{ Dirty Prince }


« Brave New World »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Woman or man ? [with Theophil] (FINI)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Woman or man ? [with Theophil] (FINI)   Dim 27 Juin - 22:13

Chan Dai s’était déguisée comme à son habitude pour ses sorties nocturnes clandestines. Elle portait un petit panier rempli d’une liasse de feuille ficelée ensemble et un kimono soigneusement plié. Elle avança doucement, regardait constamment derrière elle et sursauta au moindre bruit. Elle était inquiète car si jamais on l’attrapait elle serait directement jetée au cachot et les rumeurs qui circulaient sur l’avenir des condamnés lui donnaient des frissons. Elle secoua la tête comme pour chasser ses pensées horribles et des plus noires.
Ce soir-là encore elle s’était déguisée en homme, c’est-à-dire un pantalon en toile, une chemise ample, une cape marron, un petit chapeau discret pour retenir ses longs cheveux. De loin et dans ce noir, on pourrait facilement la confondre à un homme. De plus pour plus de sécurité, elle avait mis un sorte de masque noir et totalement lisse.
Enfin elle approcha près du cabaret. Il ne lui restait que quelques rues. Pourquoi irait-elle là-bas me demanderiez-vous ? La raison était simple, le gamin qui s’occupait de la lecture avait comme des horaires et des lieux selon les jours. A force de patiente et d’observation elle avait compris son stratagème et essayait ainsi de s’y adapter. Elle détestait l’idée que ses écrits soient brûlés parce que des fidèles aux princes les avaient donnés à des gardes. Ces derniers étaient d’ailleurs problématiques. Ils étaient présents partout, heureusement ce soir elle ne risquait pas grand-chose. Que ferait un garde dans un cabaret à cette heure-ci ? Il a le devoir de protéger le royaume et de réprimer les réfractaires, s’ils ne prenaient pas leur tour ou qu’ils fuyaient leurs responsabilités, la punition pourrait être élevée selon l’humeur des Princes. Ce dernier point était subtil car à cause des nombreuses tentatives d’assassinats ces derniers temps, le moindre manquement au règlement était suspect.
Par conséquent, il ne devait pas avoir de gardes dans ce lieu et même s’ils y en avaient, elle soupçonnait qu’ils feront autres choses que de remplir leur mission comme de bon petit soldat. Ainsi même s’ils la remarquent ils seront trop grisés ou encore gênés par des passants. Elle avait plus de chance de fuir ici qu’ailleurs !
Enfin les lumières se virent au loin. Elle contourna encore les quelques rues dans l’ombre et resta dans un angle mort. Elle observa la rue et essayait de voir s’il y avait un quelconque garde. La rue était déserte et le silence était brisé par les rires et la musique du cabaret. Soudain un petit garçon sortit avec en main les déchets. Ses joues étaient rouges à cause de l’effort.

« Quelle chance ! C’est bien lui ! ».

Doucement et avec prudence elle sortit de son petit coin sombre et s’approcha rapidement du gamin. Celui-ci la regarda, stupéfait, mais il comprit très vite qui c’était en ayant reçu la liasse de lettre. Chan Dai était contente et avait cru que tout cela allait finir sans aucun problème.
Malheureusement au moment où elle passait près de la porte elle cogna contre quelqu’un. Elle releva sa tête et vit avec stupéfaction que la personne était Theophil… un garde. A ses bras il avait une fille. Elle crut qu’il l’avait reconnu mais elle se rappela immédiatement de son masque et commença à courir au sens inverse. Quant à son panier une petite couverture bien cousue avait caché son kimono.
Elle vit le gamin qui lâcha les lettres et qui fuit. Elle vit également le garde prendre les lettres et commençait à les lire. Elle connaissait la condition physique des gardes et elle savait qu’elle n’avait pas beaucoup de temps avant qu’il ne se mette à la poursuivre. De plus elle n’était pas très sportive non plus. Elle ne pourra pas tenir longtemps.
Elle arrivait dans un coin de rue, enleva sa cape et mit son kimono sur ses vêtements masculins. Ensuite elle jeta cette cape et le panier quelque part dans une sorte de poubelle. Elle espérait qu’il ne le verrait pas avec cette pénombre. Puis elle essaya d’être décente dans sa chevelure.
Enfin quand elle crut qu’elle pourrait s’échapper avec une ou deux mensonges, elle vit qu’une liasse de feuille était restée dans sa main. Elle avait voulu les cacher au dessus de son sein, sous son kimono rose avec des petits cerisiers blancs et quelques hirondelles mais il était trop tard. Theophil était à quelques pas. Elle mit les bouts en boule et les garda dans sa main droite fermée.
Enfin il était arrivé, essoufflé, les critiques de Chan Dai en main et l’air étonné. Elle afficha un air surpris.

- Theophil, tu es essoufflé. Que t’arrive-t-il ?


Elle posa la question l’air de rien mais son esprit travaillait à plein régime et sa respiration était légèrement saccadée mais très peu perceptible. Il fallait qu’elle trouve un mensonge à sa présence ici et très rapidement même. Mais comment allait-elle l’expliquer ? Il était déjà minuit passé. Peut-être pourrait-elle simuler une rencontre avec un amant et elle se demandait s'il ne pensait pas à sa actuellement. D’ailleurs elle se demandait que faisait Theophil ici car elle était sûre qu’il lui avait dit qu’il fera la garde ailleurs qu’ici ce matin quand elle l’avait rapidement croisé. De plus il avait une fille dans ses bras. Finalement il n’était pas le bon petit garde qu’il prétendait souvent à Chan Dai. Il fallait qu’elle garde cette information dans sa tête pour l’utiliser en sa faveur le moment venu.
Revenir en haut Aller en bas
Theophil

{ A... PINK... Elephant *o* }

avatar
Messages : 306
Localisation : Planqué quelque part pour échapper à son Boss.
Âge du personnage : 22 ans
Fiche du personnage :



RPs : Cavalcade en nuitée - Lucien et Willy (fini)

Shut up and let me go, yeah ! - Vidal et Shad (inachevé)

Woman or man ? - Chan Dai (fini)

Où l'on joue de malchance, ou quand le hasard s'amuse - Lucien (fini)

A silly situation - Eulalie (en cours)

Course nocturne - Heather (en cours)

La violence ne résout rien (mais elle soulage) - Lucien (fini)

Il ne faut jurer de rien - Lucien (fini)

Un rien suffit - Lucien (fini)

Des lendemains qui chantent - Lucien (en cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Garde
MessageSujet: Re: Woman or man ? [with Theophil] (FINI)   Jeu 15 Juil - 16:15

    Loin des bruits sinistres nocturnes, la ruelle était emplie des battements du cabaret agité. L'établissement prouvait bien la renommé de son cancan par ses clameurs unanimes, huées, rumeurs et décibels de haut niveau pour les plus bas de la hiérarchie. Pourtant, il n'y avait pas que des malpropres et des gueulards. Les nobles encanaillés étaient exceptionnellement mêlés à la populace, leurs seuls liens communs étant les jupons et l'alcool.
    Une nouvelle pinte fut brusquement posée devant Theophil, déversant son écume sur le bois de la grande table miteuse. Qui allait payer cette troisième tournée? Préférant écarter la question de ses pensées, il saisit la chope et la porta à ses lèvres en observant à la dérobée une réaction alentour. Pas de protestation, rien: les autres hommes étaient trop absorbés par les courtisanes sur la scène, bave (ou gin?) aux lèvres. Il avala quelques gorgées avant de reporter lui aussi son attention sur les danseuses.
    Les costumes de satin ondulaient sur les corps, rouge, bleu, or, à ce qu'on lui avait dit. Il y a quelque chose de bien singulier à regarder un décor en noir et blanc, quand celui-ci n'est jamais dissocié des couleurs chaudes; mais l'imagination de Theo lui suffisait amplement. Les rideaux de velours tombaient lourdement sur la scène en bois, et cette dernière faisait résonner les talons haut de ces dames sans pour autant que le son du clavecin ne soit masqué. Les voiles s'entortillaient autour des bras lorsque les femmes tournoyaient sur elle-même: le thème à la mode était les Mille et Une Nuits.
    Étrangement, même si le spectacle était d'un goût certain, Theo se surprenait à vouloir sortir. Il s'amusait bien, pourtant. Il voyait ses pseudo-compagnons, déjà bien imbibés d'alcool, tomber de leur chaise régulièrement; d'autres se balancer un coup de poing pour un rien; encore d'autres assaillir n'importe qui, homme ou femme, tant ils semblaient réduit à une myopie certaine. Des dizaines de petits spectacles savoureux. Mais quand Theophil se laissait aller, observant sans trop les voir les courtisanes danser, laissant leurs mouvements l'entrainer vers la rêverie, un malaise le prenait. Ce sentiment un peu angoissant d'un on-ne-sait-quoi inconnu qui nous oblige à y penser dès que la situation s'y prête. Comme lorsqu'on est certain d'avoir oublié quelque chose. Quelque chose... Quel jour était-il déjà?
    Une femme passa à quelques centimètres de Theophil, attirant son regard trouble vers elle et chassant ses pensées de son voile. Elle lui sourit, il but une autre gorgée sans rien montrer d'autre qu'un regard insipide. Ses yeux à elle pétillaient derrière son masque ornée de broderies – qu'est-ce qu'elle lui voulait exactement? Question idiote, une courtisane satisfait le client, rien d'autre. Il voulut lui dire qu'il n'était pas vraiment intéressé, qu'il avait autre chose en tête dont il n'arrivait pas à se détacher, et que de toute façon, des prostituées, il en avait eu tout un éventail pendant sa traversée en Europe... Le fille s'assit sur la table devant lui avec un air insistant.
    Oh, après tout pourquoi pas. Il haussa les épaules, elle accepta ça comme un ''oui'' et tendit la main. Theophil jeta sur sa paume quelques pièces qui disparurent dans un éclair scintillant tandis qu'il finissait sa chope.
    Ils allaient quitter la table pour monter à l'étage quand un des gardes - encore un contact peu fréquentable de Theo - accueillant à lui seul deux courtisanes sur ses genoux, avec un sourire béat, lui lança d'un air railleur:

    - Alors Theo, tu t'en va fêter dignement la fin de semaine à ce que je vois!

    Fin de semaine. Vendredi soir. La nuit tombée. Pourquoi la sensation d'un battement de cœur manquant lui était si familière?
    Il aurait du être de garde au château en ce moment même.
    Mais pourquoi ce genre de situation ne lui arrivait qu'à lui? Il devrait courir sur le champs au château, mais n'était-il pas trop tard? Quelqu'un avait du le remplacer. A moins que personne n'ait rien remarqué? Mais il avait déjà payé la femme. … Les remboursements, c'est possible?
    La courtisane secoua son bras crispé, car Theophil était resté comme paralysé après l'interpellation de l'autre garde. Livide, il marmonna d'un ton sec la première chose qui lui passa à l'esprit:

    - Je dois aller fumer une clope.

    Voilà. Ensuite, il réfléchirait à ce qu'il ferait.
    La courtisane toujours agrippée à son bras, il prit la direction de la sortie, bousculant sans y faire attention des fêtards insouciants. Et à peine eut-il passé le porche qu'ils percutèrent quelqu'un de plein fouet.
    Un homme, plutôt fluet, à l'air affolé et portant un masque. Il tourna les talons et s'enfuit avant qu'il ne puisse en voir d'avantage, et surtout avant qu'il ne saisisse toute la situation. A côté, un autre homme lâcha quelques feuilles froissées avant de partir lui aussi en courant.
    … Qu'est-ce qu'il se passait encore?
    Il se dégagea de la femme toujours pendue à son bras, qui avait regardé la scène d'un air aussi éclairé que lui, et se pencha pour ramasser les feuilles. Les parcourir simplement du regard suffisait à voir qu'il ne s'agissait pas d'éloges à la gloire de la Royauté. Il ne lui en fallut pas plus pour se décider:

    - Heu... Tu peux rester là un moment?

    Et il partit en courant à la suite de l'inconnu sans attendre de réponse. Il avait déjà disparu dans un tournant, mais peut être pourrait-il le suivre de loin, s'il arrivait à le retrouver du regard dans la nuit. Aussi vite qu'il put, il atteignit le carrefour étroit de ruelles sombres, et, se demandant quel tournant exactement avait pris l'homme, il reprit son souffle.

    - Theophil, tu es essoufflé. Que t’arrive-t-il ?

    Theophil sursauta, se tournant vers la voix sucré qui s'était prononcée. … Chan Dai? La jeune femme était postée près du mur, dans un kimono clair, un air serein et naturel sur le visage.

    - Qu'est-ce que tu fais là? Non, en fait ce n'est pas important. Enfin, non, je ne dis pas ça, mais... Raah, tu n'aurais pas vu un type louche passer en courant?

    Ses phrases étaient entrecoupées, son ton, un peu alarmé. Il devait retrouver l'inconnu masqué, qui était surement l'auteur des écrits. D'abord parce que c'était de son devoir, mais ensuite, et surtout, parce qu'il avait instantanément réalisé qu'il pourrait se faire pardonner de ne pas avoir assuré son poste ce soir s'il fournissait un Resistant à la clef. Ça devenait urgent.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Woman or man ? [with Theophil] (FINI)   Mer 21 Juil - 22:49

- Qu'est-ce que tu fais là? Non, en fait ce n'est pas important. Enfin, non, je ne dis pas ça, mais... Raah, tu n'aurais pas vu un type louche passer en courant?

Chan Dai était soulagée que le garde ne se pose pas plus de questions sur sa présence dans cette rue sordide à une heure aussi tardive. Après tout son père était strict et il n’acceptait pas que sa fille soit libre comme l’air. Il avait un besoin constant de savoir où elle est et s’il la savait dehors maintenant, il aura sûrement une crise cardiaque tellement sa colère aura atteint son paroxysme. Elle préférait ne pas trop penser à lui actuellement, le fait que Theophil ai été berné par son déguisement avait ôté un grand poids de son cœur. D’ailleurs ses battements de cœur s’étaient calmés et elle respirait plus librement.

Un soupir de soulagement s’échappa de ses lèvres et un petit sourire, à peine perceptible, s’y était formé. L’idée d’avoir pu tromper un garde grâce à son déguisement la remplissait de fierté. Elle se rendit compte que Theophil attendait toujours une réponse à sa question. Elle toussota pour regagner une certaine neutralité dans son expression.

- Désolé…donc…si tu parles de l’homme masqué, il a tourné à gauche. Je te déconseille de le suivre, la rue où ce chemin débouche a très mauvaises réputations. J’ai entendu toutes sortes d’histoires effrayantes sur elle.

De sa main gauche elle avait indiqué le chemin que le malfaiteur était supposé emprunter. Son geste était comme bloqué, peut-être à cause de son bras droit qui était crispé. Les feuilles qui pourraient la trahir en étaient la principale cause.

Ses yeux s’arrondirent quand elle vit le garde se diriger vers le lieu indiqué. Chan Dai avait choisi une rue peu fréquentable et assez dangereux pour tenter de le décourager. La journée c’était la rue des marchands ambulants, la nuit elle appartenait aux truands, bandits et prostituées. De plus des rumeurs couraient sur elle comme quoi la moitié des cadavres du royaume avaient trouvés la mort là-bas, que les combats à mort étaient monnaies courantes ainsi que les tortures. On disait même que les gardes ne s’y aventuraient jamais seuls et surtout pas en uniformes.
En se remémorant tous ces « on dit que… » une vision macabre où Theophil était la victime se formait dans son esprit et elle en frissonnait. Elle ne voulait pas l’exposer à des risques inutiles et encore moins le voir blessé par sa faute
.
- Theophil, où vas-tu ? As-tu perdu la tête ? Cette rue est réputée pour être dangereuse. Si tu pourchasses un truand, les autres le protégeront forcément. C’est une perte de temps. Va plutôt rejoindre ta courti… ta place…de garde qui est à …l’autre bout de la ville, non ?

Chan Dai se mordit la langue doucement et maudissait sa bêtise. Elle avait à moitié laissé échapper le mot « courtisane » ce qui l’aurait trahi. La Chan Dai non déguisée n’avait pas vu cette femme bon marché. Elle avait tenté de se ratrapper avec cette histoire de tour de garde mais son hésitation avait soldé cette tentative à un échec.

Finalement elle opta pour la fuite, c’était sa seule solution.

- Je te laisse faire ton travail, quant à moi je rentre. Bonne nuit et fais attention.

Revenir en haut Aller en bas
Theophil

{ A... PINK... Elephant *o* }

avatar
Messages : 306
Localisation : Planqué quelque part pour échapper à son Boss.
Âge du personnage : 22 ans
Fiche du personnage :



RPs : Cavalcade en nuitée - Lucien et Willy (fini)

Shut up and let me go, yeah ! - Vidal et Shad (inachevé)

Woman or man ? - Chan Dai (fini)

Où l'on joue de malchance, ou quand le hasard s'amuse - Lucien (fini)

A silly situation - Eulalie (en cours)

Course nocturne - Heather (en cours)

La violence ne résout rien (mais elle soulage) - Lucien (fini)

Il ne faut jurer de rien - Lucien (fini)

Un rien suffit - Lucien (fini)

Des lendemains qui chantent - Lucien (en cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Garde
MessageSujet: Re: Woman or man ? [with Theophil] (FINI)   Mar 27 Juil - 1:19



    Le quartier résonnait de divers bruits citadins. Des odeurs de nourritures flottaient dans l'air, le chant du cabaret retentissait jusqu'ici, l'écho des habitants dans la ville rendait celle ci presque agréable. C'était tellement mieux en effet, quand le couvre feu n'était pas instauré. Bien sur, son statut de garde permettait à Theo d'échapper à la contrainte quand l'horaire était imposée à cause du trop plein d'agitations de Resistants. Mais c'était tellement plus attrayant quand les rues n'étaient pas désertes et silencieuses.
    Après un toussotement, Chan Dai se décida enfin à répondre à sa question. D'un mouvement de main qui lui sembla crispé, elle désigna une rue sombre à sa gauche:

    - Désolé…donc…si tu parles de l’homme masqué, il a tourné à gauche. Je te déconseille de le suivre, la rue où ce chemin débouche a très mauvaises réputations. J’ai entendu toutes sortes d’histoires effrayantes sur elle.

    Elle lui déconseillait? Mauvaises réputations? Histoires effrayantes? … Si elle voulait décourager Theophil, c'était raté. Elle avait même surement obtenu l'inverse de ce qu'elle attendait.
    Elle ignorait surement que cette rue traversait la vie de pas mal des amis du garde, proches ou lointains. Maksimilian était proxénète dans ce coin là. Les quelques courtisanes qu'il avait fréquentées vivaient dans les environs. Et les cadavres retrouvés mystérieusement parfois... La plupart des gardes auraient leur mot à dire à ce propos, baissant la tête pour éviter de dire en face qu'ils avaient les mains couvertes de sang au nom de la Royauté. Theo y compris.
    Mais il valait toujours mieux rester prudent quand même. S'il y avait beaucoup d'Extremist qui se promenaient dans les bas-fonds de la ville, les Resistants étaient encore plus nombreux. On devait trouver à peu près autant de cadavres de soldats que de dépouilles d'inconnus.

    C'est donc nonchalamment que Theophil se dirigea vers cette rue, les mains dans les poches.
    Dire qu'il était téméraire serait être trop bon avec lui; le traiter de curieux serait être encore trop gentil. Autant le classer dans la catégorie des crétins complètement irréfléchis et impulsifs.

    - Theophil, où vas-tu ? As-tu perdu la tête ? Cette rue est réputée pour être dangereuse. Si tu pourchasses un truand, les autres le protégeront forcément. C’est une perte de temps. Va plutôt rejoindre ta courti… ta place…de garde qui est à …l’autre bout de la ville, non ?

    Le garçon s'arrêta net. Non pas que Chan Dai l'ait poussé à réfléchir d'une quelconque manière – de toute façon sa décision était prise, il n'avait pas le choix s'il voulait se rendre utile pour les Princes tout en conservant son poste de gradé. Mais un détail, ou plutôt plusieurs, avaient attiré son attention. Pour être soldat, il fallait un minimum d'observations. A force de rondes nocturnes et d'arrestations, Theophil avait aiguisé son adresse dans ce domaine: le ton de la voix de la femme, d'abord, était légèrement angoissé, pressante. On aurait pu penser qu'elle s'inquiétait pour lui, s'il n'y avait pas eu d'autres éléments: « C’est une perte de temps. ». Pourquoi être aussi catégorique? Après tout, il était garde, risquer sa peau à courir après les truands faisait parti de son boulot. « L’autre bout de la ville ». Pourquoi l'expédier si loin et si expressément? Et surtout...

    - Tu as parlé d'une courtisane?

    Sa voix était calme, un peu froide. Il ne se retourna pas tout de suite, comme pour faire monter un peu plus la pression quand il se tournerait, lentement, face à Chan Dai avec un regard acéré.
    La tuerie, les menaces, tout cela pouvait concerner n'importe qui. Même ses amis. Du moins, Theo essayait de s'en convaincre chaque fois qu'il pressait la détente de son pistolet.

    Chan Dai lui souhaita soudainement bonne nuit, catégorique. Elle l'évitait? La femme allait partir dans une autre rue du carrefour quand Theo se précipita face à elle, le visage neutre. Il lui attrapa le poignet pour éliminer la possibilité d'une quelconque fuite, et, la mine grave, s'approcha un peu plus d'un air sombre:

    - Non, attend. Répond à mes questions d'abord.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Woman or man ? [with Theophil] (FINI)   Mer 28 Juil - 1:10

Elle voyait le coin de rue qui la sauverait de cette situation délicate. Elle allait le franchir quand soudain Thepohil accourut pour lui faire face. D’une de ses mains il encercla la poignée de Chan Dai. Elle était surprise et avait failli lâcher ses feuilles, ce qui ne fut pas le cas fort heureusement. Rapidement la surprise laissait place à la crainte face au visage sombre du garde. Qu’allait-il faire ? Avait-il deviné ?

- Non, attend. Répond à mes questions d'abord.

Chan Dai se rappelait de la question à propos de la courtisane mais elle préférait l’ignorer pour l’instant. Sa poignée commençait à la faire mal et plus elle attendait et plus l’emprise des mains du garde s’affermissait. Elle se demandait comment il pouvait lui faire ça, s’il ne regrettait pas un instant la peur qu’il infligeait à sa jeune amie. Elle devrait lui dire qu’il la faisait mal mais elle se taisait par fierté et aussi par colère envers le comportement du jeune homme.
Au fond elle regrettait son acte d’avoir tenté de prévenir Theophil sur cette stupide rue malfamée car voilà comment elle était récompensée. Il était garde et savait sûrement se protéger, malgré tout elle avait parlé, trop parlé.

- Oui, j’ai bien parlé d'une courtisane ! A cette heure-ci que peut bien faire d’autre un homme autre que payer une courtisane. Elles pullulent ces rues et il est aisée d’en trouver à tous les prix. De plus ce matin tu t’étais plaint auprès de moi que tu avais un tour de garde à effectuer et qui durer toute cette sainte nuit….ailleurs que ce quartier !

On pourrait croire qu’elle est jalouse mais cela lui était égal. Si elle avait nié cette histoire de courtisane cela lui aurait tombé dessus un moment ou un autre, autant en finir rapidement. D’ailleurs les courtisanes peuplaient réellement chaque coin de rue dans ce quartier-là la nuit, elle s’en était rendue compte pendant sa traversée. Quant à ce tour de garde, c’était la vérité. Elle l’avait entendu de ses propres oreilles le matin même.
A ces mots, elle dégagea sa poignée fortement. Elle se retint de frotter pour ne pas montrer qu’elle s’était mal prise et qu’elle s’était fait mal. La douleur ne dura que quelque seconde, pour le reste sa chair se colora légèrement en rouge. Comme il faisait nuit, elle ne pouvait pas savoir s’il y aura une quelconque trace. Elle est très paranoïaque sur la moindre marque sur son précieux corps surtout sur les parties visibles à cause de son père principalement.
Elle fixa à nouveau Theophil avec un air frustré. Elle n’allait pas lui cacher son indignation.

- Est-ce une manière de traiter une amie Theophil ? Je ne savais pas que tu étais si rustre, avait-tu peur que je fuis ? Regarde-moi s’il te plait, je porte un kimono et mes gestes sont limités. J’arrive à peine à marcher alors courir m’est totalement impossible.

Même si au début sa voix était agressive, elle s’était adoucie au fur et à mesure. Elle disait franchement ce qu’elle avait dans le cœur et elle ne comprenait pas cette attitude inhabituelle. Même s’il l’avait soupçonné, elle n’aurait jamais cru qu’il agirait ainsi. Un frisson la parcourut quand elle s’imaginait le châtiment et la froideur de Theophil s’il savait, ne serait-ce qu’un instant, que c’était elle celui qu’il pourchassait. Elle voudrait avoir une vie assez longue et chercher la raison d’un tel dévouement à des princes si égoïstes. Pour sa part, elle ne supportait pas ses murs, les princes pouvaient rester sur leur trône s’ils voulaient mais ce mur. Il l’empêchait d’explorer des horizons nouveaux, de rencontrer de nouvelles personnes et d’étudier de nouvelles philosophies. Ici, le temps et l’évolution s’étaient figés et rien de nouveau n’apparaissait facilement. Elle s’ennuyait, beaucoup trop d’ailleurs. Ce soir c’était une des premières fois où elle ressentait un tel mélange de sentiment : la peur, la colère, l’indignation, le regret… C’était déroutant et cela lui donnait presque des vertiges. Malgré tout elle ne devait pas faiblir et tenir tête solidement au garde pour lui prouver qu’elle n’avait rien sur la conscience et le convaincre qu’elle était innocente.

- Tu as un drôle de manière de remercier. Je m’inquiète pour toi, et toi tu me fais mal. D’ailleurs pourquoi agis-tu ainsi dis-moi ? Je ne comprends pas.

Le Kimono n'arrangeait en rien ses mouvements et plus d'une fois elle était à la traîne lors des promenades, il ne pouvait pas contredire cette vérité.
Elle jouait les pauvres victimes maintenant. C’était vital. En plus de ceci, elle lui demandait les raisons. Elle démarrait une de ces conversations interminables et très difficiles à gérer quand on était debout. Oui, entendre la plainte de l’un et la colère de l’autre n’était pas facile et le mieux était un bon verre devant sois, les fesses posaient sur un confortable fauteuil et presque personne aux alentours.
Elle espérait que Theophil croira qu’il faisait une erreur et il ne cherchera pas à aller plus loin.




Revenir en haut Aller en bas
Theophil

{ A... PINK... Elephant *o* }

avatar
Messages : 306
Localisation : Planqué quelque part pour échapper à son Boss.
Âge du personnage : 22 ans
Fiche du personnage :



RPs : Cavalcade en nuitée - Lucien et Willy (fini)

Shut up and let me go, yeah ! - Vidal et Shad (inachevé)

Woman or man ? - Chan Dai (fini)

Où l'on joue de malchance, ou quand le hasard s'amuse - Lucien (fini)

A silly situation - Eulalie (en cours)

Course nocturne - Heather (en cours)

La violence ne résout rien (mais elle soulage) - Lucien (fini)

Il ne faut jurer de rien - Lucien (fini)

Un rien suffit - Lucien (fini)

Des lendemains qui chantent - Lucien (en cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Garde
MessageSujet: Re: Woman or man ? [with Theophil] (FINI)   Jeu 29 Juil - 16:15


    C'était comme si Chan Dai irradiait de colère, et en même temps, arborait un air plein de fierté; tandis que sans s'en rendre compte Theophil resserrait son emprise sur son poignet.

    - Oui, j’ai bien parlé d'une courtisane ! A cette heure-ci que peut bien faire d’autre un homme autre que payer une courtisane. Elles pullulent ces rues et il est aisé d’en trouver à tous les prix. De plus ce matin tu t’étais plaint auprès de moi que tu avais un tour de garde à effectuer et qui durait toute cette sainte nuit…ailleurs que ce quartier !

    La jeune fille avait l'air jalouse, et de surcroit elle traitait presque ouvertement Theophil de débauché. Mais il s'en moquait – après tout, il fréquentait bel et bien des dépravés avec plaisir, alors il devait en être également… Non? Chan Dai dégagea violemment son poignet de la main du garde, le regard toujours perçant. Il ne chercha pas à s'en emparer de nouveau, c'était inutile: il savait qu'elle ne fuirait pas, maintenant. D'une voix morne, il ne répondit qu'à une partie de la phrase, tout en remettant ses mains dans ses poches:

    - Je ne me plains pas de mon boulot...

    Mais la jeune fille ne fit même pas attention à ce qu'il marmonnait. Encore fulminante, elle reprit de plus belle sa tirade: comment pouvait-il la traiter ainsi, comme il était rustre, de toute façon il n'y avait aucun risque pour qu'elle fuit, elle ne pouvait pas dans cette tenue, blabla... Il soupira, sans chercher à répondre d'avantage. De toute façon elle ne l'aurait surement pas laissé parler, dans cet état de mécontentement. A noter: ne jamais provoquer la colère d'une femme ayant du caractère.
    Mais le rôdeur masqué l'avait mis à cran, le fait d'avoir put oublier si facilement son tour de garde également, la clope qu'il n'avait pas pu fumer, l'argent que la courtisane lui avait poussé à dépenser pour rien, toutes ces choses – des détails ou non – ne devaient pas faire de lui une agréable compagnie ce soir... D'un côté, la prostitué pouvait s'estimer heureuse d'échapper à sa mauvaise humeur soudaine.
    Il avait cependant remarqué que le ton de la jeune fille avait baissé d'un niveau, se faisant plus doux, comme si elle voulait le raisonner. Certes, il s'était un peu emporté – mais il n'y pouvait pas grand chose s'il était impulsif. Il avait grandi seul, sans d'autre choix que laisser le plus souvent son instinct le guider. Il n'y pouvait rien non plus si Chan Dai avait eu un comportement suspicieux. Après tout... Même si elle était son amie... Il avait un devoir avant toute chose, n'est-ce pas?

    - Tu as un drôle de manière de remercier. Je m’inquiète pour toi, et toi tu me fais mal. D’ailleurs pourquoi agis-tu ainsi dis-moi ? Je ne comprends pas.

    Il devina que Chan Dai attendait des excuses. Theo inspira, mit sa fierté de côté, et en la regardant droit dans les yeux il lança:

    - Pardon. Je me suis emporté, c'est tout. ... Il fallait vraiment que j'attrape ce type.

    Et puis son regard se posa sur le carrefour: il n'avait plus aucune chance de retrouver l'homme masqué, vu comme c'était parti, lui courir après ne servirait à rien. Il réprima une bouffée de colère à son tour: s'il avait accusé Chan Dai a tort, si elle n'avait réellement rien a voir avec l'inconnu, alors il avait perdu du temps pour rien. Absolument rien.
    Il se mit à marcher, se mordant la lèvre discrètement, esquivant Chan Dai pour se retrouver derrière elle. Quand le mur se présenta devant lui, il leva le pied et appuya dessus avec, perdu dans ses pensées, sans y faire attention. Comment est-ce qu'il pouvait rattraper sa situation, sans avoir réussi à rattraper l'inconnu? Il laissa son pied retomber au sol et se tourna de nouveau vers Chan Dai, en soupirant :

    - Bon. Eh bien... Même si je t'ai fait mal involontairement - et j'en suis désolé - est-ce que tu pourrais m'aider un peu? Si tu pouvais me dire si tu avais déjà croisé ce type masqué, si tu as une petite idée de son identité, ce genre de trucs... Alors?

    Il détailla Chan Dai du regard, espérant qu'elle serait un minimum compatissante.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Woman or man ? [with Theophil] (FINI)   Mar 10 Aoû - 17:40

- Pardon. Je me suis emporté, c'est tout. ... Il fallait vraiment que j'attrape ce type.

Chan Dai se sentait un peu mal à l’aise. C’était plutôt elle qui devrait s’excuser vu qu’elle lui mentait délibérément et le tourner un peu en bourrique. Elle le vit jeter un simple regard vers le carrefour et elle se demandait s’il comptait toujours y aller. Heureusement pour elle, ou malheureusement, il ne comptait plus courir derrière un fantôme. Il se mit à marcher en contournant Chan Dai. Elle l’observait en silence et attendit la suite des événements.

- Bon. Eh bien... Même si je t'ai fait mal involontairement - et j'en suis désolé - est-ce que tu pourrais m'aider un peu? Si tu pouvais me dire si tu avais déjà croisé ce type masqué, si tu as une petite idée de son identité, ce genre de trucs... Alors?

Elle était définitivement soulagée et ne risquait absolument plus rien. Il avait été dupe par sa crise d’avant et également par le déguisement employé. Elle aurait voulu sauter sur place tellement elle se sentait légère mais il fallait qu’elle garde une expression grave et neutre pour ne pas attirer l’attention ou les suspicions. Dorénavant le moindre faux pas l’emmènera droit au cachot. Cette idée lui donnait la chair de poule. Il fallait qu’elle écarte définitivement les soupçons d’elle.

- C’est bien la première fois que je vois un tel homme Theophil. D’ailleurs je ne reconnaîtrais même pas mon propre père sous un tel déguisement. Je suis désolé de ne pas t’être utile encore plus.

Sa réponse décevait clairement le garde. L’ambiance s’alourdissait petit à petit et un désir urgent de rejoindre la maison naissait et grandissait à une allure affolante en Chan Dai.
Une mèche retomba sur son visage et elle tendit automatique sa main droite pour dégager ses yeux. Elle se rappela au dernier moment des bouts de feuilles et baissa cette main, toujours fermée, pour utiliser celle de libre. Dès qu’elle aura quitté Theophil, elle se promettait de jeter ses bouts de papiers compromettants dans un coin de rue désert. Pour la première fois de sa vie, elle regrettait amèrement ses écrits.

- Theophil puis-je partir ? As-tu encore besoin de moi ?


Elle avait peur que son père se réveille et qu’il ne la retrouve pas dans sa chambre. Elle avait également un très mauvais pressentiment qui lui disait de ne pas rester plus longtemps ici.
L’odeur pestilentielle de la rue commençait à remonter aux narines de la chinoise et elle réprimait son dégoût tant bien que mal.
Ne tenant plus à cette odeur, sa poignée vint à son secours en étant un mince rempart entre son petit nez et l’odeur crotté de la rue. Décidément elle ne pourrait jamais vivre dans un tel milieu, pareil pour les cachots. C’était hors de question qu’elle se fasse attraper et elle fera tout pour que se ne soit pas le cas. Même si elle n’aimait pas le régime ou l’attitude des princes, elle n’irait pas jusqu’à mourir. Elle tenait à la vie et ne voyait aucune utilité à chercher la mort, voir la forcer à venir. Elle préférait que cette faucheuse reste éloigner d’elle longtemps, très longtemps et qu’elle la retrouve dans son lit, âgée et fripée que dans un cachot encore jeune et totalement folle à l’idée de la guillotine.
Les rebelles tués sur la place publique lui revenaient à l’esprit et une nausée la prit. Cette fois-ci sa poignée descendit vers sa bouche et son visage se crispa.

- Il faut … que je quitte cette rue... elle me dégoûte
.

Sans attendre le blond, elle rejoignit la rue où il y avait la taverne et où elle avait heurté le garde au bras de sa courtisane. L’air était d’avantage respirable malgré l’odeur de l’alcool et les rire des clients dans les différents établissements. Chan Dai jetait un regard curieux un peu partout. En effet elle pouvait faire des escapades nocturnes mais avec à la vitesse avec laquelle elle fuyait, elle n’avait jamais le temps d’observer autour d’elle.

Inconsciemment et le regard toujours ailleurs, à l’affût au moindre détail, totalement hypnotisé par ce nouveau spectacle, elle heurta une nouvelle fois quelqu’un. Elle était vraiment étourdie ce soir. Elle s’inclina en signe d’excuse envers l’inconnue et s’apprêta à partir quand une nouvelle fois on attrapa de force sa poignée. Cette fois-ci la prise était plus violente et plus forte.

- Aïe… Lâchez-moi je vous en prie.
- Un beau petit minois-là. Combien pour cette nuit ?

Elle ne trainerait plus dans les rues, elle n’écrira plus rien pendant trois mois si elle rentrait saine et sauve, innocente et en non-coupable chez elle. Elle le promettait. Finalement Theophil avait été doux avec elle comparé à cet inconnue. Qu’avait-elle fait pour mériter une telle nuit ? Dire la vérité était-il si compliqué ?

Revenir en haut Aller en bas
Theophil

{ A... PINK... Elephant *o* }

avatar
Messages : 306
Localisation : Planqué quelque part pour échapper à son Boss.
Âge du personnage : 22 ans
Fiche du personnage :



RPs : Cavalcade en nuitée - Lucien et Willy (fini)

Shut up and let me go, yeah ! - Vidal et Shad (inachevé)

Woman or man ? - Chan Dai (fini)

Où l'on joue de malchance, ou quand le hasard s'amuse - Lucien (fini)

A silly situation - Eulalie (en cours)

Course nocturne - Heather (en cours)

La violence ne résout rien (mais elle soulage) - Lucien (fini)

Il ne faut jurer de rien - Lucien (fini)

Un rien suffit - Lucien (fini)

Des lendemains qui chantent - Lucien (en cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Garde
MessageSujet: Re: Woman or man ? [with Theophil] (FINI)   Dim 7 Nov - 21:43

    L'évidence s'abattit dans toute sa splendeur sur Theophil comme la foudre dégringolant sur un pauvre arbre innocent, le pulvérisant jusqu'à la sève – dans notre cas, jusqu'à la moelle.
    Chan Dai n'avait aucune idée de qui pouvait être ce type. Elle n'était surement pas plus mêlée à cette affaire qu'un bambin à peine sorti de ses langes. La seule chance que Theophil avait de rattraper son absence au Château était partie en courant au détour d'une rue, et il n'avait certainement plus aucune chance de la retrouver.
    Un de ces jours, il finirait vraiment par tomber en dépression nerveuse.

    - Theophil puis-je partir ? As-tu encore besoin de moi ?

    La question de Chan Dai sortit le garde de ses sombres pensées, il releva la tête pour répondre que oui, elle pouvait partir... Mais il resta coït, bouche-entr'ouverte. Bien sur que non elle ne pouvait pas partir; elle venait de le plonger dans les ennuis jusqu'au cou, de lui faire une crise nerveuse et, en quelque sorte, de laisser s'échapper l'inconnu masqué; elle ne pouvait pas partir comme ça! Mais... Ce n'était certainement pas très galant de retenir ainsi une jeune fille loin de chez elle - d'ailleurs, il ne le savait toujours pas, que faisait-elle ici? Oh, vu l'heure, elle pouvait bien rester dehors encore un moment - si ça se trouve, il y allait avoir une solution miracle, elle aurait un éclair de génie et s'écrirait "Mais bien sur, je sais où trouver cet homme!" ou quelque chose du genre.
    Tandis qu'il restait silencieux, incapable de se mettre d'accord avec lui-même, Chan Dai leva la main pour replacer une mèche de ses cheveux. A peine était-elle arrivée devant son visage qu'elle la rabattit brutalement avant d'utiliser son autre main pour se recoiffer. Était-ce qu'elle avait encore mal au poignet? Quelque chose tira de nouveau la sonnette d'alarme dans son esprit.
    L'avantage dans le fait de ne plus voir les couleurs, c'est que la vue n'est plus encombrée inutilement. La vision est plus pure, plus limpide... Les détails sont plus facilement repérables.
    Et entre temps, il avait eu le temps d'apercevoir un éclat blanc dans la main droite de Chan Dai.
    Prenant le temps de réfléchir calmement - il n'était plus question de brusquer la jeune fille, d'abord parce que ce n'était pas très convenable, ensuite parce qu'il n'en tirerait aucun résultat, comme précédemment observé - Theophil prépara une manière d'aborder la question en douceur. Que tenait-elle de manière si secrète dans le creux de sa paume? Une chose suffisamment importante pour ne pas être lâchée même lorsque son poignet fut douloureusement maltraité. Quelque chose qui était peut-être...

    - Il faut … que je quitte cette rue... elle me dégoûte.

    Sans plus atteindre le garde qui débarquait totalement - les sautes d'humeur féminine resteront vraisemblablement un mystère à jamais - Chan Dai s'éloigna en hâte, regagnant la rue principale où était située la Taverne. Et Theo resta planté là, encore à la traine.
    Bah... Après tout, il valait mieux qu'il la laisse tranquille, et puis elle avait déjà demandé à partir... Mais tout de même, cette chose dans sa main... Non, ça n'était certainement pas plus important que le reste. Mais maintenant, que pouvait-il faire?
    Malgré la tardiveté de la nuit, les rues restaient passablement agitées. On voyait que lorsque le couvre-feu n'était pas instauré, la population en profitait agréablement. Un peu trop, peut être... La rumeur des ivrognes lui parvenait d'ici. Oui, tout de même, ce n'étaient pas des lieux très sûrs.
    Theophil s'élança à la suite de Chan Dai, convaincu de deux choses: primo, pacotille ou non, mieux valait vérifier ce que Chan Dai tenait tant que ça à dissimuler. Qui sait, peut-être que l'inconnu masqué l'avait croisé sur son chemin, obligeant cette personne croisée au hasard à dissimuler les preuves de sa culpabilité quelque part et à garder le silence? Déjà, une dizaine de scénarios se mettaient en place.
    Secundo, il était vraiment irresponsable de la part d'un Lieutenant de laisser une jeune femme seule dans les rues à ces heures sombres, proie aisée de la débauche sordide que pouvaient receler les lieux. On ne sait jamais ce qui pourrait lui arriver, vu le nombre de tordus habitant le Royaume - là aussi, toutes sortes de scénarios se créaient dans sa tête.

    Mais il avait eu raison de s'inquiéter. Un homme, grand, rustre et pestilentiel - Theo pouvait le sentir d'ici - tenait fermement le poignet de Chan Dai, ce même poignet qu'il avait attrapé un instant plus tôt. Décidément, la pauvre n'avait pas de chance avec la gente masculine, ce soir. Theophil sortit presque automatiquement son pistolet et s'avança directement vers la brute; abattit sa main libre sur le bras qui enserrait le poignet de l'autre. Il serra de toute ses forces le membre de l'homme et, en même temps, porta l'arme à sa nuque. L'homme était certes, beaucoup plus grand que Theophil et dans un combat à mains nues, il l'aurait terrassé sans problème. Mais il ne s'agissait pas d'un combat à mains nues. Le garde enleva la sécurité de l'arme dans un déclic menaçant.

    - He. Cette fille est sous la responsabilité de la Garde Royale. Lâche la et dégage, de suite.

    L'homme aurait de toute façon comprit sans discours. Il relâcha le poignet de Chan Dai et s'éloigna sans demander son reste, vaguement titubant et emportant avec lui la délicate odeur crasseuse d'alcool. Theophil poussa un soupir de soulagement. Un petit sourire, vaguement nerveux, vint flotter sur ses lèvres.

    - Eh bah, on l'a échappé belle!

    Il sonda rapidement les alentours du regard, vérifiant s'il n'y avait pas d'autres types louches ou dangereux. Au passage, il remarqua que la catin s'en était retourné dans la Taverne. Comme il l'avait prédis, son argent s'était bel et bien envolé pour rien.
    Soudainement, le sujet principal lui revint en mémoire. Il demanda, le plus naturellement possible, un air qu'il voulait apaisant sur son visage:

    - Au fait... T'as l'air de vachement tenir à ce que tu gardes dans ta main. Qu'est-ce que c'est, au juste?


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Woman or man ? [with Theophil] (FINI)   Dim 5 Déc - 23:31

Chan Dai enchaînait les mauvaises rencontres avec une facilité déconcertante. Elle tentait désespérément de se défaire de son étreinte mais l’ivrogne s’amusait serrer d’avantage. La jeune fille était frustrée d’une telle faiblesse naturelle, en effet une fragile silhouette ne faisait pas le poids face à cette force humaine, ce corps bâti comme une muraille. Elle aurait pu utiliser les mots et agir sur les sentiments malheureusement son assaillant n’était pas le genre d’homme au grand cœur qui s’attendrirait à une larme. L’alcool n’arrangeait pas non plus cet état d’insensibilité. Elle voulait le mettre à terre, hurler, taper mais elle n’y arrivait pas et attendait, impuissante, que l’homme l’entraîne quelque part autre que cette rue.

Soudain elle vit une arme, dirigée à la nuque, et entendit la voix de Theophil qui ordonnait à l’homme de la lâcher. A cet instant il était comme le messie ou plutôt le héros de ces romans, apparaissant au bon moment pour faire régner la justice et sauver les plus faibles. Malgré le manque de lumière, il rayonnait d’une étrange aura aux yeux de la Chinoise, bien évidemment cette lueur n’était que le fruit de son imagination. L’ivrogne enleva ses sales pattes de la délicate peau de Chan Dai et s’éloigna en maugréant dans sa barbe.

- Eh bah, on l’a échappé belle, dit-il avec un sourire.

Si elle n’était pas timide envers la gente masculine, elle aurait sûrement sauté à son cou et l’aurait remercié mille et une fois … ce qu’elle ne ferait pas pour la simple raison que son éducation avait façonné son esprit de tel sorte qu’une barrière s’était crée entre elle et les autres. Un peu de méfiance peut-être ?

- Merci beaucoup Theophil. Si jamais tu aurais besoin d’une aide, n’hésite pas à venir me le demander. C’est le moins que je puisse faire pour te remercier.

Elle s’inclina légèrement en guise de remerciement, se releva et fixa Theophil. Ce dernier jetait un coup d’œil aux alentours et il semblait déçu, sûrement quelque chose qui l’avait déplu mais elle n’était pas d’humeur à chercher la raison. Elle était encore tremblante et frustrée au fond. C’était un bien curieux mélange.

- Au fait... T'as l'air de vachement tenir à ce que tu gardes dans ta main. Qu'est-ce que c'est, au juste?

Sa peau pâlit instinctivement et elle se figea totalement, comme paralysé par les yeux de Méduse. Elle ne savait pas si son tremblement avait cessé ou pas, son esprit était peu préoccupé par un détail si anodin. En effet une question résonnait dans sa boîte crânienne et en échos : « Que vais-je faire ? ». Effectivement, qu’allait-elle faire ? Elle se trouvait déjà bien idiote d’avoir cru tromper aussi facilement un garde. Elle se rendait compte à quel point elle avait été naïve et stupide. Maintenant il fallait qu’elle cherche une autre ruse, un autre mensonge pour recouvrir son autre mensonge. Cette fois-ci un véritable sentiment de culpabilité s’éveillait en elle car mentir ainsi à quelqu’un qui l’avait sauvé ne lui plaisait guère par contre si elle lui disait la vérité, il serait le garde qui le conduirait à la guillotine. A la fois son sauveur et son bourreau.

Une idée lui vint. Au lieu de prendre un air assuré comme tout à l’heure, elle commença à sangloter et à tendre sa main timidement et en hésitant. Elle paraissait vulnérable dans une posture pareille, presque recroquevillée sur elle-même.

- Je… je …j’ai eu peur… j’ai ramassé ces papiers par accident… ils étaient tombés de la cape de cet homme… je voulais les lui rendre mais il avait disparu… j’ai lu…et j’ai eu peur qu’on m’arrête pour ca… ce n’est pas moi… je te le jure… au mauvais moment… au mauvais endroit…J’avais peur que tu ne me crois pas … avec tous ces morts dans la place … j’ai… j’ai eu peur ! !!


Cette fois-ci elle éclata en sanglot, son corps pris de soudains soubresauts. Elle feignait en partie mais l’idée d’aller au cachot l’effrayer réellement et ses sanglots étaient donc en partie vrais, car s’il ne la croyait pas elle irait au cachot réellement. Elle jouait définitivement sa dernière carte et espérait qu’il tomberait dans le panneau encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Theophil

{ A... PINK... Elephant *o* }

avatar
Messages : 306
Localisation : Planqué quelque part pour échapper à son Boss.
Âge du personnage : 22 ans
Fiche du personnage :



RPs : Cavalcade en nuitée - Lucien et Willy (fini)

Shut up and let me go, yeah ! - Vidal et Shad (inachevé)

Woman or man ? - Chan Dai (fini)

Où l'on joue de malchance, ou quand le hasard s'amuse - Lucien (fini)

A silly situation - Eulalie (en cours)

Course nocturne - Heather (en cours)

La violence ne résout rien (mais elle soulage) - Lucien (fini)

Il ne faut jurer de rien - Lucien (fini)

Un rien suffit - Lucien (fini)

Des lendemains qui chantent - Lucien (en cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Garde
MessageSujet: Re: Woman or man ? [with Theophil] (FINI)   Sam 9 Avr - 16:05

    [Voila voilaa! Encore désolée pour l'oubli, et dis-moi si quelque chose ne va pas =O]


    Ah non. Non non non pitié, pas ça, pas encore ! Son visage neutre dissimulant une horreur grandissante, Theophil observait les joues de Chan Dai se colorer d'un gris foncé traduisant certainement du rouge pour d'autres yeux que les siens, ses lèvres trembler de plus en plus et ses yeux se remplir de larmes. Mais qu'avait-il fait, cette fois-ci ? Il ne s'était pourtant pas montré violent ou pressant, ou quoi que ce soit ! Pourquoi, oh pourquoi, fallait-il que la gente féminine demeure si complexe à ses yeux ? Comment pouvaient-elles donc passer de la colère aux larmes en passant par les remerciements, en seulement un quart de seconde ? Mystère.
    Il regarda la jeune fille se recroqueviller sur elle même, puis tendre sa main avec hésitation, comme un enfant pris en faute. Quelques feuilles froissées au creux de sa paume. Son cœur fit un bond. Alors, Chan Dai était...
    Il coupa son raisonnement pour écouter – et déchiffrer tant bien que mal – les sanglots de la concernée.

    - Je… je …j’ai eu peur… j’ai ramassé ces papiers par accident… ils étaient tombés de la cape de cet homme… je voulais les lui rendre mais il avait disparu… j’ai lu…et j’ai eu peur qu’on m’arrête pour ca… ce n’est pas moi… je te le jure… au mauvais moment… au mauvais endroit…J’avais peur que tu ne me crois pas … avec tous ces morts dans la place … j’ai… j’ai eu peur !!!

    Intérieurement, Theo poussa un soupir de soulagement. La culpabilité de la jeune fille n'était pas celle qu'il avait pensé: elle n'avait encore une fois qu'un rapport indirecte à l'histoire. Comment avait-il pu la supposer complice de cet homme masqué ?
    Une voix perfide lui chuchota que s'il en était venu à douter d'elle à plusieurs reprises, c'était peut être parce qu'au fond, il avait raison. Après tout, son instinct le trompait rarement. Il lui était inhabituel de saisir la première excuse donnée parce qu'elle le satisfaisait – la pleurnicharde te dit qu'elle est innocente et toi, tu la crois parce que tu veux que ce soit le cas, hein ? Ce n'est pas ton genre, Theo. T'en as arrêté pour moins que ça.
    Les hoquets et gémissements de Chan Dai s'amplifièrent. Theophil chassa ses pensées et, ne sachant trop quoi faire, il rangea son arme, saisit les papiers lentement, puis hésitant, posa simplement une main sur l'épaule de la jeune fille en larme. « Mais non, elle est sincère. »
    Il refusa encore une fois de croire la petite voix quand elle lui souffla qu'il avait tendance, et il le savait, à se laisser influencer par ses sentiments. Qu'il pressait toujours plus rapidement la gâchette lorsqu'en face de lui se trouvait quelqu'un qu'il ne portait pas dans son cœur; et inversement.
    « Bien sûr que non, je me dois d'être froid et objectif. Mais non, ce n'est pas parce que Chan Dai est mon amie que je la crois; arrête de te faire des idées Theo. » Il mit fin au débat intérieur d'un:

    - Ça va, je te crois, c'est bon. Heu... Tu peux arrêter de pleurer maintenant ?

    Se balançant d'un pied à l'autre, mal à l'aise, il tapota son épaule d'une manière voulue réconfortante – quel con, il n'avait rien trouvé de mieux ?

    - La, laaa... Tu veux, hum, aller boire un verre pour te remonter ? (Bon sang Theo, ce n'est pas à un homme ni à une débauchée comme les autres que tu parles !) … Non, ce n'est peut être pas une bonne idée. Tu préfères marcher un peu ? Tu voudras que je te raccompagne jusqu'à chez toi ?

    Gêné, il se détourna légèrement et se mis à observer les feuilles à la lueur tremblante des lumières du Bourg et des étoiles. Celles-ci, ajoutées au manuscrit qu'il avait ramassé avant de courser l'inconnu, devaient bien former le livret complet ou au trois-quart. Au pire, s'il n'avait pas attrapé le rôdeur, il pouvait au moins se consoler d'avoir le feuillet en guise de dédommagement pour son absence involontaire à son poste ce soir là. Il pourrait toujours se faire pardonner auprès de ses supérieurs en plaidant qu'il avait empêché la publication clandestine d'écrits en défaveurs du Royaume et de ses Princes, voilà. Il soupira. Bah, s'il se faisait engueuler, ce ne serait pas la première fois, après tout.
    Les feuilles allèrent rejoindre les autres au fond de sa poche. Et il sortit la poudre à tabac et le papier nécessaire pour faire la clope dont il avait tant rêvé cette soirée.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Woman or man ? [with Theophil] (FINI)   Ven 29 Avr - 13:41

    Une joie indescriptible gonfla en elle mais elle la cacha habilement, en effaçant timidement ses joues inondées de larme. Puis avec un mouchoir, elle se moucha le plus élégamment possible c’est-à-dire sans faire un bruit désagréable avec son nez. Elle avait grandi dans l’optique « reste polie et agréable » que se soit dans les manières, dans les gestes…tout devaient être dosés. C’était peut-être inutile pour la noblesse du Royaume ou encore pour le peuple d’ici mais c’était ainsi qu’elle avait été élevé. Contrairement aux autres, elle était sévèrement punie pour ne pas avoir obéit un peu ou être arrivé en retard d’une commission. Depuis petite, elle devait faire attention pour pas que son père la batte publiquement, quoique dernièrement, comme elle a grandi il n’ose plus se montrer violent. Dorénavant il l’attaquait à coups de discussions perfides ou humiliants, il ne faut pas que le beau visage de sa fille soit abîmée surtout qu’il allait la marier à un noble.

    C’était un mariage possible car la petite Chan Dai était la fille d’un bourgeois. Personne ne semblait s’en apercevoir mais les caisses du vieux père regorgeait d’argent, il était tout simplement avare et ne se contentait que du strict minimum. Autant dire qu’il avait eu un mal fou à convaincre cette famille qu’il était aussi riche –voire plus- qu’elle vu dans l’état de sa modeste maison et le pauvre ammeublement de la pièce.
    D’où venait cet argent ? De la route de la soie où il vendait de ce tissus ou encore de la porcelaine blanche si typique de Chine. Quant à ici, il gagnait surtout grâce aux talents de la brune dans la couture… en effet ses doigts habiles cousaient de purs merveilles que les nobles aimaient bien se pavaner avec.

    Soudain elle s’arrêta à la proposition de Theophil. Un verre… a cette heure ? Si c’était en journée et dans un lieu assez sobre, pourquoi pas surtout qu’elle le connaissait mais à cette heure-ci et après cette aventure, elle ne désirait que rentrer, se protéger derrière ses murs fins de ces horribles ivrognes.
    Les rues étaient effrayantes pour elle actuellement et malgré que le garde soit avec elle, cette peur restait en elle. ET s’il devinait que c’était elle ? Et s’il feignait ? Et s’il, s’il…elle refaisait le monde, réecrivait tout son futur et tous les événements de cette soirée avec ses suppositions et ses « si ».

    - Je veux rentrer… Accompagne-moi s’il te plaît, enfin si tu n’as rien de prévu.


    Elle savait qu’il ne devrait pas être là, de plus la courtisane de tout à l’heure lui fit bien comprendre que le blond était ici non pas pour courir des criminels mais pour passer du bon temps. Elle ne voulait pas gâcher encore plus sa soirée en exigeant qu’il l’accompagne. Quoique elle venait un peu de formuler cette exigence mais s’était rattrapée rapidement en rajoutant le « si »… encore des « si ». Décidément.

    Elle commençait donc à marcher et remarqua qu’elle tremblait. Jusqu’à maintenant, elle faisait sa fière en mentant et en jouant un rôle, or là elle tremblait réellement. Finalement elle pouvait publier des œuvres peu agréables vis-à-vis de la royauté en douce mais une fois que le danger se présente devant elle, c’est une toute autre histoire. On ne peut pas lui en vouloir, on ne lui a rien appris de comment se battre… toujours réservée et silencieuse.

    Elle se trouvait lâche et ce sentiment lui donnait de la nausée.

    - Je t’envie de pouvoir te défendre… dès qu’on est un peu aggressif avec moi, je me sens toute petite et incapable de faire quoi que se soit.C’est horrible comme sentiment.

    C’était Theophil, un ami…qui comprenait plus ou moins sa situation. Elle avait l’habitude de se confier de temps en temps à lui, comme ca, sans raison.
Revenir en haut Aller en bas
Theophil

{ A... PINK... Elephant *o* }

avatar
Messages : 306
Localisation : Planqué quelque part pour échapper à son Boss.
Âge du personnage : 22 ans
Fiche du personnage :



RPs : Cavalcade en nuitée - Lucien et Willy (fini)

Shut up and let me go, yeah ! - Vidal et Shad (inachevé)

Woman or man ? - Chan Dai (fini)

Où l'on joue de malchance, ou quand le hasard s'amuse - Lucien (fini)

A silly situation - Eulalie (en cours)

Course nocturne - Heather (en cours)

La violence ne résout rien (mais elle soulage) - Lucien (fini)

Il ne faut jurer de rien - Lucien (fini)

Un rien suffit - Lucien (fini)

Des lendemains qui chantent - Lucien (en cours)



Cupboard
Autres détails:
Profession ou titre: Garde
MessageSujet: Re: Woman or man ? [with Theophil] (FINI)   Ven 13 Mai - 0:02

    Chan Dai sécha ses larmes timidement, en frottant ses joues rouges de ses mains, un peu comme une enfant. Un soulagement sans nom s'empara de Theophil, qui détourna quand même les yeux lorsqu'il se rendit compte qu'il la dérangeait peut être en l'observant ainsi. Tout de même, c'était toujours aussi troublant pour lui de voir quelqu'un pleurer. D'abord parce que c'était réellement gênant faute de savoir comment réagir dans ces instants là; ensuite, parce qu'il n'en avait absolument pas l'habitude. Petit, son père ne lui en avait jamais laissé le droit. Adolescent, donc, il avait d'abord cru finir traumatisé par l’expansivité des habitants du Sud, alors qu'il voyageait en Europe – était-ce une coutume particulière chez eux de laisser couler les larmes à n'importe quelle occasion ou bien était-ce dans leur nature même d'être aussi expressifs ? Et désormais adulte, Theophil fréquentait un milieu beaucoup trop dur pour laisser place aux larmes. Les gardes étaient forts, les gardes n'étaient pas des tapettes. Seules quelques femmes – particulièrement sensibles ou bien en pleine crise nerveuse, allez savoir – offraient de temps à autre ce spectacle gênant. Il n'avait que très rarement vu pleurer dans la Garde Royale. C'était comme ça.
    C'est à peine s'il entendit Chan Dai se moucher, tant elle était discrète. Beaucoup plus calme, elle rangea son mouchoir comme si elle mettait de côté ce fâcheux épisode où elle s'était dévoilée publiquement. Ça y est, c'était bel et bien fini, désormais.

    - Je veux rentrer… Accompagne-moi s’il te plaît, enfin si tu n’as rien de prévu.

    Theophil tira une bouffée sur sa cigarette, laissa échapper de sa bouche un mince lacet de fumée avant de répondre, un sourire hagard aux lèvres:

    - Que pourrais-je avoir de prévu si tard dans la soirée ?

    Une petite voix lui chuchota en réponse "Un rendez-vous avec la prostituée qui t'a arnaqué, peut-être ?" et il pesta mentalement. Oui, bon. Il avait perdu une bon morceau de sa paye, et alors ? De toute façon, ce n'était pas comme s'il avait vraiment eu envie de monter à l'étage de l'auberge avec cette fille. Et probablement qu'elle aussi, ne s'était acharnée sur le garde qu'à cause de son jeune âge, profitant de l'occasion pour ne pas avoir à vider les poches d'un quelconque vieillard ivrogne en manque d'affection. Enfin, passons ce regrettable incident. Tout comme tout ce qui aura pu sembler dégrader plus ou moins la soirée.
    Il emprunta le pas de Chan Dai. Ils avancèrent sur les sombres pavés un moment, Theo la devançant de quelques pas au fur et à mesure de la marche, les guidant loin de la Taverne plus ou moins malfamée pour regagner la rue principale. Ils restaient étrangement silencieux; Theo faisait semblant de s'intéresser à sa cigarette mourante. Et, se retournant vers elle, il remarqua soudain qu'elle tremblait.

    - … Tu as froid ? Tu veux peut être ma veste ?
    - Je t’envie de pouvoir te défendre… dès qu’on est un peu agressif avec moi, je me sens toute petite et incapable de faire quoi que se soit. C’est horrible comme sentiment.

    Oh. Visiblement, ce n'était pas la température qui préoccupait Chan Dai. Le jeune fille parlait très bas, comme décrivant un songe. De ce qu'exprimait son visage, elle semblait plongée dans des pensées peu avenantes. Sans trop savoir quoi répondre, Theo jeta son mégot et se mit à marcher à sa hauteur, les mains dans les poches. Il les fit bifurquer dans une ruelle à sa droite – tout en se félicitant d'avoir en mémoire les chemins de la ville et d'avoir déjà raccompagnée Chan Dai suffisamment près de chez elle pour s'en souvenir. Après quelques minutes sans mot dire, il fit, de façon un peu précipité et sans cesser de fixer la rue devant lui:

    - Tu sais, si tu veux, je t'apprendrai à te défendre. Avec tes poings, ou bien une arme. Je ne sais pas bien manier le fleuret, mais il n'y a rien de plus simple que le pistolet et...

    Il se stoppa là, conscient que ce serait surement trop déplacé pour une jeune fille de manipuler une arme. Enfin, elle y réfléchirait. Si l'envie lui prenait...
    Ils atteignirent le milieu d'une petite place. Theophil s'y arrêta, se rappelant que c'était toujours là que Chan Dai lui faisait ses adieux avant de rentrer chez elle. Il ne l'avait jamais raccompagnée jusqu'au seuil même de sa porte, mais cela leur convenait à tous deux. De toute façon, il ne pouvait plus s'attarder. Au fond de sa poche, sa main serra les précieuses feuilles.

    - Eh bien... Je te laisse ici. J'ai encore à faire, mon quart n'est pas fini. Bonne nuit, Chan Dai.

    Il eut un léger sourire précédant sa courbette. Puis Theophil se détourna et s'enfonça dans la nuit, visage grave, droit vers le Château.

    End \o/

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Woman or man ? [with Theophil] (FINI)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Woman or man ? [with Theophil] (FINI)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Dirty Prince } :: ♠ { Corbeille } ♠ :: || Archives RPG-