente de la faire dégager pour ne pas la blesser. La fille ne pige rien, et continue de piailler dans les oreilles du pauvre pauvre garçon. Sans savoir de quoi il est capable. Tu veux connaître la fin ?"

Le garçon aimait son ton ironique et sec. Il aimait faire peur. Il aimait. Ses doigts s'en allèrent tenir sa cigarette. Il y passa sa langue. D'un geste suave, il saisit la main droite de la jeune fille qui se tenait devant lui. Et la porta près de ses lèvres, comme pour l'embrasser. Son souffle glacé, comme celui d'un mort s'égara sur la peau de la Lady. Et, sans rien ajouter de plus à sa petite histoire, fit glisser sa cigarette encore goûteuse, encore vive, qu'il tenait du bout des doigts sur la peau de la Lady. Il l'écrasa contre la main. Celle qu'il avait feint de baiser du bout des lèvres. Formant une brûlure nette sur celle-ci. Qui aurait cru qu'il allait baiser sa main ? Elle aurait été sotte d'y penser non ? Il sourit, en coin, comme toujours. Mais ne lâcha pas la main. Jetant la cigarette à terre, il l'écrasa du pieds pour l'éteindre. Les yeux plongés dans ceux de cette fille bavarde. Pas de baiser de lui. Un baiser brûlant. Par une cigarette. Baise main enflammé.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Mer 29 Juin - 17:48

    Il m'avait parlé de lui, comme je l'avais souhaité. Enfin de nous. Mais plus particulièrement comme je lui avait gâché sa journée. C'était amusant. C'était distrayant de savoir comme, par une simple phrase, mon pouvait détruire les espérances d'une personnes. Bien entendu, ça n'avait pas été mon but. Mais après tout, j'aurais pu prétendre que ça l'était.

    Et j'écoutais ce qu'il disait avec un sourire enfantin, comme s'il m'avait promis un miracle. Un miracle... Ce mot, me l'avait déjà dit de nombreuses fois en parlant de la résurrection de mon frère. Oui, car la plus belle chose qui pourrait m'arriver hormis une perte de mémoire intégrale, c'était qu'Octave revive et que je n'ai jamais plus à souffrir autant. La souffrance, je connaissais. Pas la souffrance physique, mais mentale. Mais ce n'est pas important de faire cette nuance. Du moins pas quand on compare une expérience à une autre. Cela fait tout aussi mal. La torture, voilà ce que j'avais enduré pendant un temps, et maintenant j'en ressentais encore les douleurs dans mon cœur. C'est certainement pour cela que je n'avais plus peur. Je ne me méfiais plus des éventuelles blessures que l'on pouvait me faire. Ce n'était plus important. Alors quand il s'approcha de moi sans autre expressions que celle qu'il dont il avait usée jusque là, je me contentais de le suivre du regard. Je m'étais laissé prendre la main sans réagir, sans attendre quoi que ce soit. Sans penser à rien. Puis comme s'il n'avait s'agit de rien de significatif, il approcha ses lèvres de ma peau. Et encore, je continuais de le toiser. Quand il abattit sa cigarette sur le dos de ma main, mes doigts se raidirent au contact les premiers instants, puis je me détendais et attendais qu'il finisse son œuvre sans essayer de me dégager, alors que la douleur se faisait de plus en plus intense. Ce serait là la marque de ma rencontre avec l'être le plus froid du pays. Et je n'oublierais pas. Comment oublier un homme aussi froid ? C'était tout bonnement impossible.

    Ainsi, m'avait-il franchement dit que je n'étais rien d'autre qu'une "emmerdeuse". Soit, je voulais bien l'avouer. Beaucoup s'étaient retenus de me le dire, mais le mensonge se décryptait facilement dans leurs yeux sans qu'il ai besoin d'en prononcer les mots. C'était possible ça ? Mentir en permanence ? Cacher sans cesse ses sentiments ? Moi, je n'en étais pas capable. Je devais me libérer de ces mensonges à un moment ou un autre. J'aimais mieux les personnes d'une nature affreusement vile qui ne s'en cachait pas, plutôt que celles qui se dissimulaient derrière des masques d'hypocrisie. Celles-là, je ne pouvais plus les supporter.

    Je voulais savoir jusqu'où il était cruel. Alors peut-être que j'ai été idiote sur le coup, mais je n'ai pas menti.

    - Oui.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Jeu 30 Juin - 11:52

"Oui.". C'est fou non ? Comme un simple mot peut avoir tant de conséquences différentes. Comme un simple mot peut retourner les plus étranges des situations. En bien, ou en mal ? La suite de l'histoire le dira. Mais qu'est-ce que le bien ,et qu'est-ce que le mal ? Où commence le paradis, où finit l'enfer ? Le garçon Corbeau tenait toujours la main, jadis douce, mais désormais cloquée. Il n'avait pas vraiment envie, de la lâcher. Il le fit tout de même. A la place, il saisit ses poignets, si violemment, avant tant de force, qu'il marquait la peau de traces de doigts rosâtres et vives. C'était de sa faute, tout ce qui allait se passer. Sa faute à elle. Après tout, elle voulait connaître la fin.
Phoenix la poussa, écrasant son bassin contre le sien. Il la fit chuter au sol, et se laissa aller la rejoindre. Dans l'herbe grasse et verte. Il ne la lâchait toujours pas. Prisonnière d'un garçon Corbeau. Quel effet cela faisait-il ? Ce sentiment de captivité, d'angoisse et de danger, quand on sent que l'homme au dessus de vous. Un homme de 17 ans à peine, incarne le démon parfait ? Le garçon n'était pas tout à fait allongé sur elle. Plutôt à califourchon au dessus de son corps. Plus pratique pour partir en vitesse, plus pratique pour dominer facilement. Et puis, pour l'observer en silence.

"Il y a plusieurs versions à ce qu'on dit. Une qui finit bien, et une qui finit mal. Mais le bien et le mal, c'est quoi ? C'est subjectif non ? Alors...C'est bien plus excitant comme ça. C'est quoi le bien, c'est quoi le mal ? Tu veux le savoir ? Choisis une fin. Choisis. Le bien, ou le mal ?"

Phoenix souriait. Amusé, rictus sadique et satisfait. Oui, il était bien fière de lui. Le bien et le mal hein ? Lui, le bien, il ne le connaissait pas. Alors, de toute manière, la fin de l'histoire ne serait pas sage, ni gentille, ni innocente. Il la découvrirait en même temps que elle après tout. Oui, il avait plusieurs fin en tête. Mais celle qui arriverait ne dépendait que de la Lady. De ses gestes, de ses actes, de tout en elle. Phoenix se pencha légèrement vers elle. Ouais, vraiment très mignonne. Quoique un peu trop gamine à son goût. Totalement penché, ses lèvres touchèrent légèrement le front de la jeune fille. Mais ne vous y méprenez pas. Cela n'avait rien de sentimental, ou de tendre. C'était provocateur, c'était dénué d'envie. C'était froid comme la mort. Le baiser déposé, il redressa à nouveau son visage, reprenant son observation de haut. Était-elle si idiote ? Ou au contraire, avait-elle envie de changements ? D'une rencontre dangereuse et imprévisible, comme celle qui se déroulait en ce moment même ? Le garçon aux cheveux Corbeau ne se posait même pas la question. Ils étaient là, c'est tout. Et l'histoire prendrait fin. Mais comment ? C'était si excitant. Comme lorsqu'on lit un livre, et que le dernier chapitre reste en suspens. On s'imagine des tas de fins différentes, sans savoir laquelle sera la bonne. Mais pour le moment, l'histoire continuait magistralement. Ce n'était qu'un début.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Jeu 30 Juin - 14:45

    Il relâcha ma main et je la rabaissais lentement, mais il s'empara vivement de mes poignets, ce qui fit suivre ma surprise, vite remplacée par... quelque chose comme de la plénitude. Il me tenait avec force si bien que même si j'avais essayé de me dégager ou de me débattre, mes efforts auraient été inutiles. Je basculais sur le sol, mes cheveux étalés autour de ma tête formant une sorte d'auréole angélique. Je maitrisais ma respiration à la perfection, détaillais les maigres expressions de ses traits, sans un bruit, sans un geste. Je buvais ses paroles, me délectais de la beauté glaciale de son visage. Un véritable démon se tenait au-dessus de moi.

    - Il y a plusieurs versions à ce qu'on dit. Une qui finit bien, et une qui finit mal. Mais le bien et le mal, c'est quoi ? C'est subjectif non ? Alors...C'est bien plus excitant comme ça. C'est quoi le bien, c'est quoi le mal ? Tu veux le savoir ? Choisis une fin. Choisis. Le bien, ou le mal ?

    J'avais eu raison d'insister. J'avais eu raison de me conduire ainsi. Quoi que je choisisse, quoi qu'il se passe, j'étais parvenu à mes fins. Je ne regrettais rien. Les battements de mon cœur se firent plus espacés, plus forts. L'excitation. Il avait raison, c'était mieux ainsi. Mon visage n'exprimait rien de concret. Cette fois, il n'était pas animé d'un amusement quelconque. Cette fois, c'était plutôt confus. Inhabituel sensation pour moi. Il était rare que je sois déstabilisée. Comme l'étaient mes pensées. Elles déferlaient à toute vitesse dans mon conscient, sans que je puisse les démêler ni les exploiter.

    Enfin, quand je parvenais à sortir quelques éléments de mon brouillon mental, je rassemblais ces quelques idées. Je devais faire un choix. Eh bien mon choix serait celui qui m'offrirait le plus de vision. En admettant que je choisisse le bien, cela ne pouvait être que bénéfique par rapport à ce qui allait suivre. Alors que si je choisissais le mal... Là, c'était une autre histoire. Avais-je envie de mourir ? Non. Or, j'avais toujours comparé le bien et le mal comme la vie et la mort. Alors je choisissais la vie. Je voulais vivre dans l'espoir de trouver quelqu'un qui pourrait remplacer Octave. C'était là le but de ma vie, après sa vengeance.
    De plus, choisir le mal ne m'aurait donné aucune perspective du bien. Alors que choisir le bien, s'il me faisait souffrir, et c'était ce qui semblait m'attendre, me donnerait au moins de quoi faire une hypothèse sur la mauvaise finalité.

    Alors je le fixais intensément et les yeux pétillants d'excitation, je lui répondais dans un chuchotement :

    - Le bien.

    Je crois qu'en une situation pareille, n'importe qui aurait tremblé de tous ses membres. Le plus censé des êtres aurait fait son possible pour s'enfuir dès l'instant où il aurait prononcé ses premières paroles. Moi non. Je n'avais pas peur. En fait, je ne voulais pas avoir peur. Cette simple volonté me suffisait. Je n'appréhendais pas les conséquences de mes actes. J'attendais simplement de voire ce qui en résulterait. Comme si ça n'avait été qu'une expérience dans un laboratoire et que j'avais pu recommencer à l'infini. Mais malgré tout, j'apportais une grande importance à ce qu'il se passait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Jeu 30 Juin - 16:35

"Le bien". Il le savait. Il l'avait su bien avant qu'elle ne prononce le mot. Et bien avant qu'il lui avait posé la question, il avait su. Pourquoi prendre le bien ? Le bien n'existait pas. C'était ni plus ni moins qu'une utopie inventée par un tas d'humains abrutis. Le mal, ça c'était vrai, ça c'était fort. Quoi de plus facile que de faire le mal ? Quoi de plus beau que de le voir se former ? Rien ne vaut le mal. Tellement plus intense, tellement plus subtil et pervers. Il y a toute une philosophie de vie et d'être ces simples notions. Deux mots peuvent donc cacher autant de sens. C'est tellement fascinant. Tellement effrayant dans un sens. Il est si facile de tromper l'homme, que tout perds son sens, ici bas sur la Terre. Dieu que le monde était compliqué ! Dieu qu'il était adorablement dégradé...

"Il vaut mieux bien faire le mal que mal faire le bien non ? Et moi, je le fais merveilleusement bien."

Bien. C'était sa réponses non ? Il la fixait profondément. Que pensait-elle ? Qu'aimerait-elle faire ? Si il la laissait s'échapper, irait-elle le plus loin possible de lui ? Il devait faire ce qu'il avait annoncé, d'une façon ou d'une autre. La Lady se doutait-elle de ce qui allait se passer ? Le mal dans le bien, voilà ce qu'il devait faire maintenant. Il se pencha. Son visage était près du sien. Ses yeux détaillaient sans cesse le visage de cette fille. Puis, lentement, il entrouvre les lèvres, et commence, du bout des canines à mordiller celles de la Lady. Le mal. Du sang coule le long des lèvres, glissant sur le menton. Les dents blanches charcutant la chair sans aucune tendresse. Non, aucune. Phoenix donne un coup de dent final. Douloureux à en faire hurler les muets. Et lâcha les lèvres. Rouge vif. Tout était rouge entre eux deux. Tout faisait mal maintenant. Mal. Accompli. Un peu de bien ? Ou pas...Le garçon ne mit pas longtemps à réfléchir.

Il allait démontrer le bien aussi. Tant pis de quelle façon. Il le ferait et c'était sans aucun doute, cela le plus important. Et là ? Que pensait-elle qu'il allait faire ? Le garçon Corbeau sourit. A elle. A personne d'autre. C'était un sourire satisfait, et étrangement. Une touche de douceur s'en dégageait. Pour ce qu'il allait faire. Sans aucun doute. Elle le méritait. Il l'aimait bien en fin de compte, la piailleuse. Et ce serait sans doute là tout le malheur de la jeune Lady. Car ne dit-on pas qui aime bien , châtie bien ? Phoenix se pencha à nouveau. Et pressa, sans violence, doucement. Oui, doucement. Ses lèvres contre les siennes. Bizarrement, les lèvres du garçon était chaudes, cette fois-ci. Agréables, douces, et si chaudes...Le bien dans le mal.Il les détacha des siennes. Mais ne bougea pas plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Jeu 30 Juin - 20:38

    Alors sa réponse était partagée. Je ne savais pas où il venait en venir. Cet homme était une énigme à lui seule. Je ne savais pas ce qu'il pensait. Je ne savais pas s'il pensait ce qu'il disait. Je ne savais pas pourquoi il faisait ça ni pourquoi il était comme ça. Je ne savais pas si c'était seulement avec moi, ou encore s'il était de nature associable. Finalement, j'ignorais tout de lui. La seule chose que j'avais réussie à savoir, c'était qu'il me méprisait, voir qu'il me maudissait. Je ne savais même pas quel était son nom. Je ne savais pas son âge, même s'il m'était aisé de le trouver de manière approximative. Il devait avoir le même âge que moi, si ce n'était plus. Voilà tout ce que je connaissais de cet être.

    Quand il mima un second baiser, sur mes lèvres cette fois, ce fût ses canines qui embrassèrent ma chaire. La douleur était atroce et remontait jusque dans mon cou, comme si on m'avait planté des aiguilles dans les cervicales. Il me déchiquetais l'intérieur de ma lèvre et je sentais le sang couler à flot et s'étendre sur les tissus crèmes de ma robe satinée. Elle était définitivement fichue. Oui, alors qu'il me torturait, là seule chose à laquelle je pensais était ma robe. Ma chère robe que je ne pourrais plus mettre après cet épisode. Mais bien que j'eus affreusement mal au début, maintenant, je ne ressentais plus qu'une chaleur indescriptible qui m'ôtait toute sensation de douleur. Et pour cause. Il avait cessé son massacre.

    Je le fixais toujours, quelques larmes représentatives du mal qu'il m'avait fait, comme une preuve qu'il avait réussi. Et il me souriait. C'était étrange. J'avais l'impression que c'était... de... la tendresse ? Alors que je n'avais jamais vue la moindre once d'un sentiment qui ne se rallie pas au malheur depuis que je l'avais vu. J'étais surprise, affolement surprise même. Puis il se penchait à nouveau et j'esquissais une légère crainte, m'attendant à une seconde torture. Mais contre toute attente, c'était un doux baiser que je recevait. Un baiser réparateur, comme s'il voulait réparer le massacre qu'il avait fait. Le visage froid qu'il avait toujours eu portait en fait des lèvres chaudes et agréables.

    Ce type était sans scrupule. Et le pire dans tout ça _ et vous pourrez m'accuser de folie _ c'était que cela me plaisait, me charmait.

    Et il resta suspendu au-dessus de mon visage, à quelques centimètres. Je passais alors mes doigts fins sur mes lèvres pour mesurer l'étendue des dégâts. Il m'avait littéralement détruit une partie de ma lèvre inférieure. Celle-ci dégoulinait de sang, criblée de l'intérieur.

    Mais l'envie me prit. Une envie folle pour un être qui n'était censé m'inspirer seulement de la frayeur et qui pourtant m'apportait toute autre chose. Je ne me comprenais pas moi-même. Je frôlais de mes doigts ensanglantés son visage, mais je les retirais rapidement, comme si cela avait été un crime passible de mort. J'avais terriblement envie d'un second baiser, mais je me l'interdisait. Comme pour me protéger de ce qui était inévitable : je ressentais un amour ambiguë pour l'être le plus malfaisant que j'ai jamais rencontré.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Ven 1 Juil - 10:59

Phoenix observait avec attention la Lady. Il avait vu ses larmes couler. Et surtout, il avait sentit sa main effleurer son visage. Mais elle l'avait retirée si rapidement. Pourquoi ? La crainte. Il ne fait pas l'ombre d'un doute. Maintenant, avait-elle peur de lui ? Plus qu'elle n'aurait pu l'avoir avant ? Sans rien dire, sans aucun bruit, le garçon aux cheveux Corbeau alla, du bout de l'index, cueillir les larmes de la fille. Portant le doigt à sa bouche, il le lécha entièrement, la vision de sa langue saignante s'enroulant à son propre doigts ayant quelque chose de sensuel, et de terriblement indécent à la fois. Après quoi, il retira son doigt de ses lèvres, et alla le poser sur la bouche de la jeune fille. Le posa lentement, la laissant sentir le moindre contact avec sa peau à lui. Le garçon approcha son visage à nouveau. Et fit dériver sa bouche au creux de l'oreille de la Lady.

"Tes larmes ont un goût salé, de douleur et de trouble. Mais j'aime aussi le goût de tes lèvres..."

Un petit sourire en coin s'afficha sur son visage. C'est vrai, il aimait tant ce goût. Sanglant en plus, témoignant de ses coups de dents d'il y a quelques minutes à peine. Quand il baissa les yeux pour la découvrir comme ça, allongé, de haut en bas, il se rendit compte que sa robe était maculée de sang. Il ne savait pas pourquoi mais il était certain que ce détail avait une importance aussi infime soit-elle, pour la jeune fille. Elle avait l'air de tenir à ses affaires. Il l'imaginait soigneuse. Sans savoir pourquoi, il se plaisait à l'imaginer en parfaite femme de maison. Cette idée le faisait assez sourire. Il la voyait en train de plier son linge, parlant comme une pipelette à n'importe qui, et même à ses peluches si elle en avait. Il coupa court à ses pensées qui le faisait sourire intérieurement. Pourquoi se l'imaginait-il donc comme ça ? C'était stupide. Malgré lui, il aimait l'idée.

Phoenix reporta son regard sombre sur le visage de la fille. Il avait bien massacré ses lèvres en fin de compte. C'était un petit tas de chair rouge maintenant. Mais peu importe, lui, il aurait encore pu les embrasser sans aucun problème, si il l'aurait voulu. Le voulait-il ? Il se demandait. Il ne comprenait pas vraiment ce qui se passait. Quand on joue trop avec le feu on se brûle. Mais sans savoir, sans comprendre, il ressentait quelque chose d'agréable quand elle le regardait. Comme si finalement, on pouvait encore l'apprécier tel qu'il est. Bien que cela lui importe peu. Quoique. C'était si étrange, on aurait dit qu'il y avait une vie après Kain. Le garçon prit la main de la jeune femme par le poignet. Il avait aimé qu'elle lui effleure le visage. Mais elle avait si brusquement arrêtée. Il aurait voulu la sentir continuer.

Lentement, il lui posa alors la main sur sa joue cicatrisée. Quand il était gêné, il avait cette manie de la gratter un peu. Mais ce n'était pas très important. Il remonte sa main, laissant là le poignet, maintenant qu'il avait correctement dirigé celle de la fille. La main du garçon remonta se poser sur le dos de celle de la Lady. C'était si bizarre. Tous les gestes du garçon étaient si doux. Avec une tendresse maladroite, comme celle d'un enfant qui fait ses premiers gestes, que l démon en était touchant et plus beau encore que par sa démence. Ses yeux se plantèrent dans ceux de la fille, toujours là, allongée sous lui. Et, il aurait aimé savoir ce qu'elle pense à ce moment précis. Pour savoir...Comme ça.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Ven 1 Juil - 12:48

    - Tes larmes ont un goût salé, de douleur et de trouble. Mais j'aime aussi le goût de tes lèvres...

    Comment avait-il pu deviner, moi qui m'appliquais toujours à cacher mes émotions à quiconque tentais d'en connaitre trop à mon insu ? C'était donc si facile de me déstabiliser et de me voler mes secrets ? Dans une simple larme, il avait trouvé ce qu'il se passait dans ma tête. Mon visage était dont si expressif ? Ou bien il savait, tout simplement. Oui, c'était surement ça. Il savait.
    Mais j'aime aussi le goût de tes lèvres... Le gout de mes lèvres meurtries. Il aimait ce goût là. Mes amants m'avaient souvent susurré que mes lèvres étaient sucrées et douces. Je ne savais pas quoi en tirer. Aimait-il le goût du sang ? Non, ce n'était pas ça. Ce n'était pas la bonne nuance. Sinon, il aurait dit qu'il aimait celui de mon sang, plutôt que celui de mes lèvres. Ou je ne sais pas. Avec lui, je ne savais plus rien. Mes théories, mes sens ne comptaient plus. Ce que j'avais établie, mes règles et mes principes, tout cela n'avait plus de valeur. Je ne pouvais pas les appliquer sur cet être. Tout tombait à l'eau, toutes mes tentatives de compréhension étaient troubles. J'étais déstabilisée. Mais à ma grande surprise, mise à par la confusion qui régnait dans mon esprit, j'aimais bien.

    Et lorsqu'il me prenait le poignet, je m'efforçais de me laisser faire. Alors que mon corps aurait voulu que je m'enfuis, que ce geste était signe de douleur. A ma grande surprise, il plaça ma main sur sa joue, celle qui portait une cicatrice. Avant, j'aurais supposé quelque chose. J'aurais tiré de ce geste une idée, une théorie. Mais non, rien ne me venait. J'y voyais simplement de la douceur. Ses mouvements étaient légers, tendre. Je ne voyais plus l'ombre de vilénie en lui. Même si son visage était toujours froid, il n'y avait plus ces yeux haineux qui me scrutaient avec sadisme. Ou alors c'était mon regard qui avait changé. Je passais délicatement mes doigts le long de sa balafre, comme si je n'avais pas eu envie qu'il me remarque. M'accordant quelques débordements, laissant aller mon touché sur son arcade, sur ses lèvres.

    A cet instant, il me semblait l'aimer. Et même plus encore. J'espérais que ce n'était pas seulement mes espérances, mais bien mes impressions. Peut-être qu'il me permettrait de remplacer Octave. Je sentais sa main dans mon dos, son regard appuyé. Que pensait-il ? Que voulait-il ?

    - Tu es beau...

    Beau comme un démon.
    Ma phrase était étrange. La situation l'était. Le contexte aussi. J'avais envie de lui dire ce que je sentais. Et peut-être que mes mots étaient mal choisis, mais ils étaient justes et simples. Je n'avais ressenti pareil émotions pour personne. C'était une sorte d'amour. Un amour tâché de mal, un peu craintif, fascinant. Tout cela l'était.

    J'essuyais d'un révère de la main le sang de ma lèvre qui avait cessée de saigner et je me rapprochais lentement de son visage. Ce n'était qu'une suggestion. J'avais envie qu'il m'embrasse encore. Mais je préférais que cela vienne de lui.

    - Je ne comprend plus rien. dis-je en un chuchotement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Ven 1 Juil - 13:18

"- Tu es beau..."

Je ne savais pas quoi lui répondre, à ce moment précis. A vrai dire, peu importe ce qu'elle aurait répliqué, je n'aurai pas su quoi dire. C'était si soudain. Tout se passait exactement à l'inverse de ce que j'avais prévu ou imaginer. La vie ne laisse pas de place au prévisible. Elle aimait se jouer de tout, elle aimait jouer avec le destin de deux êtres, aussi différents soient-ils. Et nous, nous étions différents. Quand elle me touchait le visage, je fermais les yeux. Je me laissais envahir par son doux toucher, pour que plus rien d'autre n'ai de sens. Sa main, sa peau. Si tendre, si rose. Depuis combien de temps, n'avais-je pas été apprécié par quelqu'un à ce point là ? Et surtout, depuis combien de temps, n'avais-je pas moi même apprécié un instant avec quelqu'un ? J'ai oublié, cela fait tant d'années. J'aurai pu ressentir ses caresses en imaginant la main de Kain. Mais son contact n'aurait pas été le même. Sa peau à lui avait toujours été rêche. Gercée. Mais j'aimais tout autant ce type de contact, dur. Pourtant, à ce moment là, je profitais du moment présent, sans penser à une autre, sans penser à un autre. C'était entre elle et moi. Et j'adorais ça. Plus que tout ce que j'avais fait ou vécu ces 4 dernière années. Moi, cet instant, je ne l'oublierai pas. Jamais. C'était un de ces souvenirs, qu'on grave au plus profond de notre âme.

"Je ne comprend plus rien".

Son visage s'était rapproché du mien. Pour mieux me voir ? Pour mieux me toucher ? Ou bien ? Elle s'était essuyée tout ce sang. Qui avait couler par ma faute. Et je ne regrettait rien de ce que j'avais fait, ni de ce que j'allais faire. J'étais comme ça, c'était tout. On l’acceptait, ou on l'acceptait pas. J'avais rouvert les yeux à ce moment précis. J'avais pu la voir se diriger près de moi, à chaque seconde. Deux visages si proches l'un de l'autre. Cela avait tant de conséquences, tant de logique, tant de souhaits, normalement. Et là ? Entre nous deux ? Que se passait-il réellement ? Je sentais ma gorge se nouer légèrement, en la voyant venir si proche d'elle-même. C'était un geste qu'on ne m'avait pas fait souvent. En temps normal, on s'éloignait progressivement de moi. Et ça m'étais égal. Mais venant d'elle. Le fait qu'elle se rapproche, était, bien plus savoureux. Qui peut dire ce qui se passe dans la tête d'un homme et d'une femme dans une situation pareille ? Le mot sens était totalement dérisoire, et semblait être complétement inutile. Inexistant même. Tout comme la logique. C'était un instant de dérèglement des cœurs et des corps. L’instinct primait sur tout le reste. Et mon cœur qui battait à tout rompre, aurait pu déchirer ma poitrine. Si j'avais encore un cœur.

"Y a t-il seulement quelque chose à comprendre ?"

Je tentais de l’inciter à parler. Comprendre quoi ? Pourquoi ? Puisque je ne lisait pas dans les pensées, je pouvais au moins essayer de les lui faire avouer. Si elle ne comprenait plus. J'avais eu raison, elle était troublée. Je pouvais sentir son doute. Mais c'était tout. Je ne savait pas sur quoi, ni le comment. Sur moi, en tout cas, cela ne faisait aucun doute. Et pour la première fois, l'avis d'une personne m'importait un minimum. Avant, je serait parti, avant j'aurais fait ce que j' avais à faire sans se poser autant de questions. Avant. Mais avant, je ne l'aurais pas même pas regardée. Pas une seconde. Alors que cette fois. Cette fois, je ne faisait plus que ça. Elle me trouvait beau, et moi, je la trouvais mignonne. Incroyablement mignonne. En une heure, ou même deux, à vrai dire, je n'avais plus la notion du temps, j'avais changé d'avis sur elle. Pourtant, c'était flou.

Même si elle n'était plus cette emmerdeuse que j'avais vu au début, je n'avais aucune idée de comment je la percevais maintenant.

Aucune ? Vraiment ? Seulement une vague idée alors.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Ven 1 Juil - 14:56

    - Il y a t-il seulement quelque chose à comprendre ?

    Oui, il y avait toujours quelque chose à comprendre. Moi, de mon côté, je voulais savoir ce qu'il avait en tête. S'il avait quelque chose en tête. Ce qu'il pensait. Ce qu'il ressentait en ce moment. C'était là tout ce que je désirais.
    Peu à peu, mes idées s'éclaircissaient sans que j'en comprenne les raisons, sans que je ne cherche à ce que cela se produise. Et presque inconsciemment, je l'embrassais avec toute la tendresse dont je pouvais faire preuve, tout l'amour qu'il m'était possible de donner. Et je savourais l'instant, le gravais à jamais dans mon cœur. Je portais d'ailleurs un souvenir indélébile sur ma main droite. Mais pour ça non plus, je ne regrettais rien. Alors que ma peau n'avait jamais été touchée de quoi que ce soit. Qu'elle avait toujours été parfaitement lisse, blanche et immaculée, elle portait à présent la marque de ma rencontre avec un être d'une complexité déconcertante.
    Je reprenais quelque peu mes esprits, suffisamment pour comprendre ce que j'avais au fond de moi. Mon cœur brûlait, se consumait pour lui. Une seconde larme s'écoula alors sur ma joue. Une larme de joie qui me fit sourire. Le sourire faible de la fille qui ne comprend pas ce qu'il lui prend. C'était fantastique ce qu'il m'arrivait. Fantastique et à la fois effrayant. J'avais toujours maîtrisé mes faits et gestes. Mais là je ne pouvais pas. C'était impossible. Et cette incapacité me venait de son unique présence. Je ne contrôlais plus rien ni personne. Et c'était apeurant. S'était-il déjà conduit ainsi avec qui que ce soit ? Je n'en savais rien et je mourrais d'envie de lui demander.

    - Comprendre ce que tu ressens. Savoir si tu as déjà agi ainsi. Si j'ai raison.

    Pouvait-on seulement répondre à toutes ces questions ? Qu'est-ce qui m'avait menée ici ? Le hasard ? Le destin ? Dieu ? Dieu... Si Dieu était derrière tout cela, alors je me devrais de prier pour lui chaque jour pour le remercier. Ne l'avais-je pas maudit lorsqu'Octave était mort ?

    - Je crains de te le dire...

    Mais était-ce nécessaire de dire les choses ? Après tout ? Je pense, oui. La parole importait beaucoup. Surtout maintenant. C'était une manière d'éclaircir les choses. C'était rassurant, éprouvant. Qu'on mente ou non. C'était absolument nécessaire, en toute circonstance.
    Je le craignais. Ses réactions, ses pensées. J'avais peur qu'il parte. Qu'il me massacre encore. Qu'il me mente. Mais je ne pouvais pas m'empêcher de croire que je n'avais plus à avoir peur de quoi que ce soit. Comme si tous ses gestes étaient la garantie que je ne risquais plus rien.
    Je pensais brièvement à tous les hommes qui avaient fait partie de ma vie, ne serait-ce qu'une journée. Tous avaient été beau, intelligents. Mais aucun n'avaient cette beauté là. Personne n'avait jamais agis comme cela avec moi. Personne ne m'avait jamais battu. Personne ne m'avait jamais attiré autant. Aucun ne m'avait inspiré tout ces sentiment à la fois. Avais-je raison de m'éprendre pour cet homme ? Certainement que la raison n'avait rien à faire dans cette histoire. Je la bannissait définitivement.

    - Veux-tu savoir ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Ven 1 Juil - 15:35

"Comprendre ce que tu ressens. Savoir si tu as déjà agi ainsi. Si j'ai raison."

Pourquoi fallait-il que tout nos actes, toutes nos paroles aient des conséquences sur nous ? Pourquoi une fois, une fois seulement, ne pouvaient-on pas laisser un trouble se former et vivre comme ça, pendant des années ou toute notre vie. Sans jamais savoir ce qu'il était vraiment. Avoir toujours, à chaque endroit, à chaque moment, cette petite curiosité qui nous trotte dans la tête. Ces petites questions face à un moment de notre vie, jamais dé-flouté. Un instant comme celui-là. Cet instant là. Était-il vraiment nécessaire de tout rapporter à des sentiments ou à des impressions ? J'étais donc le seul, à aimer l’ambiguïté d'une pensée ? A aimer ne jamais la comprendre, et la mettre au clair ? Oui, j'étais sans aucun doute le seul. Et de loin. Elle voulais comprendre trop de choses. Et moi je ne voulais pas parler. Si j'avais déjà agis ainsi ? Que voulais-t-elle dire par là ? J'avais déjà battu tant de monde, j'avais déjà embrassé tant de monde. Embrasser, sans aucun sentiment. Juste pour la forme, pour satisfaire des besoins charnels naturels. C'était tout. Il n'était pas question d'amour ou d'amitié. Jamais. Jamais depuis Kain. Avant de parler, elle m'avait donné un baiser. Incroyable tendresse. Comme je n'en avais presque jamais reçue dans mes 17 ans de vie. Et qui sait, comme je n'en recevrait plus jamais, peut-être.

"Je crains de te le dire..."

Alors ne dit rien. Laisse le doute et l'insatisfaction s'emparer de nos deux cœurs. Laissons les dans l'obscurité, savourant toujours, cette sensation dérangeante, de mots qui n'ont jamais été prononcés alors qu'il auraient pu l’être. Laisse les s'évanouir dans ton esprit, qu'ils redeviennent une simple formation de lettres. Rien d'autre. C'est vrai , je pensais que cette solution aurait été des plus intéressantes, des plus piquantes. Et en même temps, si elle en parlait, malgré sa sois disante crainte. Alors, elle avait envie de dire. De parler. De tout ça. Alors tant pis. Je l'écouterais si elle le voulait tant. Mais que craignait-elle au juste ? A ce moment là, je commençais à vraiment me demander de quoi elle parlait. A me demander ce qu'elle voulait dire de si compliqué ? Gênant ? J'avais envie de l'entendre me le dire, par curiosité. Juste pour ça ? Ou un sentiment plus profond m'y poussait ? Je ne sais pas vraiment à vrai dire. Et je ne suis pas sur de vouloir le savoir.

"Veux-tu savoir ?"


Non. Je ne veux pas. Oui je veux. Ne dis rien, tais toi. Dis moi, parle donc. C'était si soudain comme question. Savoir quoi ? Mais quoi donc ? C'était presque me demander un "oui" que de poser une pareille question maintenant. Mais peut-être était-ce sa seule occasion d'assouvir sa curiosité mal placée. Peut-être ne me redemandera-t-elle jamais ? Je pensais que je ne la reverrais pas de toute façon. Qu'elle faisait partie de ces rencontres d'un jour, qui passait dans vos vies comme passe une hirondelle dans le ciel. Mais intiment, l'idée de la revoir m'étais plutôt agréable je dois dire. Oui, ça ne m'aurait pas gêné. Qui aurait pu croire ça de moi ? Je m'étonnais moi-même à vrai dire. Que m'arrivais-t-il donc clairement ? C'était assez confus, sans l'être totalement. Mon esprit était brouillard. Et mon cerveau lui, semblait se rouiller. En plus, elle avait abandonné une larme sur sa joue, un peu plus tôt. J'avais été surpris.

"Je t'écouterai si tu me le dis."

Oui.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Ven 1 Juil - 16:29

    - Je t'écouterai si tu me le dis.

    Une réponse que j'aurais sans aucun doute possible analysée sans attendre, quelques instants avant. Quand il ne m'avait pas embrassé. Quand il ne m'avait pas fait souffrir. Quand rien d'important ne s'était passé.
    Eh bien, fallait-il oui ou non que je le dise ? Ne serait-il pas en colère ? Quelle serait sa réaction alors ? Dégouté ? Surpris ? Heureux ? Haineux ? Méprisant ? Je ne m'attendais à rien, de toute manière. Je n'attendais plus rien et ne voulais plus rien attendre. C'était tant de déception de se rendre compte que nos attentes étaient mal fondées. Et à côté de ça, tellement beau lorsqu'elles se réalisaient. Mais je me moquais bien de tout, en cet instant. Ce qui m'importait le plus, c'était lui. Simplement. Je savais que cette nuit serait hantée par un autre visage que celui de mon frère. Je savais pertinemment que mes prochaines nuits ne seraient plus perturbées par ce mort.

    J'étais suffisamment rassurée. Et il ne lui avait fallu que quelques mots. Cela avait-il été son intention ? J'en doutais. Mais il l'avait fait, même involontairement. Je marquais un temps, un peu long certainement, avant d'oser prononcer mes mots si incertains et craintifs.

    - J'ai peur de t'aimer.

    Voilà qui était dit. C'était tout. Ce simple chuchotement lui servirait de réponse, comme s'il avait s'agit d'une de mes pensée. C'était là toutes les raisons des battements irréguliers de mon cœur. J'avais sur trouver les mots justes, véritables. Je n'aurais pas pu être plus claire. Avoir peur de l'amour... N'était-ce pas ridicule ? Non, ça ne l'était pas. C'était même tout à fait normal. C'était d'ailleurs ce que j'avais ressenti la première fois qu'un garçon m'avait embrassé. A cet âge, on avait peur de tout ce qu'on ne connaissait pas. On avait peur de se tromper, de sa maladresse, de ses mots. Et moi, quand je disais ça, je ne me sentais presque comme une de ces gamines face à la vie nouvelle qui les attendaient.
    Je m'étais éprise de lui, qu'il le veuille ou non. Je ne savais combien de temps cela allait durer. Mais il était certain que j'avais raison à ce propos. Et lui ? Mon cœur battait encore d'avantage, dans une course effrénée qui révélait toutes mes inquiétudes à son sujet.

    - J'aimerais connaitre ton nom. Pour te retrouver...

    C'était une demande. Je ne savais pas ce qu'il en penserait. Était-il d'accord pour qu'on se rencontre à nouveau ? Je ne sais pas. Mais au moins, cela me permettrait de mettre une étiquette sur ce visage que j'aimais tant. Je voudrais pouvoir l'invoquer lors de mes nuits les plus agitées. Alors je l'appellerais silencieusement pour qu'il fasse disparaitre mes mauvais souvenirs, qu'il occupe mon esprit à sa place comme il le faisait à cet instant. Parce que je n'en pouvait plus d'Octave. Il fallait que j'arrête de le regretter.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Ven 1 Juil - 19:25

"J'ai peur de t'aimer."

C'est vrai, il est possible d'avoir peur de l'amour. Un sentiment lié à un autre. J'étais complétement, en fait, non, je n'étais plus. J'étais tout simplement ailleurs. C'était étrange comme impression, comme si quelque chose en moi était entièrement chamboulé. Avoir peur d'aimer, ça, je comprenais. Parce que j' avais eu peur d'aimer, moi aussi. Peur d'aimer Kain. Mais l'amour avait été plus fort. Alors que là. Je ne pensais pas que c'était d'amour dont il était question pour moi. Encore moins d’amitié pourtant. J'étais perdu. J'étais troublé. Confus. Un peu ahuri. Je ne sais pas si elle l'avait remarqué, mais mon regard s'était assombris à nouveau à ce moment là. C'est comme si je refusais l'idée qu'un jour, quelqu'un puisse à nouveau dire m'aimer. Cela ne m'aurait pas gêné plus que ça, si ça n'avait pas été elle. Elle c'était tellement différent. Pourquoi le mot amour s'était-il imposé à elle ? Après tout, tout avait été rapide, et dénué de logique. C'était de l'instinct pur et simple. Rien d'autre non ? Je n'en étais même plus sûr à ce moment là. Je n'étais plus sûr de rien.

Je m'étais redressé. Assis en tailleurs en face d'elle. J'avais croisé les bras, attendant la suite. Je les avais croisé pas par mépris, mais pour éviter de les laisser ballants le long de mon corps sans rien avoir à en faire. J'aurais eu l'air stupide et je déteste avait l'air stupide. Même si j'ai rarement ce air là, voir pas du tout en fin de compte. Je m'aime trop pour m'autoriser ce genre d'écarts. Je plantais mes yeux dans les siens. Je pense qu'elle ressentait à la fois l'incompréhension, et le détachement que j'éprouvais. Du moins, c'était ce que je voulais qu'elle pense. Je refusais de lui montrer que je mourrais d'envie de savoir pourquoi elle pensait pareil chose. J'aurai pu me lever et partir en me moquant d'elle, en lui disant qu'elle était bien idiote de s'émoustiller pour une simple fleurette de quelques heures, rien de plus. Mais je ne pouvais pas, parce que je le pensais pas. J'étais confus. Pas indifférent.

"J'aimerais connaitre ton nom. Pour te retrouver... "

Me retrouver ? Le fait qu'on allait se quitter, je l'avais complétement oublié. Je n'avais pas envie qu'on se quitte en fin de compte. J'aurai aimé rester là, à continuer d'alimenter cette atmosphère ambigu et dérangeante avec elle. Durant des heures et des heures. Augmenter le trouble que je lui donnais, et en accentuer la torture des réflexions. Je n'avais pas envie de dire mon nom. Finalement, il ne tenait qu'à moi, par une simple réponse, de décider de la revoir ou non. Et je décidai de ne pas lui donner. Que ferait-elle ? Insisterait-elle ? Me chercherait-elle quand même, sans rien savoir de moi ? Cette idée fait un peu roman, et pourtant, j'ai déjà connu cette situation auparavant. Alors plus rien ne me paraissait vraiment relever de l'impossible. Tant pis. Je verrai bien.

"Mon nom ? C'est sans intérêt, un nom. Votre surnom, ça c'est amusant. Il traduit ce qu'on est. Alors, moi...Le garçon aux cheveux Corbeau."

On m'avait toujours appelé comme ça. Corbeau. Autant pour ma chevelure que pour la couleur de mon âme et celle de mon cœur.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Ven 1 Juil - 20:45

    Il avait rompu tout contact charnel, mais conservait tout de même sa proximité physique et mentale. Je me redressais alors à mon tour, pour lui faire face, lissant mes cheveux et les libérant de quelques brins d'herbes. En tailleur également, je salissais ma robe consciemment. Aussi, je prolongeais délibérément mon regard dans le sien comme pour le graver dans ma mémoire. Ainsi, je me créais une galerie pour mes rêves, de quoi penser à lui.

    Après tout, il avait raison. Peu importait s'il me donnait son nom ou son surnom. Tant que j'avais son visage en tête, une simple description de cet être peu banal me suffirait amplement à le trouver. Aussi, je ne suis pas certaine qu'il passe tout à fait inaperçue dans les rues du royaume. Il serait peut-être plus aisé de le retrouver que je ne le pense ? Peut-être le hasard m'aiderait-il à nouveau ? En tout cas, j'étais certaine d'une chose : je le retrouverais, tôt ou tard.

    Je sentais notre séparation arriver à grands pas, me menacer de la nostalgie de ce jour si étrange. Ma lèvre ne me faisait plus souffrir, je l'avais complètement oubliée. Le sang qui m'acculait ma robe crème la rendait inutilisable, mais elle ne serait pas jetée. Je la conserverais en l'état, pour mieux me rappeler.

    Le garçon aux cheveux Corbeau... Voilà qui le résumait foncièrement bien. En fait, on n'aurait pas pu trouver plus exact. Avais-je un surnom ? Je tentais de me rappeler comment avait coutume de m'appeler mes amis ou ma famille. Père m'appelait tendrement chérie. Il avait cessé de nommer princesse depuis que le roi était mort. Octave lui, me surnommait souvent "idiote" ou bien "petite tête". Mais tout cela n'était que des surnoms affectifs. J'étais reconnue et on ne me surnommait pas. On donnait ou bien mon prénom, ou bien mon titre, ou encore des adjectifs.

    - Je n'ai pas de surnom. A toi de m'en trouver un.

    On pouvait m'en trouver une dizaine en un coup d'œil. En m'apercevant dans la rue, la première chose flagrante, c'est mon regard vert flamboyant. Vert sapin. Reflets émeraude. C'est ainsi qu'on les décrit, mes prunelles. Il y a aussi la tristesse que j'inspire, dans ces mêmes yeux. On remarque aussi ma peau blanche, immaculée, comme si je n'étais jamais sortie de chez moi. Mes robes somptueuses et d'une simplicité déconcertante, appréciées du genre masculin comme de l'autre. Mes cheveux d'un blond de blé flottant derrière ma tête avec douceur n'échappaient à personne. Il pouvait me trouver n'importe quel surnom. Tout conviendrait. Tous le monde me reconnaitrais en une simple description. Beaucoup me connaissaient.
    Mais je doutais qu'il soit nécessaire qu'il m'en trouve un, cependant. Je n'étais pas certaine, mais je sentais que si quelqu'un aurait à chercher l'autre, ce serait moi. Peut-être même m'oublierait-il aussitôt après nos au revoir. Je ne détenais plus aucune certitude. Seulement celles que je me créais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   Ven 1 Juil - 22:53

Je savais bien qu'il était de temps de partir. J'avais énormément de choses à faire, que je ne pouvais pas remettre au lendemain. Des affaires urgentes. Des affaires qu'il ne valait mieux pas faire attendre. C'est vrai, j'aurai préféré rester là avec elle. Qui l'aurait cru ? Voilà que je préférais la compagnie à la solitude. Mais pas n'importe laquelle. La sienne. A elle. Personne d'autre. Pour une fois, j' avais trouvé quelqu'un qui me méritait un tant sois peu. Qui méritait mon amusement, qui méritait mon attention. Et puis, bizarrement, je ne m'en offusquai pas. Oui ça me troublait au plus profond de moi, oui je ne comprenais définitivement rien à tout ça. Tout ça qui semblait si fou, si irréel. Trop beau pour être de vrai. Beaucoup trop beau. Mais, si vrai aussi. A mon grand bonheur, si vrai. Ou alors, qu'on ne me réveille pas.
Il est des rêves qu'on ne voudrait pas détruire. Parfois, la nuit, quand je rêve, le lendemain, je suis hébété. Il m'arrive de penser avoir vécu une journée réelle. Je ne rêvais pas, je ne rêvais pas. Je devais en être sur. Mais non, sinon comment aurais-je pu sentir aussi bien le contact de sa peau ? Entendre aussi clairement sa voix ? Et me sentir aussi vivant ? Quelle folie, à cet instant, il me semblait que ma vie était plus belle que mes rêves. A cet instant là, et pas un autre. Peut-être rêverais-je d'elle après l'avoir quittée ? Je n'en savais rien, et j'avais hâte de voir la nuit naître pour le savoir.

" Je n'ai pas de surnom. A toi de m'en trouver un."

Un surnom ? Je n'étais pas doué pour trouver des surnoms. C'est une marque d'affection ça, et elle avait bien saisi que je n'étais pas du tout le genre de personne à donner des surnoms. Souvent, il parle pour nous, il parle pour nous. Il nous reflète par le regard des autres. Alors je n'avais aucune idée de ce que je devais lui répondre. Un truc banal ? C'était encore moins genre. Je n'avais même pas envie de lui en trouver, j'aurai préférer qu'il s'impose à moi, comme ça. En réalité, je n'aimais pas assez les gens pour prendre le soin de leur lier à moi par un surnom. Un surnom unique. Et seul moi l'appellerait comme ça. Je ne savais pas du tout. Définitivement. Alors je me demandais, si elle tenait vraiment à ce que je lui en trouve un, de surnom. J'étais un peu déboussolé. Je n'avais pas l'habitude de ce genre de demandes, pas du tout même. A vrai dire, je n'ai jamais donné de surnom à personne. Certains pourraient trouver ça triste, mais c'était comme ça. Finalement, lorsque je déposais mon regard sur ses lèvres, ça m'est venu. Subitement.

"...Pétale."

Je grattais ma cicatrice. Signe de gêne chez moi. Mais elle ne le savait pas, et c'était tant mieux. Avais-je rougis ? Il me semblait que oui. C'était bizarre. Je trouvais cette sensation agréable. C'était vraiment nouveau. Mieux que de la satisfaction comme j'avais déjà pu en avoir. Pourquoi pétale ? A cause de ses lèvres. Elles en avaient un peu la forme, la couleur, à cause de ma blessure, et aussi, la volupté. C'était pour ça. Pas question de lui évoquer ses raisons. Je risquais ma réputation. Et puis, c'était assez gênant dans le fond. Mon Dieu. J'étais si troublé, que je ne me reconnaissais plus. Elle faisait ressortir en moi ce que j'avais enterré depuis toutes ces années. Un bon fond. Mais peu importe, je lui réserverais à elle et personne d'autre. Subitement, je me levais d'un bond. Et fourrant les mains dans mes poches, détourna les yeux.

"Je dois y aller...Alors...Salut."

J'ai toujours été bourrin pour les au revoir.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm feelin raw [Lady Sixtine & Phoenix][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Dirty Prince } :: ♠ { Corbeille } ♠ :: || Archives RPG-