{ Dirty Prince }


« Brave New World »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lady Anastasia ~ Sa monstruosité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Lady Anastasia ~ Sa monstruosité   Ven 24 Déc - 20:40

    I – Le Cadavre Exquis :

      Prénom : Cette jeune dame s’appelle Anastasia. Elle ne désire ni préciser son nom de jeune fille, ni le nom de famille de son mari.
      Âge : Il est indiscret de demander à une femme son âge ainsi que sa date de naissance messieurs dames, mais nous pouvons faire là une exception n’est-ce-pas ? Elle a actuellement 25 ans et est née un certain 25 avril, l’année a peu d’importance.
      Orientation sexuelle : Anastasia est hétérosexuelle, ce qui peut étonner plus d’un.
      Fonction, métier, titre de noblesse : Anastasia est passée du titre de Princesse à duchesse à cause de son mariage. Elle ne désire plus y penser sous peine de faire un massacre sous un accès de rage.
      Signe caractéristique : On peut reconnaître Anastasia grâce à trois détails : ses yeux d’une étrange couleur variant entre le bordeaux et le marron, ses tenues défiant les mœurs et coutumes de la cour et sa longue chevelure noire lui descendant jusqu’aux mollets.
      Manie, habitude : Anastasia aime plonger dans le vice, s’adonner aux plaisirs les plus futiles, consommer des drogues interdites ou encore fumer à longueur de journée des tabacs aux goûts les plus exquis et exotiques. Les activités innocentes ne font plus partie de son quotidien il y a bien longtemps maintenant. Elle a également la sale manie de mettre son grain de sel à chaque scandale et de participer à plus d’une intrigue outrageuse d’où des rumeurs honteuses à son sujet mêlant sorcelleries et rituels macabres.
      Groupe : Agreement. Elle n‘est pas exceptionnellement proche de ses neveux Armand et Louis ou encore de sa nièce Eden, mais qu’ils aient pu détrôner son frère, le roi, ces trois êtres ont gagnés un certain estime aux yeux d’Anastasia.


    II – Autopsie du Macchabée :

      On prétend qu’Anastasia est une vampire ou encore la fille d’un quelconque démon. En effet les rumeurs vont bon train sur cette base. Pourquoi de tels propos ? Sûrement à cause de son physique et de son caractère enclin à l’excès et au vice.

      Tout d’abord sa peau est d’une pâleur effrayante et aucune femme ni homme dans tout le royaume ne peuvent rivaliser sans avoir recours à une armée de poudres blanches et diverses artifices empoisonnant le corps. Ainsi par jalousie et par envie, qui sait, on prétendit qu’elle se faisait saignée chaque soir abondamment pour être aussi pâle. Bien entendu Anastasia n’a pas recours à de telles barbaries étant donné que cette pâleur est un don naturel qu’elle possède depuis sa naissance. L’isolement dans ses appartements en est également la cause principale.
      Autre sujet de commérage : Sa taille très fine et sa poitrine généreuse. Malgré qu’elle soit mariée, elle ne s’est pas ramollie et garde même une chair bien ferme et un physique bien avantageux qui l’aide souvent à capturer quelques amants lors des soirées ou des fêtes. Beaucoup prétendent qu’elle ne mange rien de la journée et s’oblige à vomir pour évacuer le peu d’aliment ingurgité. Encore une fois, ce n’est qu’un tissu de mensonge. Il faut avouer qu’elle ne mange pas des masses, elle reste dans le raisonnable. Si elle fait un quelconque excès, c’est sûrement dans un autre domaine.
      Enfin elle choque plus d’un avec son style vestimentaire. Sans aucune pudeur, ni retenue, elle s’habille de robes aux épaules bien dégagées voir le cou à découvert. Pour une femme mariée, c’est indécent mais Anastasia ne se considère pas comme mariée et surtout elle se croit bien au dessus de ces règles imposées par le peuple. N’oublions pas qu’elle était princesse autrefois, d’où une certaine arrogance.
      Quant à son allure, il faut dire qu’elle marche constamment la tête haute, l’attitude bien droite, un sourire espiègle aux lèvres et elle vous parle avec une voix bien suave et douce afin de retirer quelques informations qui l’intéresseraient.

      Si son physique crée un scandale particulier au sein de la noblesse, son attitude excite d’avantage les rumeurs et les commérages.
      Anastasia ne fait rien sans une touche d’excès, en effet que se soit pour les fêtes, les réceptions, ses tenues ou encore dans ses activités, rien n’est fait dans la modération. Elle sort constamment du lot et attire encore plus l’attention lorsqu’elle se mêle de telle ou telle histoire désastreuse. A force on ne s’étonne plus des nouveaux faits de la duchesse Anastasia, surnommée « Sa Monstruosité ». Loin de souffrir d’avoir un tel surnom, elle le porte avec fierté et n’hésite pas à s’appeler de Monstruosité devant quelques nobles pour les mettre mal à l’aise. De toute façon, elle sait que la plupart ne désire que la ressembler et braver les interdits comme elle le fait.
      En effet Anastasia n’hésite pas à fumer différents tabacs, à boire divers alcools, à consommer des drogues interdites et dites dangereuses ou encore à collectionner les amants malgré la sévérité de son mari. Si elle agit ainsi, c’est tout simplement pour le plaisir et aussi pour se rebeller contre son odieux mari qu’elle déteste plus que tout. Effectivement le couple va au plus mal car Anastasia est infertile et n’arrive donc à donner un enfant mâle à son mari, ce dernier la néglige donc ce qui frustre la jeune femme. Avoir été obligé d’abandonner son titre de princesse pour duchesse sur les ordres de son défunt frère l’énervait déjà assez si en plus son mari l’ignorait, autant dire que sa rage ne s’atténuait pas. Elle enrage au fond et évacue cet excès dans la corruption de la cour. De toute manière personne ne se préoccupe d’elle alors pourquoi jouer la prude tout au long de sa vie.
      Autrement comme elle consomme beaucoup de produits illicites ou hallucinogènes, ne vous étonnez pas en entendant des propos étranges de sa part comme « le soleil est bleu et le ciel est jaune ». D’ailleurs la plupart du temps, elle parle par énigme ou encore aborde plus d’un sujet avec sarcasme ou rigolade. Jamais rien n’est sérieux avec elle. Anastasia est égoïste et ne pense qu’à son propre plaisir.
      Sinon elle a un talent particulier pour les plantes et peut vous concocter diverses potions pour alléger vos douleurs. Apparemment l’étude des drogues ou encore des effets des tabacs ont apporté leurs fruits, d’où la dénomination de sorcière pour certaines personnes.


    III – Chronique Sordide :

      La princesse Anastasia n’avait que treize ans la première fois qu’elle entra dans la cour, aux côtés de son frère aîné et de ses parents. La prude jeune fille a qui l’on avait appris les préceptes de l’Eglise avec sévérité, fut éblouie par tant de beauté et de somptuosité. Le lumières de la salle cachait le véritable visage, hideux et horrible, de la cour et elle fut d’avantage trompée grâce aux compliments bien hypocrites des nobles. « Princesse vous rayonnez de beauté ! », « Quelle belle peau ! », « Vous avez de l’esprit Princesse, j’espère que ma fille vous ressemblera. » … tant de gentillesses qui aveuglèrent Anastasia. Pourtant si elle avait ouvert un peu les oreilles et les yeux, elle aurait vu dans les regards cette lueur malsaine et aurait entendu les coups de couteaux que les nobles lui donnaient à travers des rumeurs honteuses, qui ternissaient sa réputation. La brune, ignorante du système de la cour, suivait les fureurs de la mode et fuguait pour assister à quelques fêtes et bals.
      Pourtant malgré cette désobéissance et cette envie de participer à toutes les soirées mondaines, Anastasia ne fit rien qui puisse aller à l’encontre de l’Eglise et s’habillait toujours avec une certaine pudeur. Malheureusement les rumeurs n’étaient pas de cet avis et on racontait partout que la princesse enchaîna les amants. Afin de connaître la vérité, le Roi appela donc sa fille en qui il avait toute confiance.

      - Dites-moi ma fille, ces rumeurs sont-elles fondées ?
      - Evidemment que non ! Mon frère pourra témoigner de mon innocence étant donné qu’il m’accompagne partout. J’avoue avoir désobéi mais je n’ai rien fait qui puisse nuire à ma réputation père, je vous le jure.
      - Pourtant père, on ne peut pas faire taire ces rumeurs, commença son frère, j’opterais donc pour un mariage afin de préserver l’honneur de la famille royale. Je connais même un homme qui sera un excellent mari pour ma sœur. Je vous propose le fils du général, il est très fidèle à la couronne et se tient à l’écart des scandales. De plus il est très croyant et va à l’Eglise chaque dimanche et fait don de grandes aumônes.
      - Mais je n’ai que quatorze ans et cet homme que vous proposait a dix ans de plus que moi !, s’indigna Anastasia
      - Je connais cet homme et tu as bien raison mon fils. Il n’y a qu’une manière pour protéger votre sœur et c’est bien le mariage à un bon noble.
      - Mais c’est un duc ! Je suis une princesse ! Si vous devez me marier à un homme, il doit être de ma classe !
      - Ignorez-là père, car toutes les cours sont corrompues et si vous pensez à son bien réellement alors mariez-la à un homme bon et droit.
      - Soit, je vous suis mon fils.


      Anastasia croyait faire un cauchemar. Comment son frère a-t-il pu la trahir ainsi ? Il savait mieux que quiconque qu’elle était innocente et n’avait rien fait de graves. Son indignation ne dura pas longtemps et elle baissa la tête en signe d’approbation, si son frère et son père décidaient ainsi c’est qu’ils devaient avoir raison. Naïvement elle pensait qu’elle s’entendrait avec cet homme, le Duc Henry, qui suivait fidèlement les traces de son père.
      On annonça donc cet heureux événement et la rencontre eu lieu. Pour cette journée, elle prit grand soin de sa tenue et afficha un sourire agréable malheureusement la réalité reprit rapidement ses droits sur ses espérances. Le duc était un beau jeune homme mais il était extrêmement froid et cassant. Pendant tout l’entretien il n’ouvrit pas une seule fois la bouche si ce n’est pour critiquer Anastasia sur sa manière de manger, de s’habiller ou de parler. Elle jeta un coup d’œil à son frère pour qu’il l’aide et fasse ressortir une certaine sympathie mais encore une fois il l’ignora totalement. La jeune fille voulait refuser, par contre quoi qu’elle dise ne fit aucun effet car l’affaire était conclue et qu’elle soit d’accord ou non, elle allait l’épouser.
      Un an après, à ses quinze ans, le mariage eut lieu et elle abandonna son titre de princesse pour celui de duchesse.

      Au lendemain de son mariage, elle se rendit à la cour encore une fois, croyant que rien n’aurait changeait malgré le changement de titre. A peine était-elle arrivée que les masques tombèrent. On ne se retenait plus de la calomnier directement, sans aucune honte. Quant à sa famille, elle déclarait clairement qu’elle ne s’occuperait plus d’Anastasia car en se mariant elle avait changé de famille et avait abandonné celle d’origine. Humiliée, elle alla se réfugier auprès de son mari et tenta de le raisonner pour qu’il la protège de cette cour. Sa réponse fut la suivante : « Je ne protège pas une courtisane ».

      - Comment ca une courtisane ? Vous êtes le premier homme avec qui j’ai passé ma nuit ! Je vous l’ai prouvé lors de notre première nuit ! Vous êtes mon époux et je suis votre femme, il est donc naturel que vous me défendiez contre ces horreurs car votre maison est également touchée par ces rumeurs fausses !
      - Je vous ai épousé par force. Si on m’avait laissé le choix, j’aurais refusé d’épouser une fille aussi stupide et superficielle que vous.
      - Superficielle ? Stupide ?
      - Disparaissez ! Vous m’agacez.


      Folle de rage, elle quitta la pièce en claquant la porte. Pendant quelques jours elle s’enferma dans sa chambre et ne parla plus à personne. Sa santé eut raison d’elle et elle fut forcée de sortir de sa chambre pour se nourrir et récupérer des forces. Las et épuisée, elle ignora totalement les rumeurs, ne parla plus à son époux et coupa tout lien avec sa famille. Son frère l’a rejeté constamment et ses parents suivaient bêtement les directives de ce traître qui faisait tout pour l’écarter de la cour et l’isoler.

      Deux années passèrent ainsi. Un jour un médecin se présenta devant le couple et ausculta Anastasia sur les ordres d’Henry. Elle ne comprit pas la présence du médecin étant donné qu’elle n’était pas malade. Par contre ce qu’il dit finit par détruire le peu de fierté qui lui restait encore.

      - Monsieur, votre femme est infertile.
      - Moi, infertile ? Le duc peut également l’être !
      - Merci beaucoup d’être venu, tenez votre argent et partez,
      fit Henry.

      Ensuite il claqua des mains et une domestique entra dans la pièce, tenant entre les mains un bébé de quelques mois. Elle secoua la tête, sachant ce qu’il allait dire.

      - Tu n’aurais pas osé !
      - Vous êtes infertile et j’ai besoin d’un enfant Duchesse. Cette domestique qui vous ressemble plus ou moins a accepté de se donner à moi pour enfanter.
      - Espèce de … !
      - Contrôlez votre langage. Dorénavant vous vous occuperez de cet enfant comme si c’était le vôtre, est-ce-bien claire ?
      - Je ne suis pas une sotte qui va vous obéir aveuglément. Demandez donc à votre catin de s’en occuper !
      - Elle s’en occupera. Vous ne prendrez l’enfant dans vos bras qu’en public, autrement je vous interdits de vous approcher de ma favorite.

      Elle éclata de rire, un rire de dément. Les deux personnes quittèrent la pièce. Une heure plus tard, son frère arriva. Malgré toute sa haine envers lui, elle lui confia ces mésaventures. Loin d’être choqué, il soupira seulement d’ennui face à la naïveté et la stupidité de sa sœur.

      - Une femme est faite pour enfanter. Si tu es incapable de le faire, alors tu es inutile et il est donc naturel qu’il trouve du réconfort dans d’autres bras que les siens.
      - Traître ! Dès cet instant, je prierais chaque jour pour que tu connaisses une fin misérable et tragique !
      - La sorcière me jette-elle un sort ?

      Il s’en alla sur ces mots ironiques. Au fond, Anastasia se promettait qu’ils allaient tous payer cet affront. Anastasia fit appelle à une domestique pour qu’elle la coiffe, l’habille et la parfume. Ce soir elle allait se rendre à la Cour et dès ce soir, elle allait réduire chaque noble dans la misère ou les plonger dans les pires scandales afin que son frère voie son pouvoir se réduire. En effet la puissance d’un roi venait de ses nobles, et sans noble, pas de puissance.
      Un an plus tard, l’accès à la Cour lui fut interdit et elle alla s’isoler dans sa maison, aux côtés d’intellect ou encore d’amants. Quant à son mari, elle ne voulait même plus le voir.

      ***

      Le coup d’Etat eut lieu. Le duc trahi finalement la couronne et se rangea aux côtés des princes pour la simple raison que sa favorite fut emprisonnée dans les cachots. Le père d’Anastasia, ayant eu vent de ce scandale, avait mis au cachot cette imprudente et avait menacé son fils et son beau-fils avant de mourir. Ce coup d’Etat était donc une chance pour son époux de retrouver sa domestique, la mère de son seul et unique enfant qui était la réplique bien pâle d’Anastasia.
      Quand elle apprit la mort de son frère, elle éclata de rire et dansa même avec le fils bâtard de son mari.

      - Il est mort ! Ce stupide et traître de frère est mort comme je le souhaitais ! Quelle fin tragique, quelle fin misérable ! HAhahahaha… Oh … la catin de mon mari va venir. J’espère que son âme sera aussi noire que les murs des cachots. Je veux voir mon époux triste et désemparé.
      - Maman, tu es heureuse ?

      La voix de l’enfant était tremblante car quand il prononçait « maman » pour Anastasia, celle-ci la giflait violemment. Cette fois-ci, elle ne dit rien et l’embrassa même aux joues.

      - En effet je suis ta mère maintenant, dis le encore une fois devant ton père et sa domestique mon chérie. Dis-leur que je suis ta mère, la seule et unique mère, celle qui t’a mise au monde. Mon enfant Edward.

      Des pas résonnèrent dans les couloirs et son époux, ainsi que la domestique apparurent. Elle se retint de rire en voyant le visage de la domestique. Toute innocence et toute douceur l’avaient quitté. A la place, on avait l’impression de voir un sauvage, une criminelle de la pire espèce. Soudain elle se précipita sur son enfant mais ce dernier alla se réfugier derrière la robe d’Anastasia.

      - Maman protège-moi de cette horrible femme.
      - Oh oui Edward, je te protégerais contre cette femme qui ressemble à une criminelle. Je me demande qu’avez-vous vécu dans ces cachots pour arborer un visage aussi sale et aussi hideux.
      - ANASTASIA ! LACHE CET ENFANT ! ordonna son époux.
      - Oh… je ne le retiens pas mon très cher époux, Edward vient de lui-même vers sa tendre mère.
      - Espèce de …
      - Contrôlez votre langage mon époux. Comme vous me l’avez dit dans le passé, je m’occuperais de cet enfant comme si c’était le mien. D’ailleurs je te trouve bien misérable. S’abaisser à ramasser une courtisane. Ne me regarde pas avec ces yeux, tu sais mieux que moi qu’une femme aussi belle et adorable ne reste pas longtemps seule dans les cachots, que se soit de force ou non. De plus son ventre s’arrondit, accepterais-tu donc l’enfant d’un autre rustre ? Tu es tombé bien bas.

      Soudain elle entendit un cri de rage. C’était la domestique. Elle prit un couteau, posé près d’une corbeille à fruit précédemment et s’avança dangereusement vers Anastasia. Henry sortit son épée de son fourreau et le planta dans l’estomac de la domestique. Anastasia restait sa femme officiellement, si elle mourrait des mains d’une domestique, il subira la honte de la Cour et les foudres de l’Eglise. En effet même si Anastasia avait mauvaise réputation, on ne mêlait pas l’époux et on avait même de la compassion pour lui. De plus son fils, qu’il aimait, considérait Anastasia comme sa mère et si cette dernière mourrait, Edward ne le pardonnerait pas.

      - Papa ! Tu es le plus fort ! Tu as protégeais maman ! Je t’aime !
      - Mon époux, je te laisse l’enfant et le soin de débarrasser cette pièce de ce corps. Quant à moi, je dois remercier mes neveux et nièce, que je n’ai pas vue depuis quelques années, pour leur bon acte.


      Son train de vie allait-il démarrer paisiblement ? Malheureusement non. Son mari s’est encore épris d’une autre femme, une autre domestique. Elle était jalouse et ne comprenait pas comment de telle fille arrivait-elle à attirer son mari et à lui soutirer de tel présent. Enfin sa relation avec Edward s’améliorait car finalement il était le seul à l’aimer et à prendre soin d’elle. Finalement elle n’avait peut-être pas besoin de chercher constamment du réconfort et de l’amour dans les bras d’un amant. Elle secoua la tête. Edward allait aussi la quitter et ses amants étaient sa seule bouée de secours, ils donnaient à Anastasia ce sentiment de chaleur et d’amour dont elle a été privé depuis petite.


    IV – Anastasie censure :

      Votre nom ou pseudo : Chan Chan.
      Comment avez-vous découvert le forum ? triple-compte ^^
      Qu’aimez-vous/détestez-vous dedans ? J’ai répondu assez à ces questions non ?
      Comment l’améliorer ? Topsite !!
      Rien à ajouter? [Code validé par Eden] J’ai vraiment la flemme d’écrire des fiches ces temps-ci -_-‘ par contre niveau idée, j’en déborde. Alalala c’est compliqué tout ca !

Revenir en haut Aller en bas
Eden

{ The Lady who dreams to cut heads }

avatar
Messages : 369
Localisation : Avec ma poupée.
Âge du personnage : 13 ans
Fiche du personnage : Graouh.



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Princesse
MessageSujet: Re: Lady Anastasia ~ Sa monstruosité   Ven 24 Déc - 21:01

... Ouaaaah *o* J'aime Anastasia, elle a la classe \o/ Sinon, pour la fiche, j'ai rien vu de choquant, quelques fautes mais rien de très important u__u

Validée Agreements
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Lady Anastasia ~ Sa monstruosité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Dirty Prince } :: ♣ { Hors RP } ♣ :: || Welcome you... future victim :: • Archives-